Les prématurés nés entre 35 et 38 semaines d’aménorrhées sont les plus à risques.

Les prématurés nés entre 35 et 38 semaines d’aménorrhées sont les plus à risques.

10.12.2014
  • Les prématurés nés entre 35 et 38 semaines d’aménorrhées sont les plus à risques.  - 1

    Les prématurés nés entre 35 et 38 semaines d’aménorrhées sont les plus à risques.

Naître à 35-38 semaines d’aménorrhée ( SA) est un facteur de risque de mortalité et de morbidité néonatale et infantile chez les enfants uniques indemnes de malformation et, contrairement à l’idée couramment admise, ces enfants sont plus à risque que ceux nés à 39-41 SA. Tel est la conclusion d’une étude diligentée par Evelyne Combier (Université de Bougogne, Dijon) et col. dont les résultats sont rapportés dans le dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire (34-35,9 décembre 2014). Ces constatations devraient, selon les auteurs, conduire à la redéfinition de ce qu’est une naissance à terme et à une modification des indications de déclenchement et de césarienne programmée à 37-38 SA 18.

La grande prématurité (naissances avant 33 SA, soit 1,3% des naissances vivantes en 2011) a beaucoup mobilisé les pédiatres néonatologistes, les chercheurs, des experts en santé publique ainsi que les pouvoirs publics, du fait de la gravité des pathologies néonatales, de la lourdeur des prises en charge et des moyens mobilisés. En revanche, peu d’études ont concerné la prématurité tardive (entre 35 et 42 SA) et les termes précoces (entre 37 et 44 SA). Pourtant, ces dernières populations sont quantitativement très importantes et méritent une attention particulière, car leur pronostic est altéré dès la période néonatale et les conséquences à long terme restent à préciser. Comme cela a été fait pour les naissances de moins de 33 SA, des études devraient, selon les signataires de l’article, être menées pour mieux connaître les besoins spécifiques de ces enfants en matière d’offre de soins et plus particulièrement de services hospitaliers.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Bernard Jomier

Bernard Jomier, un généraliste sur les bancs du Sénat

« Ce sera sans doute mon activité la plus compliquée à arrêter. » Bien que devenu sénateur en septembre dernier, Bernard Jomier voulait absolument continuer à exercer en tant que généraliste. Il a...Commenter

Les dossiers qui ont marqué l'année Santé des LGBT+ : de l'importance d'être un généraliste friendly

Gay pride

De nombreux patients LGBT+ (lesbiennes, gay, bisexuels et trans...), par peur de leur jugement, n’évoquent pas leurs orientations sexuelles... 2

Zoom en vidéo [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients

Zoom en vidéo - [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients-0

Pour la première fois en 2018, le Congrès de Médecine Générale consacrait une plénière à la spécificité du soin pour les personnes LGBTI... 3

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir