Les prématurés nés entre 35 et 38 semaines d’aménorrhées sont les plus à risques.

Les prématurés nés entre 35 et 38 semaines d’aménorrhées sont les plus à risques.

10.12.2014
  • Les prématurés nés entre 35 et 38 semaines d’aménorrhées sont les plus à risques.  - 1

    Les prématurés nés entre 35 et 38 semaines d’aménorrhées sont les plus à risques.

Naître à 35-38 semaines d’aménorrhée ( SA) est un facteur de risque de mortalité et de morbidité néonatale et infantile chez les enfants uniques indemnes de malformation et, contrairement à l’idée couramment admise, ces enfants sont plus à risque que ceux nés à 39-41 SA. Tel est la conclusion d’une étude diligentée par Evelyne Combier (Université de Bougogne, Dijon) et col. dont les résultats sont rapportés dans le dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire (34-35,9 décembre 2014). Ces constatations devraient, selon les auteurs, conduire à la redéfinition de ce qu’est une naissance à terme et à une modification des indications de déclenchement et de césarienne programmée à 37-38 SA 18.

La grande prématurité (naissances avant 33 SA, soit 1,3% des naissances vivantes en 2011) a beaucoup mobilisé les pédiatres néonatologistes, les chercheurs, des experts en santé publique ainsi que les pouvoirs publics, du fait de la gravité des pathologies néonatales, de la lourdeur des prises en charge et des moyens mobilisés. En revanche, peu d’études ont concerné la prématurité tardive (entre 35 et 42 SA) et les termes précoces (entre 37 et 44 SA). Pourtant, ces dernières populations sont quantitativement très importantes et méritent une attention particulière, car leur pronostic est altéré dès la période néonatale et les conséquences à long terme restent à préciser. Comme cela a été fait pour les naissances de moins de 33 SA, des études devraient, selon les signataires de l’article, être menées pour mieux connaître les besoins spécifiques de ces enfants en matière d’offre de soins et plus particulièrement de services hospitaliers.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 1 Commentaire
 
Emeline C Médecin ou Interne 12.12.2014 à 14h32

Il m'apparait également important de poursuivre cet enfonçage de portes ouvertes en rappelant que l'eau ça mouille !

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les centres de santé ne veulent pas tomber sous la coupe des cliniques privées

Pour les centres de santé, la rentrée n'amène pas de répit. Alors que les responsables du secteur ont bataillé au printemps dernier pour éviter que la création de nouvelles structures ne soient...4

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1... 1

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... 1

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir