Le burn-out doit-il être reconnu comme maladie professionnelle ?

Le burn-out doit-il être reconnu comme maladie professionnelle ?

08.12.2014
  • Le burn-out doit-il être reconnu comme maladie professionnelle ? - 1

Une trentaine de députés -dont un médecin généraliste, Christian Hutin, député du Nord- demandent la reconnaissance du "burn out" comme maladie professionnelle, ce qui permettra, selon eux, d'en imputer la prise en charge aux "responsables", les employeurs. Dans une tribune publiée dimanche par le Journal du dimanche les signataires s’expliquent : "Nous demandons la reconnaissance de l'épuisement comme maladie professionnelle (...) Cette reconnaissance est indispensable pour faire que les effets de l'épuisement nerveux au travail soient à la charge de ceux qui en sont responsables, c'est-à-dire les employeurs", expliquent ces élus, tous issus de la majorité.

Pour les députés signataires, il s'agirait de faire "basculer le financement" de ce syndrome d'épuisement professionnel "sur la branche Accident du travail et maladies professionnelles - financée par les cotisations patronales à 97%". Les députés proposent l'inscription de 2 nouveaux éléments au tableau des maladies professionnelles: la dépression consécutive à un épuisement profond et le stress post-traumatique au travail. Pour l'heure, une personne souffrant de stress au travail a droit à un congé maladie ou un temps partiel thérapeutique financés par le régime général de la Sécurité sociale et donc par l'ensemble de la collectivité.

Seuls quelques dizaines de cas par an obtiennent que leur syndrome d'épuisement soit reconnu maladie professionnelle, celle-ci ayant entraîné une incapacité permanente de plus de 25% tandis qu'un lien "direct et essentiel" avec le travail a été mis en évidence, comme l’imposent les dispositions en vigueur.

Cette tribune intervient quelques semaines après la publication par Cegos d'un baromètre sur le stress au travail. Selon cette enquête, un salarié sur quatre déclare avoir subi au cours de sa carrière un problème psychologique grave comme une dépression ou un burn out.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 20 Commentaires
 
BRUNO B Médecin ou Interne 22.01.2015 à 13h00

Une fois de plus tous les Français disposant d'un statut protecteur bénéficieront de cette disposition ; les autres salariés des petites boites et les travailleurs indépendants seront de + en + Lire la suite

Répondre
 
alain m Médecin ou Interne 11.12.2014 à 01h27

Le burn out du médecin est provoqué par ses patients et les organismes de tutelle... Qui va payer ? Puis la reprise à temps partiel...il est doux de rêver! J'avais lu sur un panneau écrit en Lire la suite

Répondre
 
ISABELLE T Médecin ou Interne 09.12.2014 à 15h20

Et en AT, tout est payé ! Ils ne seront même plus obligés de faire semblant d'avoir mal au dos...

Répondre
 
CHRISTIAN T Médecin ou Interne 09.12.2014 à 18h34

à I T:ce n'est pas possible d'entendre des choses pareilles, avez vous travaillé dans la maçonnerie?avez vous fait qques efforts dans votre vie?non la femme de ménage y pourvoie.....

Répondre
 
MARIE C Administratif 09.12.2014 à 12h40

Le burn out sera une bonne excuse pour beaucoup...

Répondre
 
JEAN CLAUDE B Médecin ou Interne 11.12.2014 à 01h25

Evidemment... il n'y a pas de dosage de labo pour ça.

Répondre
 
nathalie z Médecin ou Interne 09.12.2014 à 06h03

d'accord avec eric f.le nombre de burn out en maladie professionnelle va "exploser"!

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Baromètre Santé 2016 La confiance envers les vaccins reviendrait-elle ?

À la veille du débat parlementaire sur l’obligation vaccinale, Santé Publique France a fait les choses « en grand » en publiant un volumineux BEH sur la vaccination des jeunes enfants et en...Commenter

Pelloux réclame l'ouverture de centres de santé jusque tard le soir

.

"21 millions de passages aux urgences" ont été recensés en 2016, un chiffre "multiplié par deux en vingt ans". C'est Patrick Pelloux qui l'a... 22

[Vidéo] Un Livre Blanc souligne les lacunes dans la prise en charge de la douleur

Douleur

La Société Française d'Etude et de Traitement de la Douleur (SFETD) a présenté mardi 17 octobre le Livre blanc de la douleur 2017, alertant... 3

Sécurité alimentaire LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES DESTINÉS AUX SPORTIFS Abonné

Complements alimentaires

Une alimentation équilibrée, diversifiée et privilégiant les aliments de haute densité nutritionnelle suffit à satisfaire les besoins... 1

Recherche en Médecine Générale INFECTION URINAIRE : DIAGNOSTIC TROP EMPIRIQUE Abonné

Bandelette urinaire

La prise en charge des infections urinaires (IU) a fait l’objet de recommandations en 2008 publiées par l’Assaps, puis d’une actualisation... 2

A découvrir