Hypertrophie bénigne de la prostate - Une pathologie bénigne, mais pas toujours anodine

Hypertrophie bénigne de la prostateUne pathologie bénigne, mais pas toujours anodine

21.11.2014

L’hypertrophie bénigne de la prostate est extrêmement fréquente, puisque 90 % des hommes de plus de 80 ans présentent des lésions histologiques bénignes de cette affection. Le bilan initial vise à repérer les formes compliquées qui devront faire demander un avis urologique avant instauration d’un traitement.

  • Une pathologie bénigne, mais pas toujours anodine - 1

Le principal facteur de l’HBP est l’avancée en âge. L’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP), très fréquente chez les hommes âgés est une source fréquente de symptômes urinaires, d’inconfort, de troubles du sommeil et d’altération de la qualité de la vie. Elle est le plus souvent révélée par des troubles mictionnels, mais elle doit être évoquée devant des mictions par regorgement voire des formes évoluées comme une insuffisance rénale. La démarche vise à répondre à plusieurs questions ...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Assemblée

Les députés disent oui à la prescription par le pharmacien, non au médecin traitant opposable

L'Assemblée poursuit ce vendredi l'examen en séance plénière du projet de loi santé. Plusieurs mesures symboliques ont été prises ces dernières heures. Les députés sont finalement revenus sur une...29

Le Bas-Rhin mise sur le 116 117 pour prendre en charge les soins non programmés en journée

.

L’URPS du Bas-Rhin, soutenue par l’ARS du Grand Est a lancé lundi dernier le dispositif “Un médecin 116 117” pour répondre à la demande de... Commenter

Bon usage du médicament : « des marges d’amélioration considérables » selon le patron de la Cnam

Nicolas Revel

Invité vendredi de la seconde édition du colloque sur le Bon usage du médicament*, Nicolas Revel, directeur général de l’Assurance maladie... 1

Ophtalmologie L'OPHTALMOLOGIE DE L’ENFANT EN SOINS PRIMAIRES Abonné

Ophtalmologie

En raison de délais de consultation souvent longs, l'ophtalmologie pédiatrique envahit les soins primaires. Il incombe aux médecins... 2

Gynécologie L'ENDOMÉTRIOSE Abonné

Endométriose

Retards diagnostiques, mauvaise coordination dans la prise en charge : une grande marge de progrès demeure sur l’endométriose, pathologie... Commenter

A découvrir