C'est arrivé le 15 novembre 1643 - Pléthore de médecins à la Cour de Louis XIV

C'est arrivé le 15 novembre 1643 Pléthore de médecins à la Cour de Louis XIV

15.11.2014
  • Pléthore de médecins à la Cour de Louis XIV - 1

    Pléthore de médecins à la Cour de Louis XIV

Jacques Cousinot fut nommé premier médecin de Louis XIV le 16 novembre 1643, succédant à Charles Bouvart. Celui à qui le roi confie cet emploi a la qualité de comte et transmet à ses descendants une noblesse réelle. Il a un brevet de conseiller d’Etat et depuis l'édit du 17 juin 1605, la surintendance des eaux minérales. Il touche 3000 livres de gages auxquels s’ajoutent 20 000 livres pour son « entretenement », les gages de conseiller d’Etat et les revenus de surintendant des eaux minérales.

Un budget considérable

Si l'Union Européenne avait alors existé et que la France en ait fait partie, elle aurait peut-être retoqué le budget santé du Roi Soleil tant le nombre de médecins, chirurgiens et apothicaires soignant (ou sévissant, c'est comme on voudra) à la Cour était considérable. Selon l "Estat de la France, comme elle estoit gouvernée en 1648 " , paru l'année suivante on recensait officiellement à Versailles pour s'occuper de personne du Roi un premier médecin, un médecin ordinaire, huit médecins servant par quartier, deux anatomistes, un premier chirurgien, un chirurgien ordinaire, huit chirurgiens servant par quartier, un opérateur, un opérateur pour la pierre, un oculiste, un herboriste, quatre apothicaires, deux aides-apothicaires, deux distillateurs. Parallèlement, un premier médecin, un médecin ordinaire, un chirurgien du corps de la reine, trois autres chirurgiens, un oculiste, un apothicaire de la reine et un apothicaire du commun étaient affectés à la Maison de la Reine. A cela s'ajoute la " faculté " de la maison du roi composée d'une trentaine de professionnels de santé. Enfin, dans les occasions extraordinaires comme le mariage du roi en 1660 ou la naissance du Dauphin en 1661, d'autres Maisons étaient créées composées chacune d'une dizaine de personnes.

Le mieux ennemi du bien

Louis XIV (ou l'Etat puisque c'était lui) engloutissait ainsi des sommes énormes pour préserver de la maladie et de la mort sa propre personne ainsi que ses proches. Pas sûr cependant que cette pléthore de médecins ait été toujours d'un grand secours pour la famille royale tant l'entêtement et les méthodes empiriques de beaucoup de ces médicastres s'est révélé plutôt nuisible qu'autre chose...

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Moins chers, mais source d'inégalités : un bilan mitigé des réseaux des soins

Les assureurs complémentaires rêvent toujours de pouvoir contracter avec les médecins. Une enquête menée par l'IGAS montre que plus des trois quarts des mutuelles, institution de prévoyance ou...Commenter

Bactéries résistantes : pas assez de traitements innovants en développement, selon l'OMS

.

Face à la menace croissante des bactéries résistantes la production de nouveaux antibiotiques n'est pas à la hauteur, selon l'OMS. Dans un... 2

Dépassements : la Cour des comptes casse le CAS

.

Leurs effets seraient "limités et très coûteux". Dans son rapport 2017 sur le financement de la Sécu, la Cour des comptes n'y va pas de... 1

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir