Les sénateurs votent la première étape du tiers payant intégral

Les sénateurs votent la première étape du tiers payant intégral

14.11.2014
  • Les sénateurs votent la première étape du tiers payant intégral - 1

Le Sénat a approuvé dans la nuit de jeudi à vendredi la première étape de la généralisation du tiers-payant. Les sénateurs ont voté l'article du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2015 prévoyant ce tiers-payant intégral pour les bénéficiaires de l'Aide à la complémentaire santé (ACS) à partir du 1er juillet 2015. Mais ils ont rejeté la suppression des franchises pour ces mêmes personnes: la participation forfaitaire de 1 euro mise en place il y a dix ans par la réforme Doute-Bertrand et demandée pour les consultations chez un médecin, sur les examens radiologiques et les analyses de biologie médicale, ainsi que des franchises médicales qui s'appliquent sur les boîtes de médicaments, les actes paramédicaux et les transports seront donc maintenues pour ces 774 000 personnes qui se situent juste au dessus du seuiil de la CMU.

Cette dernière disposition d'exonération avait été ajoutée par le gouvernement via un amendement lors de la lecture du projet de loi à l'Assemblée, un geste à l'égard de la majorité demandeuse de mesures de "justice" pour les plus modestes. Le Sénat passé à droite fin septembre l'a donc refusée. Dans un communiqué, le groupe socialiste de la Haute assemblée a regretté que "le Sénat rate l'opportunité de revenir sur une des mesures les plus antisociales des dix dernières années". C'était pourtant l'occasion, selon le sénateur PS Yves Daudigny, "de favoriser l'accès aux soins pour tous, d'améliorer la prévention et la prise en charge plus précoce des pathologies et d'alléger du même coup les services d'urgence des hôpitaux". L'Assemblée nationale devrait, bien entendu, rétablir cette disposition lors de la prochaine lecture du PLFSS.

Par ailleurs, le Sénat a rejeté la possibilité de substitution de médicaments inhalés par des génériques, qu'avaient votée les députés. Des sénateurs centristes, à l'origine de cette suppression, se sont interrogés sur l'efficacité de ces génériques et ont souligné les effets directs qu'aurait leur autorisation sur des emplois en France. Et cette fois, la proposition a peut-être plus de chance d’être retenue : la socialiste Catherine Genisson estimant aussi que les "1.500 emplois en cause à haute qualification", dans les usines fabriquant les médicaments remplacés, étaient "un argument qui a son poids".

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 4 Commentaires
 
bertrand h Médecin ou Interne 15.11.2014 à 11h50

Vive le tiers payant intégral ! Augmentation du nombre de consults, diminution des actes gratuits, tracasserie administrative supplémentaire... QUE DU BONHEUR !!!!!

Répondre
 
JEAN LUC M Médecin ou Interne 15.11.2014 à 03h15

Tiers payant forcément très inflationniste! Par la suite, il faudra bien contenir les dépenses... A votre avis qui en fera les frais ?

Répondre
 
JEAN FRANCOIS V Médecin ou Interne 14.11.2014 à 20h50

Mais qui veut vraiment ce Tiers Payant: Les mutuelles ? Non. Les laboratoires: pharmaceutiques ? Oui Les politiques pour un palmarès utopique ? Oui. Les médecins ? NON

Répondre
 
michel a Médecin ou Interne 14.11.2014 à 18h35

Je vous propose un système plus simple : couverture intégrale de tous les soins par l'assurance-maladie jusqu'à l'âge de 85 ans (par exemple), plus aucune couverture sociale au-delà. Équilibre des Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les centres de santé ne veulent pas tomber sous la coupe des cliniques privées

Pour les centres de santé, la rentrée n'amène pas de répit. Alors que les responsables du secteur ont bataillé au printemps dernier pour éviter que la création de nouvelles structures ne soient...4

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1... 1

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... 1

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir