Metz : l’enquête sur le décès de Corentin se poursuit

Metz : l’enquête sur le décès de Corentin se poursuit

12.11.2014
  • Metz : l’enquête sur le décès de Corentin se poursuit - 1

    Metz : l’enquête sur le décès de Corentin se poursuit

À Metz, l’enquête sur le décès du jeune garçon se poursuit et vient d’apporter des premiers éléments. D’après l’hôpital-clinique Claude-Bernard, établissement où s’est déroulée l’opération de l’appendicite, trois chirurgiens sont intervenus au chevet de Corentin. Aucune précision n’a toutefois été apportée quant au degré d’implication de chacun des praticiens, lesquels ont été assistés par trois anesthésistes et du personnel paramédical. Le Républicain Lorrain affirme, pour sa part, que le garçon aurait été victime de deux incidents successifs, lors de deux interventions différentes. Pratiquant une cœlioscopie, un premier chirurgien aurait touché l’aorte abdominale de l’enfant, entraînant une première hémorragie. Un deuxième chirurgien serait intervenu, touchant alors l’artère hépatique, aggravant encore l’état du patient. Le troisième chirurgien serait enfin arrivé, en vain.

Ces informations du quotidien régional n’ont été ni confirmée ni démentie par le parquet de Metz et la police judiciaire, en charge de l’enquête. L’établissement a également réalisé une enquête interne dont le rapport a été remis, aujourd’hui, à l’ARS de Lorraine. Celle-ci a aussi déclenché une enquête médico-administrative dont les résultats seront transmis à la justice.

La semaine dernière, une autopsie du corps de l’enfant a été effectuée. Mais, d’après une source proche de l’enquête judiciaire, les résultats définitifs ne devraient « pas être connus rapidement » car « les experts vont prendre leur temps, considérant les enjeux ». Dans un communiqué, les salariés et médecins de l’établissement « profondément affectés par le drame qui a touché Corentin et sa famille » souhaitent que « les enquêtes en cours fassent rapidement toute la lumière » sur ce drame. Dans un entretien au Républicain lorrain publié hier, l’un des chirurgiens qui a opéré l’enfant s’est dit « effondré, anéanti par ce drame », plaidant un accident. Rappelant que l’hôpital Claude-Bernard figure dans la « bonne moyenne nationale (en dessous de 0,2 %) en ce qui concerne les complications consécutives aux opérations de l’appendicite », le journal lorrain analyse ce drame comme un jeu de malchance.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Dans la Drôme, un centre de santé intercommunal drague des internes... deux ans avant son ouverture

L'intercommunalité Porte de Drômardèche, située à la frontière nord des deux départements, ouvrira son centre de santé en 2020. Il s'agit du premier projet de ce type piloté par une communauté de...Commenter

La dénervation rénale, vers une alternative au traitement médicamenteux dans l'HTA  ?

Circonscrite jusqu’à présent aux hypertensions résistantes, la dénervation rénale sera-t-elle demain un traitement « de routine » pour... Commenter

Bientôt un guide et des conseils de l'Ordre pour soigner son e-réputation

Ordinateur

Dans une étude parue jeudi, le Conseil d'État préconise de mettre un terme à l'interdiction stricte de publicité imposée aux médecins et de... Commenter

Dermatologie PEAU, SOLEIL ET CHALEUR Abonné

Photodermatose

Prédisposition aux cancers, vieillissement cutané et ophtalmique, boutons de chaleur, lucite, aggravation d’une acné… la peau justifie... Commenter

Dermatologie GALE : IVERMECTINE OU PERMÉTHRINE ? Abonné

Gale

Une récente revue Cochrane (1) a évalué l’efficacité et la sécurité de la perméthrine topique et de l’ivermectine topique ou systémique... 2

A découvrir