L’inquiétante hausse de consommation d’antibiotiques depuis 2010.

L’inquiétante hausse de consommation d’antibiotiques depuis 2010.

06.11.2014
  • L’inquiétante hausse de consommation d’antibiotiques depuis 2010. - 1

    L’inquiétante hausse de consommation d’antibiotiques depuis 2010.

Selon l’Ansm, la consommation d'antibiotiques des Français est repartie à la hausse depuis quatre ans. Après un net recul entre 2000 et 2004 (-18,9%) et une évolution en dents de scie entre 2005 et 2009 se soldant par un statu quo au niveau des chiffres, les ventes d'antibiotiques progressent de nouveau depuis 2010, avec 5,9 % de plus de consommation. Des chiffres étonnants issus des déclarations obligatoires de ventes de ces médicaments par les industriels.

Si l’hôpital n’est pas exemplaire dans son antibioprescription avec environ 4 patients sur 10 qui ont reçu un jour donné en 2013, une dose d’antibiotiques, sa consommation est stationnaire. C’est la consommation en ville qui inquiète les experts de l’Ansm, où se fait 90% de la vente de boîtes.

Les pénicillines demeurent les molécules les plus prescrites (61,2% en 2013 contre 48,7% en 2003), avec notamment une progression préoccupante de l’association amoxicilline-acide clavulanique génératrice de résistances bactériennes. Cette surconsommation serait majoritairement féminine (59,3% des ventes en officines de ville). Une dysparité que les experts attribuent à la fréquence des cystites chez les femmes entre 15 ans et 54 ans. Enfin, ce sont les affections des voies respiratoires qui concentrent le maximum de prescriptions, suivies par les infections urinaires et les otites.

Au final, la campagne des « antibiotiques, c’est pas automatique » mise en place en France en 2000 aura fait long feu, puisqu’en 2013, les taux sont légèrement supérieurs à ceux de 2003. Cette évolution globale fait craindre à l’Ansm qu’elle mette en péril l’objectif du plan antibiotique 2011-2016 de réduire de 25 % en cinq ans la consommation des antibiotiques. L’enjeu de ces plans successifs est effectivement de taille puisque 25 000 patients, infectés par des bactéries multirésistantes, décèdent chaque année en Europe d’une impasse thérapeutique.

Reste que ces chiffres de prescriptions très alarmants sont discordants avec ceux de la ROSP. Ceux-ci indiquaient une baisse de 12% sur l’objectif prescription d’antibiotiques des médecins généralistes entre décembre 2011 et juin 2014. La faute aux spécialistes libéraux ?

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Dépakine: audience préliminaire au TGI de Paris

L'association de défense des victimes de la Dépakine et le laboratoire Sanofi ont aiguisé leurs arguments mercredi lors d'une audience au tribunal de grande instance de Paris, première étape de l...Commenter

Les MICI gagnent du terrain surtout dans les pays nouvellement industrialisés

Mici

Les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI) sont des pathologies du 21ème siècle, indique clairement Le Lancet du 16... Commenter

Feu vert sur les vaccins obligatoires : en commission, les députés médecins montent au créneau

.

Ça devrait passer lors de l'examen du PLFSS dans l'hémicycle la semaine prochaine. Mais pas forcément comme une lettre à la poste… Les déput... Commenter

Sécurité alimentaire LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES DESTINÉS AUX SPORTIFS Abonné

Complements alimentaires

Une alimentation équilibrée, diversifiée et privilégiant les aliments de haute densité nutritionnelle suffit à satisfaire les besoins... 1

Recherche en Médecine Générale INFECTION URINAIRE : DIAGNOSTIC TROP EMPIRIQUE Abonné

Bandelette urinaire

La prise en charge des infections urinaires (IU) a fait l’objet de recommandations en 2008 publiées par l’Assaps, puis d’une actualisation... 2

A découvrir