Entente préalable : hypocholestérolémiants sous surveillance à partir de samedi

Entente préalable : hypocholestérolémiants sous surveillance à partir de samedi

31.10.2014
  • Entente préalable : hypocholestérolémiants sous surveillance à partir de samedi - 1

    Entente préalable : hypocholestérolémiants sous surveillance à partir de samedi

C’est donc demain, samedi qu’entre en vigueur le dispositif d’entente préalable pour certains hypocholestérolémiants. A partir de ce 1er novembre 2014, toute prescription de rosuvastatine (Crestor®), de l'ézétimibe seul (Ezetrol®) ou de l'ézétimibe en association avec la simvastatine (Inegy®, Vytorin®) devra en effet faire l’objet d’une demande d’entente préalable par le prescripteur en initiation de traitement.

C’est au terme de deux décisions publiées au JO du 23 septembre 2014 que cette procédure a été mise en place. En pratique, le médecin apparaît en première ligne dans ce dispositif. C’est à lui que revient de faire la demande d'accord préalable pour que les patients puissent bénéficier de la prise en charge de la rosuvastatine et de l'ézétimibe (seul ou en association).

Même si cette formalité supplémentaire ne vaut que pour les patients en initiation de traitement -et pas pour les patients actuellement sous ces molécules- elle risque de compliquer la vie du prescripteur. Celui-ci pourra faire cette démarche en ligne dans ameli.fr sur son compte professionnel de santé sécurisé "espace pro" : et dans ce cas, la réponse devrait a priori être rapide. A défaut, une solution plus contraignante existe : remplir le formulaire cerfa "demande d'accord préalable médicaments hypocholestérolémiants" qu'il adressera par courrier au service du contrôle médical de la Cpam de l'assuré. L'absence de réponse de la Sécu dans un délai de 15 jours suivant la date de réception vaudra accord de prise en charge. En cas de refus, la décision sera notifiée à l'assuré et le médecin en sera informé. Il devra alors indiquer sur chaque prescription la mention "non remboursable" pour le médicament concerné.

Dans une interview au Quotidien du pharmacien , la directrice déléguée à la gestion et à l’organisation des soins à la Cnamts rassure les officinaux sur le risque de non règlement du tiers payant en cas d’oubli de la mention « NR » par le prescripteur: « La mesure concerne le médecin. Le pharmacien ne sera donc pas pénalisé. » Et Mathilde Lignot-Leloup d’ajouter : « en cas de problème, c’est la cpam qui se retournera vers le prescripteur qui n’a pas respecté le refus d’accord préalable ou qui ne l’a pas demandé. »

Alors que les syndicats de généralistes sont vent debout contre cette mesure (que la cnamts justifie notamment par le non respect des recos HAS par les médecins), son entrée en vigueur début novembre risque donc de tendre un peu plus les relations entre les caisses et les médecins. Rappelons en effet que les généralistes CSMF de l’Unof appellent au boycott par les médecins de cette disposition.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 10 Commentaires
 
FREDERIC M Médecin ou Interne 02.11.2014 à 15h36

cela montre l'état fasciste de la securité sociale dont les directeurs peuvent prendre des mesures sans aucune raison médicale

Répondre
 
ERICK D Industrie Pharmaceutique 02.11.2014 à 14h11

Au delà du pb des ces traitements c'est une porte ouverte à mettre progressivement notre activité sous entente préalable, bref la fin de la médecine libérale

Syndicats, C.O. doivent intervenir, Lire la suite

Répondre
 
MANUEL B Médecin ou Interne 01.11.2014 à 15h09

Pour sûr, c'est un gros scandale que de se voir fliqué et retirer la liberté de prescription, d'ailleurs c'est au C.O. de réagir promptement. Mais sur le fond, j'en ai rien à fiche de la Lire la suite

Répondre
 
BERNARD P Médecin ou Interne 01.11.2014 à 12h03

C'est vraiment une tempête dans un verre d'eau, entre l'Ezetimibe qui n'a jamais montré une quelconque utilité et la rosuvastatine que l'on peut très bien remplacer par des produits tout aussi Lire la suite

Répondre
 
JEAN LUC M Médecin ou Interne 01.11.2014 à 07h02

C'est une mesure plus facile à appliquer que l'augmentation de la consultation qui est à un niveau ridicule

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
ouv

Maladie athéromateuse40 ans d’angioplastie... et encore des questions

Quarante ans après la première intervention chez l’homme, l’angioplastie a révolutionné la prise en charge des syndromes coronariens et la cardiologie interventionnelle s’attaque désormais à d...Commenter

Levothyrox: une notice diffusée par la justice pour faciliter les plaintes

.

Une notice a été diffusée sur l'ensemble du territoire pour aider les patients, souffrant d'effets secondaires de la nouvelle formule du... 3

Inquiétude des acteurs de la santé au travail sur la disparition du CHSCT

.

Les CHSCT (comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) créés par les lois Auroux de 1982 qui portent l'empreinte de la... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir