Syndrome de fatigue chronique : de nouveaux outils pour le diagnostic

Syndrome de fatigue chronique : de nouveaux outils pour le diagnostic

29.10.2014
  • Syndrome de fatigue chronique : de nouveaux outils pour le diagnostic  - 1

A-t-on levé un coin du voile qui recouvre le syndrome de fatigue chronique, resté jusque là un mystère pour la science ? Peut-être va t-on, en tout cas, vers un diagnostic plus sûr de ce syndrome aux contours imprécis. Une étude américaine parue dans la revue Radiology révèle en effet que les personnes atteintes de ce syndrome présentent des anomalies cérébrales particulières. Cette maladie se manifeste par une fatigue soudaine et inexpliquée pouvant durer pendant des mois et affecte plus d’un million d’adultes et d’enfants aux Etats unis. Elle pourrait avoir une cause virale.

Pour arriver à ce résultat, Les chercheurs ont effectué des IRM sur quinze patients atteints du syndrome de fatigue chronique et sur un groupe témoin de quatorze personnes du même âge en bonne santé. Trois techniques différentes d’IRM ont été utilisées pour obtenir une analyse volumétrique permettant de mesurer la taille des compartiments du cerveau, de visualiser la substance blanche, et de mesurer le flux sanguin cérébral.

La comparaison des résultats a montré que les personnes soufrant de SFC ont un volume légèrement plus faible de substance blanche. Il a aussi été constaté chez les gens porteurs de ce syndrome des anomalies dans deux parties du cerveau qui relient le lobe frontal et le lobe temporal.

« Ces résultats permettent d’envisager la possibilité d’avoir un biomarqueur du syndrome de fatigue chronique permettant de le diagnostiquer souligne l’auteur principal de l’étude » le Dr Michael Zeineh, professeur de radiologie à la faculté de Stanford (Californie)

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 3 Commentaires
 
Jean-Marie Médecin ou Interne 29.10.2014 à 22h09

Enfin Apparition de critères objectifs dans cette maladie , qui a constitué longtemps " un fourre-tout ", avec son inévitable et obligatoire "contenu Psycho-somatique ".

Répondre
 
michel a Médecin ou Interne 29.10.2014 à 20h47

Poursuivons… Ces anomalies se retrouvent-t-elles en plus grand nombre chez les médecins généralistes, et peuvent-elles participer à leur vocation autant qu'à leurs symptômes ? Il est possible Lire la suite

Répondre
 
VALERIE C Médecin ou Interne 29.10.2014 à 19h30

tout est dans la tête !!

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les centres de santé ne veulent pas tomber sous la coupe des cliniques privées

Pour les centres de santé, la rentrée n'amène pas de répit. Alors que les responsables du secteur ont bataillé au printemps dernier pour éviter que la création de nouvelles structures ne soient...4

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1... 1

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... 1

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir