Travail d’équipe : MG devrait signer, l’UNOF fait la moue

Travail d’équipe : MG devrait signer, l’UNOF fait la moue

22.10.2014
  • Travail d’équipe : MG devrait signer, l’UNOF fait la moue - 1

Le marathon de la négociation dans le cadre de l’ACIP sur la rémunération du travail coordonné s’est terminé ce mercredi. Et les syndicats se sont prononcés en ordre dispersé à l’issue de ce dernier round de discussions. Les dispositions pratiques et modalités de financement proposées par l’Assurance maladie n’ont que peu évolué depuis la précédente réunion (voir le détail des propositions de la semaine dernière). Le médecin traitant demeure le professionnel habilité à inclure un patient dans un protocole de soins coordonnés. Seule exception à la règle : les sages-femmes peuvent prendre une telle décision, en lien avec le médecin traitant, pour les sorties de maternités. Les documents de l’Assurance maladie précisent toutefois que le repérage des patients éligibles peut être fait par tout professionnel. Côté nouveauté, il est désormais prévu, à partir de 2017, l’ouverture du dispositif aux situations non précédées d’hospitalisation. Mais d’ici là, seules onze thématiques, définies par l’Assurance maladie, peuvent donner lieu à un protocole d’exercice coordonné.

Autre avancée par rapport à la semaine dernière : l’enveloppe dédiée à la coordination est (un peu) majorée. Mais seulement lorsqu’au moins quatre professionnels sont impliqués dans l’organisation. En d’autres termes, les forfaits dédiés à la coordination restent établis à 40 euros, pour les cas « simples », et 75 euros, pour les cas plus « lourds ». Somme que se partagent les professionnels toujours de la même façon (60/40 % ou 40/60% selon qu’il y adeux ou davantage d’intervenants). Mais, dès lors qu’un patient est pris en charge par plus de trois professionnels, la somme due est, avant le partage, majorée de 20 %.

A l’issue des cette réunion, la dotation financière reste insuffisante pour les syndicats. Mais cela n’empêche pas Claude Leicher d’affirmer qu’il proposera à MG France, dont il est président, de signer l’accord. Pour lui, le médecin traitant voit son rôle de « déclencheur et d’animateur de la coordination des soins de proximité » conforté. Il affirme que cet accord n’augmentera pas la charge de travail des praticiens. Mais, précise-t-il, ce texte reconnaît et rémunère la coordination qu’ils effectuent d’ores et déjà. Et de rappeler que « cette nouvelle façon d’organisation reste optionnelle ».

Le bilan est beaucoup moins positif du côté de l’UNOF. Pour Luc Duquesnel, son chef de file, « c’est toujours largement insuffisant, tant pour l’écriture des plans que pour la coordination ». Selon lui, le dispositif « n’est pas de nature à inciter les libéraux à s’investir dans la prise en charge coordonnée ». Le texte doit désormais être présenté aux différentes instances internes des syndicats avant l’assemblée générale de l’URPS, le 6 novembre prochain.

Mercredi après-midi, le second volet de la négociation dans le cadre de l’ACI, relatif à la pérénnisation des ENMR en maisons ou centres de santé se poursuivaient.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 6 Commentaires
 
JEAN MICHEL M Médecin ou Interne 28.10.2014 à 09h26

il faut expliquer et réexpliquer que les syndicats ne sont pas obligés de signer tous les avenants conventionnels pour percevoir les fonds conventionnels destinés à former leurs cadres .Cet argent Lire la suite

Répondre
 
PIERRE A Médecin ou Interne 23.10.2014 à 07h08

S'ils ne signent pas, ces pauvres syndicats n'auront plus rien pour régler leurs frais de structure et de fonctionnement. Je te tiens, tu me tiens par la barbichette. Pauvres médecins généralistes de Lire la suite

Répondre
 
GILLES B Médecin ou Interne 22.10.2014 à 23h55

Surtout quand on omet de signaler dans " les syndicats en ordre disperse", c"est le moins qu'on puisse dire la position du SML (Syndicat des Medecins Liberaux), franchement opposé à cet accord de Lire la suite

Répondre
 
MARC M Médecin ou Interne 22.10.2014 à 23h11

Attention au marché de dupes ....
L'état signe, l'état s'engage ... MAIS la mise en application des promesses et engagements n'est pas pour demain ni après demain tant la girouette tourne .......

Répondre
 
BRUNO L Médecin ou Interne 22.10.2014 à 20h44

Aberrant.???... mais le dr Claude Leicher (dans une interview vidéo) a deconseillé aux jeunes medecins de s'installer en liberal . il reste président d'un syndicat qui doit défendre la MG Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Aux Etats-Unis, la question de la couverture santé des plus modestes fait polémique

Véritable feuilleton politique, la question des subventions fédérales permettant aux assureurs privés de réduire le montant payé de leurs poches par des assurés modestes pour couvrir leurs frais de...Commenter

Glyphosate: les députés français et européens s'en mêlent

.

Les membres de la commission Environnement et Santé du Parlement européen ont voté jeudi une résolution demandant à l'exécutif européen de... Commenter

Rage : l'enfant est mort à Lyon, ses proches ont été vaccinés

.

Le petit garçon de dix ans, souffrant de la rage après avoir été mordu par un chiot au Sri Lanka, un cas rare en France, est mort mardi... Commenter

Sécurité alimentaire LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES DESTINÉS AUX SPORTIFS Abonné

Complements alimentaires

Une alimentation équilibrée, diversifiée et privilégiant les aliments de haute densité nutritionnelle suffit à satisfaire les besoins... 1

Recherche en Médecine Générale INFECTION URINAIRE : DIAGNOSTIC TROP EMPIRIQUE Abonné

Bandelette urinaire

La prise en charge des infections urinaires (IU) a fait l’objet de recommandations en 2008 publiées par l’Assaps, puis d’une actualisation... 2

A découvrir