C’est arrivé le 16 octobre 1909 - Ruffer, pionnier de la paléopathologie

C’est arrivé le 16 octobre 1909Ruffer, pionnier de la paléopathologie

16.10.2014
  • C’est arrivé le 16 octobre 1909 - Ruffer, pionnier de la paléopathologie-1

    Ruffer, pionnier de la paléopathologie

Fils du banquier suisse Alphonse Charles Jacques Ruffer devenu le premier baron de Ruser, Marc-Armand Ruffer fit ses études à Oxford avant d’obtenir son diplôme de Médecine à Londres. Disciple de Louis Pasteur et de Metchnikov, il fut nommé en 1891 directeur général de l'Institut Britannique pour la médecine préventive, devenu plus tard le « Lister Institute of Preventive Medicine.

Frappé par la diphtérie en s’inoculant un sérum

Mais, dans le cadre d’une auto-expérience Ruffer contracta la diphtérie en testant un sérum contre la maladie. Son système nerveux atteint et partiellement paralysé, il dut renoncer à son poste. Il décida alors de s’expatrier en Égypte pour améliorer sa santé et peu de temps après son arrivée au Caire, il obtint un poste de professeur de bactériologie à l’université du Caire.

Marc-Armand Ruffer

En 1901 Ruffer fut nommé président du Conseil de Santé Egyptien puis directeur de l’Institut égyptien de bactériologie. Il va profiter de son long séjour au pays des Pharaons pour initier une nouvelle science, la paléopathologie qu’il définit comme « une doctrine sur les maladies dissimulées dans les vestiges humains et animaux des époques anciennes ». Ses travaux se concentrèrent sur des momies des XVIIIe à XXVIIe dynasties. Il inventa une technique consistant à extraire de fines lamelles de tissus momifiés pour ses études microscopiques, mettant ainsi au point pour cette méthode, des diagnostics de grande précision.

Jambe gauche de la momie du roi Siptah

Le 16 octobre 1909, il découvrit ainsi des œufs de Schistosoma hæmatobium dans les reins de momies de la XXe dynastie prouvant ainsi la présence de bilharziose à cette période. On peut considérer cette découverte comme l’acte fondateur de la paléopathologie.

La tuberculose était déjà présente dans l’Égypte ancienne

L’année suivante, en autopsiant la momie de Nesperenhep, prêtre d'Amon qui avait vécu en 1000 av. J.-C., Ruffer découvrit un mal de Pott avec un abcès du psoas, démontrant ainsi que la tuberculose était présente dans l’Égypte ancienne.

Ruffer autopsia des dizaines de momies...

Le bactériologiste tenta aussi d'élucider le problème de la volumineuse épouse du souverain de Pount gravée sur le temple de Deir el-Bahari sous le règne d'Hatchepsout. « J'admets », dira Ruffer « que jusqu'à présent je suis incapable de suggérer un diagnostic précis quelconque »6. Il s'intéresse aussi à la momie du roi Siptah et considère que son atrophie du pied est un pied varus équin ou pied-bot congénital. Au cours de ses travaux, Ruffer put retrouver des indices formels montrant que l'artériosclérose, les lithiases, les ophtalmies trachomateuses, les leucomes de la cornée, la poliomyélite, le rachitisme carentiel, le mal de Pott, les caries dentaires, la pyorrhée alvéolaire, l'ostéomyélite, la goutte, les rhumatismes infectieux ou déformants étaient des maladies déjà endurées par les contemporains de Ramsès II.

Momie de Ramsès II

 

Une mort tragique au large de Salonique

Fait chevalier par la Couronne britannique en 1916, le médecin britanno-suisse travailla alors avec la commission qui s'occupe de la peste en Indes et, avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale, il devint la figure de proue de la Croix-Rouge égyptienne dont il était devenu le directeur en 1914. Ruffer connut une fin tragique. Alors qu’il se rendait en Grèce, son bateau, le SS Arcadan, fut torpillé au large de Salonique sans sommation par le sous-marin allemand UC74 , naufrage qui provoqua la mort de 279 personnes, dont 35 membres d'équipage.

Tous les travaux de Ruffer furent publiés peu après sa mort sous le titre « Études sur la paléopathologie de l'Égypte ».

 

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Congrès de l'Isnar-IMG à Tours Aides à l'installation : les cafouillages du contrat CESP entre manque d’accompagnement et défaut d’information

Le contrat d’engagement de service public (CESP) a été créé il y a neuf ans. l’Intersyndicale des internes en médecine générale (Isnar-IMG) et l’Anemf ont donc jugé le moment opportun pour en faire...Commenter

Anti-acides et thérapies anticancéreuses ne font pas bon ménage

Femme traitée par chimiothérapie

L’utilisation de médicaments anti-acide impacte de manière négative la survie de patients atteints de cancer et traités par pazopanib... Commenter

La moitié des internes en médecine générale dépasse le temps de travail réglementaire

.

À l’occasion du 20e Congrès de l’Intersyndicale des internes de médecine générale (Isnar-IMG) à Tours, l’organisation a présenté les résulta... 5

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir