Irradiation par imagerie médicale : l’état des lieux de l’IRSN

Irradiation par imagerie médicale : l’état des lieux de l’IRSN

13.10.2014
  • Irradiation par imagerie médicale : l’état des lieux de l’IRSN - 1

    Irradiation par imagerie médicale : l’état des lieux de l’IRSN

Après avoir explosé au début des années 2000, l’exposition de la population française aux rayonnements ionisants, via l’imagerie médicale, est-elle en train de se stabiliser ? C’est en tout cas ce que suggère un rapport de l’IRSN publié ce jour. Ce document qui porte sur l’année 2012 analyse cette exposition par modalité d’imagerie (radiologie conventionnelle, dentaire, scanner et médecine nucléaire), région anatomique, âge etc. Et compare les données observées à celles documentées dans le précédent rapport en 2007.

82 millions d’acte diagnostiqués en 2012

Résultats : en 2012, près de la moitié de la population française (44%) a bénéficié d’au moins un acte d’imagerie et au total, 81,8 millions d’examens diagnostiques utilisant des rayonnements ionisants ont été réalisés, soit 6 % de plus qu’en 2007. Cette augmentation « est essentiellement due à une progression considérable des actes de radiologie dentaire (+50 % sur la période 2002-2012) souligne l’IRSN. Si l’on exclut ces actes, la tendance est à la baisse avec un recul de 4 % du nombre d’examens entre 2007 et 2012.

En termes de doses délivrées, la progression semble moins exponentielle. La dose efficace individuelle moyenne a augmenté d’environ 20 % entre 2007 et 2012, soit une hausse « nettement moins importante que celle de la période précédente (+57 % entre 2002 et 2007) » précise l’IRSN.

Sans surprise, le scanner reste l’examen le plus irradiant : bien que ne représentant que 10,4% du nombre d’actes, il est à l’origine de 71,3 % de la dose totale délivrée. La radiologie conventionnelle (hors radiologie dentaire) représente 54 % des actes pour 17,7 % de la dose totale délivrée, la médecine nucléaire 1,3 % des actes pour 7,8 % de la dose totale délivrée, et la radiologie dentaire 33,8 % des actes pour 0,2 % de la dose délivrée.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 2 Commentaires
 
gisele L Médecin ou Interne 15.10.2014 à 17h20

Il est bizarre que le total des pourcentages de dose ne fassent pas 100 ?

Répondre
 
Gilbert G Médecin ou Interne 14.10.2014 à 09h50

trop d'examens non justifiables sont responsables de cette irradiation"camouflée".

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Cancer domicile

Répondez à notre enquête Quelles solutions pour vos patients atteints de cancer à domicile ?

A l’heure du « virage ambulatoire », la cancérologie se déploie de plus en plus chez le patient. Pour le médecin généraliste comme pour les autres acteurs de soins de ville, c’est à la fois une...4

Agnès Buzyn annonce la mise en œuvre de la recertification des médecins

.

Agnès Buzyn avait déjà plutôt séduit l’Ordre des médecins lors de ses discours. La ministre de la Santé pourrait bien avoir à nouveau... 39

Le gouvernement ne généralisera pas le tiers payant fin novembre

.

"Nous ne sommes pas prêts techniquement à l'étendre". Alors que la loi Santé votée sous le quinquennat Hollande prévoyait la généralisation... 2

Gastro-entérologie LA CONSTIPATION Abonné

Constipation

Pathologie fréquente, assez souvent négligée, la constipation chronique nécessite d’être considérée et caractérisée. Sa prise en charge,... Commenter

Addictologie LA MALADIE DE LAUNOIS BENSAUDE Abonné

Maladie de Launoy Bensaude 2

Cette pathologie est une lipodystrophie rare, souvent rattachée à une intoxication alcoolique, et se traduit par le développement... Commenter

A découvrir