Irradiation par imagerie médicale : l’état des lieux de l’IRSN

Irradiation par imagerie médicale : l’état des lieux de l’IRSN

13.10.2014
  • Irradiation par imagerie médicale : l’état des lieux de l’IRSN - 1

    Irradiation par imagerie médicale : l’état des lieux de l’IRSN

Après avoir explosé au début des années 2000, l’exposition de la population française aux rayonnements ionisants, via l’imagerie médicale, est-elle en train de se stabiliser ? C’est en tout cas ce que suggère un rapport de l’IRSN publié ce jour. Ce document qui porte sur l’année 2012 analyse cette exposition par modalité d’imagerie (radiologie conventionnelle, dentaire, scanner et médecine nucléaire), région anatomique, âge etc. Et compare les données observées à celles documentées dans le précédent rapport en 2007.

82 millions d’acte diagnostiqués en 2012

Résultats : en 2012, près de la moitié de la population française (44%) a bénéficié d’au moins un acte d’imagerie et au total, 81,8 millions d’examens diagnostiques utilisant des rayonnements ionisants ont été réalisés, soit 6 % de plus qu’en 2007. Cette augmentation « est essentiellement due à une progression considérable des actes de radiologie dentaire (+50 % sur la période 2002-2012) souligne l’IRSN. Si l’on exclut ces actes, la tendance est à la baisse avec un recul de 4 % du nombre d’examens entre 2007 et 2012.

En termes de doses délivrées, la progression semble moins exponentielle. La dose efficace individuelle moyenne a augmenté d’environ 20 % entre 2007 et 2012, soit une hausse « nettement moins importante que celle de la période précédente (+57 % entre 2002 et 2007) » précise l’IRSN.

Sans surprise, le scanner reste l’examen le plus irradiant : bien que ne représentant que 10,4% du nombre d’actes, il est à l’origine de 71,3 % de la dose totale délivrée. La radiologie conventionnelle (hors radiologie dentaire) représente 54 % des actes pour 17,7 % de la dose totale délivrée, la médecine nucléaire 1,3 % des actes pour 7,8 % de la dose totale délivrée, et la radiologie dentaire 33,8 % des actes pour 0,2 % de la dose délivrée.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Congrès Isnar

En direct du Congrès de l'Isnar-IMG Agnès Buzyn rassure les internes sur la coercition, mais botte en touche sur les conditions de travail

Après un rendez-vous manqué l’année dernière à cause des intempéries, la ministre de la Santé était cette année bien présente physiquement au 20e Congrès de l’Intersyndicale des internes de...3

[VIDEO] Accès des salariés, indépendance des actions en Congrès, organisme pro-syndicats ... la directrice générale de l'ANDPC répond à vos questions - 2/2

[VIDEO] Accès des salariés, indépendance des actions en Congrès, organisme pro-syndicats ... la directrice générale de l'ANDPC répond à vos questions - 2/2-0

Les médecins ont encore un an pour répondre à leur obligation triennale de développement professionnel continu (DPC). Les généralistes... Commenter

Téléconsultation, télé-expertise : qu'est-ce que ça change ? Deux généralistes témoignent

Adrien Naegelen et Nicolas de Chanaud

À l'occasion d'un colloque sur la télémédecine en libéral, organisé par l'URPS Ile-de-France jeudi dernier, deux jeunes généralistes parisie... 2

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir