La DGS alerte sur le risque de Mers-CoV

La DGS alerte sur le risque de Mers-CoV

08.10.2014
  • La DGS alerte sur le risque de Mers-CoV - 1

    La DGS alerte sur le risque de Mers-CoV

"Dans le contexte actuel de retour du pèlerinage du « Hadj », il convient de maintenir une vigilance renforcée vis-à-vis du MERS-CoV car la possibilité de retour sur le territoire d’une personne porteuse du virus ne peut être exclue", rappelle la DGS dans un message "DGS-URGENT" qu’elle adresse aux professionnels de santé.

En effet, l’épidémie d’infection à nouveau coronavirus est toujours en cours dans la Péninsule Arabique. A la date du 30 septembre dernier, le réseau den surveillance mis en place par l’OMS et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a permis d’identifier 887 cas dna sle monde dont 352 sont décédés. Seuls les pays de la Péninsule Arabique ont rapporté des cas autochtones. Les cas identifiés dans d’autres pays sont tous des cas importés ou des cas secondaires à ces cas importés. Ainsi le 29 septembre 2014, l’Autriche a rapporté un cas d'infection à coronavirus chez une femme en provenance d'Arabie Saoudite.

Rappelons qu’en juin 2013, le Haut Conseil de la santé publique considérait comme cas possible :

- toute personne ayant voyagé ou séjourné dans un pays de la Péninsule arabique, qui, au cours des 14 jours après son retour, a présenté des signes cliniques et/ou radiologiques de détresse respiratoire aiguë (SDRA) ou d’infection du parenchyme pulmonaire, avec une fièvre ≥ 38°C et de la toux, sans autre étiologie identifiée pouvant expliquer la pathologie.

Pour les personnes immunodéprimées ou présentant une pathologie chronique, il faut considérer également la survenue d’un syndrome fébrile avec diarrhée et/ou tableau clinique sévère.

- Tout contact (ex. : famille, soignants) d’un cas possible ou confirmé, ayant présenté une infection respiratoire aiguë quelle que soit sa gravité, dans les 14 jours suivant le dernier contact avec le cas possible/confirmé pendant que ce dernier était symptomatique.

Les pays à risque sont l’Arabie Saoudite, le Bahreïn, les Emirats Arabes Unis, l’Irak, l’Iran, Israël, la Jordanie, le Koweït, le Liban, Oman, le Qatar, la Syrie, les Territoires palestiniens occupés et le Yémen.

Toute suspicion de cas possible implique la mise en œuvre immédiate de mesures barrières maximales et isolement du malade, ainsi qu’un appel au centre 15 qui engage la procédure de prise en chargé spéciamisée.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Excédé par la multiplication des PV, un généraliste du Mans menace d'arrêter ses visites

La bataille pour le stationnement gratuit des médecins en visite se poursuit du côté du Mans. Un généraliste, excédé de se faire verbaliser, a décidé d'écrire au maire de la commune. Installé...2

Enquête : qu'attendez-vous de la recertification ?

recertification

Le gouvernement souhaite mettre en place une recertification périodique des compétences des médecins. Beaucoup d’incertitudes entourent... 9

Arrêts maladies frauduleux : le reportage de France 2 « jette l'opprobre sur la profession », estime l'Ordre

Reportage arrêts maladies frauduleux

Faites ce que je dis, pas ce que je fais ! La diffusion au 20H de France 2, mercredi, d'un reportage sur les arrêts maladie frauduleux, a... 3

Tabacologie UNE SEULE CIGARETTE PAR JOUR AUGMENTE LE RISQUE CV DE 50 % Abonné

Cigarette

Fumer moins est inefficace sur le risque cardiovasculaire. Retour sur cette méta-analyse du BMJ, qui réduit à néant tout espoir sur la... Commenter

LES INHIBITEURS CALCIQUES DANS LE RAYNAUD Abonné

Raynaud

Que valent les inhibiteurs calciques dans le traitement du syndrome de Raynaud ? La revue Cochrane (1) s’est attachée à évaluer le rapport... Commenter

A découvrir