La DGS alerte sur le risque de Mers-CoV

La DGS alerte sur le risque de Mers-CoV

08.10.2014
  • La DGS alerte sur le risque de Mers-CoV - 1

    La DGS alerte sur le risque de Mers-CoV

"Dans le contexte actuel de retour du pèlerinage du « Hadj », il convient de maintenir une vigilance renforcée vis-à-vis du MERS-CoV car la possibilité de retour sur le territoire d’une personne porteuse du virus ne peut être exclue", rappelle la DGS dans un message "DGS-URGENT" qu’elle adresse aux professionnels de santé.

En effet, l’épidémie d’infection à nouveau coronavirus est toujours en cours dans la Péninsule Arabique. A la date du 30 septembre dernier, le réseau den surveillance mis en place par l’OMS et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a permis d’identifier 887 cas dna sle monde dont 352 sont décédés. Seuls les pays de la Péninsule Arabique ont rapporté des cas autochtones. Les cas identifiés dans d’autres pays sont tous des cas importés ou des cas secondaires à ces cas importés. Ainsi le 29 septembre 2014, l’Autriche a rapporté un cas d'infection à coronavirus chez une femme en provenance d'Arabie Saoudite.

Rappelons qu’en juin 2013, le Haut Conseil de la santé publique considérait comme cas possible :

- toute personne ayant voyagé ou séjourné dans un pays de la Péninsule arabique, qui, au cours des 14 jours après son retour, a présenté des signes cliniques et/ou radiologiques de détresse respiratoire aiguë (SDRA) ou d’infection du parenchyme pulmonaire, avec une fièvre ≥ 38°C et de la toux, sans autre étiologie identifiée pouvant expliquer la pathologie.

Pour les personnes immunodéprimées ou présentant une pathologie chronique, il faut considérer également la survenue d’un syndrome fébrile avec diarrhée et/ou tableau clinique sévère.

- Tout contact (ex. : famille, soignants) d’un cas possible ou confirmé, ayant présenté une infection respiratoire aiguë quelle que soit sa gravité, dans les 14 jours suivant le dernier contact avec le cas possible/confirmé pendant que ce dernier était symptomatique.

Les pays à risque sont l’Arabie Saoudite, le Bahreïn, les Emirats Arabes Unis, l’Irak, l’Iran, Israël, la Jordanie, le Koweït, le Liban, Oman, le Qatar, la Syrie, les Territoires palestiniens occupés et le Yémen.

Toute suspicion de cas possible implique la mise en œuvre immédiate de mesures barrières maximales et isolement du malade, ainsi qu’un appel au centre 15 qui engage la procédure de prise en chargé spéciamisée.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
IPA

Les infirmières en pratique avancée deviennent réalité : les textes enfin parus au JO

C'est officiel, les futurs infirmiers et infirmières en pratique avancée (IPA) seront formés à la rentrée ! Les textes tant attendus par la profession sont parus ce jeudi au Journal Officiel. Un...1

Dossier professionnel

Pratique avancéeDes super-infirmières à la rescousse des médecins

Photo lead

[Rediffusion du 4 mai 2018] Pour renforcer l’accès aux soins, des infirmières en pratique avancée (IPA) seront formées dès le mois de... Commenter

35 euros la consultation dans les déserts, suppression des ARS ... les nouvelles propositions chocs du député Philippe Vigier

Philippe Vigier

En mars dernier ,le député UDI Philippe Vigier, spécialiste des propositions de loi de coercition pour l’installation des médecins avait... 15

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir