La DGS alerte sur le risque de Mers-CoV

La DGS alerte sur le risque de Mers-CoV

08.10.2014
  • La DGS alerte sur le risque de Mers-CoV - 1

    La DGS alerte sur le risque de Mers-CoV

"Dans le contexte actuel de retour du pèlerinage du « Hadj », il convient de maintenir une vigilance renforcée vis-à-vis du MERS-CoV car la possibilité de retour sur le territoire d’une personne porteuse du virus ne peut être exclue", rappelle la DGS dans un message "DGS-URGENT" qu’elle adresse aux professionnels de santé.

En effet, l’épidémie d’infection à nouveau coronavirus est toujours en cours dans la Péninsule Arabique. A la date du 30 septembre dernier, le réseau den surveillance mis en place par l’OMS et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a permis d’identifier 887 cas dna sle monde dont 352 sont décédés. Seuls les pays de la Péninsule Arabique ont rapporté des cas autochtones. Les cas identifiés dans d’autres pays sont tous des cas importés ou des cas secondaires à ces cas importés. Ainsi le 29 septembre 2014, l’Autriche a rapporté un cas d'infection à coronavirus chez une femme en provenance d'Arabie Saoudite.

Rappelons qu’en juin 2013, le Haut Conseil de la santé publique considérait comme cas possible :

- toute personne ayant voyagé ou séjourné dans un pays de la Péninsule arabique, qui, au cours des 14 jours après son retour, a présenté des signes cliniques et/ou radiologiques de détresse respiratoire aiguë (SDRA) ou d’infection du parenchyme pulmonaire, avec une fièvre ≥ 38°C et de la toux, sans autre étiologie identifiée pouvant expliquer la pathologie.

Pour les personnes immunodéprimées ou présentant une pathologie chronique, il faut considérer également la survenue d’un syndrome fébrile avec diarrhée et/ou tableau clinique sévère.

- Tout contact (ex. : famille, soignants) d’un cas possible ou confirmé, ayant présenté une infection respiratoire aiguë quelle que soit sa gravité, dans les 14 jours suivant le dernier contact avec le cas possible/confirmé pendant que ce dernier était symptomatique.

Les pays à risque sont l’Arabie Saoudite, le Bahreïn, les Emirats Arabes Unis, l’Irak, l’Iran, Israël, la Jordanie, le Koweït, le Liban, Oman, le Qatar, la Syrie, les Territoires palestiniens occupés et le Yémen.

Toute suspicion de cas possible implique la mise en œuvre immédiate de mesures barrières maximales et isolement du malade, ainsi qu’un appel au centre 15 qui engage la procédure de prise en chargé spéciamisée.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Crise

Déserts médicaux Ces départements qui ne connaissent pas la crise

Alors que la France médicale se dépeuple de ses généralistes, une douzaine de départements semble encore échapper à la décrue. Attractivité naturelle du territoire, volontarisme des leaders, ou...6

ECN : 94% des postes en médecine générale pourvus, l’Ile-de-France boudée

.

Désormais organisé en plusieurs étapes et de façon virtuelle, l’amphi de garnison des ECNi est arrivé à son terme aujourd’hui. Tous les... 2

Pilules C3G et C4G : la justice classe l'affaire

.

Le parquet de Paris a classé l'enquête ouverte fin 2012 sur les pilules C3G et C4G accusées de favoriser des thromboses veineuses. Au terme... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir