Un généraliste francilien aux Assises pour l’agression d’une ancienne patiente devenue sa maîtresse

Un généraliste francilien aux Assises pour l’agression d’une ancienne patiente devenue sa maîtresse

07.10.2014
  • Un généraliste francilien aux Assises pour l’agression d’une ancienne patiente devenue sa maîtresse - 1

    Un généraliste francilien aux Assises pour l’agression d’une ancienne patiente devenue sa maîtresse

Elle était sa patiente depuis 2004, elle était devenue sa maitresse en 2009 et il a tenté de l’assassiner en 2011. Le Dr Gérard Sépulcre comparait à partir de mardi devant les Assises de l’Essonne. Ce médecin généraliste de 60 ans, exerçant à Courcouronnes (Essonne) avait été interpellé le 11 décembre 2011 vers 22h30 au domicile de cette femme et du mari de celle-ci dans la même commune, les mains ensanglantées, tenant un couteau de plongée. La femme et son époux qui avait tenté de s’interposer étaient découverts dans un état grave, avec de multiples plaies à la poitrine, aux joues, et les poumons perforés.

L'accusé, qui comparait détenu devra en particulier s'expliquer sur une phrase que les parties civiles disent avoir entendu lors de l'agression : "Je suis venu pour vous tuer." De fait, Gérard Sépulcre avait appelé l'une de ses amies plus tôt dans la soirée pour l'informer de sa volonté de tuer cette femme qui affirme avoir tenté de rompre cette relation en février 2010 et y avoir été depuis contrainte.

L’affaire sentimentale se complique par une question d’argent, puisque la jeune femme, trentenaire, adjointe de sécurité au sein de la police judiciaire, avait par ailleurs reçu de sa part environ 21.000 euros pour rembourser des prêts. Le jour des faits, elle avait annulé le rendez-vous fixé avec l'accusé. Celui-ci, convaincu d'un complot familial pour lui soutirer de l'argent, avait alors bu deux verres de whisky et s'était décidé à la tuer.

Décrit comme sociable et très investi dans son travail de médecin, mais aussi "maniaque" et "impulsif", Gérard Sépulcre avait également porté un coup de couteau à un voisin qui était intervenu, sans toutefois le blesser. Le médecin généraliste était séparé depuis 2010 de son épouse, qui a relaté aux enquêteurs des faits de violence avec arme blanche à son encontre.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Moins chers, mais source d'inégalités : un bilan mitigé des réseaux des soins

Les assureurs complémentaires rêvent toujours de pouvoir contracter avec les médecins. Une enquête menée par l'IGAS montre que plus des trois quarts des mutuelles, institution de prévoyance ou...Commenter

Bactéries résistantes : pas assez de traitements innovants en développement, selon l'OMS

.

Face à la menace croissante des bactéries résistantes la production de nouveaux antibiotiques n'est pas à la hauteur, selon l'OMS. Dans un... Commenter

Dépassements : la Cour des comptes casse le CAS

.

Leurs effets seraient "limités et très coûteux". Dans son rapport 2017 sur le financement de la Sécu, la Cour des comptes n'y va pas de... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir