C’est arrivé le 5 octobre 1970 - Mort de Francis Peyton Rous

C’est arrivé le 5 octobre 1970Mort de Francis Peyton Rous

05.10.2014
  • Mort de Francis Peyton Rous - 1

    Mort de Francis Peyton Rous

Le médecin américain originaire de Baltimore aura dû attendre 57 ans – un record dans l’histoire du prix – pour être enfin honoré par le Nobel de médecine en 1966… C’est en 1909, en effet, que le biologiste avait réussi à provoquer, alors qu’il était chargé de recherche à l’institut Rockfeller, des cancers solides des tissus conjonctifs chez des poulets de la race Plymouth Rock à partir d’un filtrat acellulaire d’une tumeur aviaire, prouvant ainsi que les tumeurs cancéreuses pouvaient être transmises par des virus. Les filtrats générateurs de tumeur furent appelés « agents filtrants », « virus filtrants », « agents de Rous » ou encore « virus de Rous ». Rous envisagea pourtant la possibilité que les agents provoquant les tumeurs puissent ne pas être de nature infectieuse.

Les expérimentations de Rous firent alors long feu. Les tentatives d’inoculation de ce cancer à d’autres espèces animales s’étant soldées par des échecs, la communauté scientifique jugea ces travaux sans grand intérêt pour la recherche médicale. Meurtri, Rous se désintéressa du sujet pour se consacrer à d’autres travaux sur le foie et la vésicule biliaire avant de mettre au point une méthode de conservation du sang qui aboutira à la création des banques de sang.

Mais, en 1934, Rous reprit néanmoins de plus belle ses travaux sur l’induction du cancer, ce qui l’amena, en 1941, à étayer une théorie virale du cancer. En 1953, au Caltech, Harry Rubin réussit à cultiver in vitro le virus du sarcome de Rous.

Il faudra ensuite attendre 1963 et les travaux d’un autre futur prix Nobel de médecine (en 1975), l’Italien Renato Dulbecco sur les « découvertes concernant l’interaction entre les virus oncogéniques et le matériel génétique des cellules » pour que les travaux initiés par Rous plus de cinquante ans auparavant soient enfin reconnus. Le virus de Rous, grâce aux progrès de la biologie moléculaire, était enfin clairement identifié comme l’agent cancérigène. À partir de 1966, il est devenu un outil de recherche pour de nombreux laboratoires. C’est aussi à partir de ce virus, suite aux travaux de Temin et Baltimore (Nature du 27 juin 1970), que fut découverte la transcriptase inverse.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Excédé par la multiplication des PV, un généraliste du Mans menace d'arrêter ses visites

La bataille pour le stationnement gratuit des médecins en visite se poursuit du côté du Mans. Un généraliste, excédé de se faire verbaliser, a décidé d'écrire au maire de la commune. Installé...2

Enquête : qu'attendez-vous de la recertification ?

recertification

Le gouvernement souhaite mettre en place une recertification périodique des compétences des médecins. Beaucoup d’incertitudes entourent... 9

Arrêts maladies frauduleux : le reportage de France 2 « jette l'opprobre sur la profession », estime l'Ordre

Reportage arrêts maladies frauduleux

Faites ce que je dis, pas ce que je fais ! La diffusion au 20H de France 2, mercredi, d'un reportage sur les arrêts maladie frauduleux, a... 3

Tabacologie UNE SEULE CIGARETTE PAR JOUR AUGMENTE LE RISQUE CV DE 50 % Abonné

Cigarette

Fumer moins est inefficace sur le risque cardiovasculaire. Retour sur cette méta-analyse du BMJ, qui réduit à néant tout espoir sur la... Commenter

LES INHIBITEURS CALCIQUES DANS LE RAYNAUD Abonné

Raynaud

Que valent les inhibiteurs calciques dans le traitement du syndrome de Raynaud ? La revue Cochrane (1) s’est attachée à évaluer le rapport... Commenter

A découvrir