Dans les pays pauvres, un étudiant en médecine sur quatre se voit médecin à l’étranger

Dans les pays pauvres, un étudiant en médecine sur quatre se voit médecin à l’étranger

01.10.2014
  • Dans les pays pauvres, un étudiant en médecine sur quatre se voit médecin à l’étranger - 1

    Dans les pays pauvres, un étudiant en médecine sur quatre se voit médecin à l’étranger

Un tiers des étudiants en médecine et des élèves infirmiers dans des pays en développement n'ont pas l'intention de travailler chez eux, une fois le diplôme en poche, selon une étude publiée mercredi par le Bulletin de l'OMS. Avant d’arriver à cette conclusion, le Dr Silvestri, médecin hospitalier à Boston (USA) et ses collègues ont interrogé entre 2011 et 2012 3.199 étudiants en médecine et élèves infirmiers, inscrits en première et dernière année dans les plus grandes écoles de médecins de huit pays (Bangladesh, Ethiopie, Inde, Kenya, Malawi, Népal, Tanzanie et Zambie). "28% des étudiants et élèves interrogés comptaient chercher un emploi à l'étranger, alors que seuls 18% prévoyaient de choisir une carrière dans les zones rurales (...), là où ils sont le plus nécessaire", révèle cette étude.

Dans le détail, 24% des étudiants en médecine et 36% des élèves infirmiers ont indiqué qu'ils se voyaient travailler à l'étranger dans les cinq ans suivant l'obtention du diplôme. Seuls 15% des étudiants interrogés ont réfuté toute idée d'émigration. "Nous avons constaté que les étudiants qui avaient grandi dans les zones rurales étaient les plus susceptibles de vouloir poursuivre une carrière dans ces régions", a déclaré le Dr Silvestri. En conséquence, le médecin demande que ces étudiants, manifestant très tôt une telle intention, soient inscrits en priorité dans les écoles de médecine.

Pour les auteurs de l’étude, "les pénuries de travailleurs de santé ont été un facteur majeur de l'épidémie actuelle d'Ebola". "Nous n'avons pas accordé suffisamment d'attention au recrutement des étudiants les plus susceptibles de travailler dans les zones rurales où les besoins de santé sont les plus importants, observe le Dr Silvestri. En Afrique sub-saharienne, il n'y a en moyenne que deux médecins et onze infirmières ou sages-femmes pour 10.000 personnes. A titre de comparaison, il y 15 fois plus de médecins et huit fois plus infirmières ou sage-femmes dans les pays riches pour 10.000 personnes.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Reportage Télémédecine : test grandeur nature dans le Grand Est

C’est depuis l’ancienne animalerie remise à neuf du vieil hôpital de Strasbourg, aujourd’hui siège de la société Hopimédical, que le lancement officiel du chantier a eu lieu le 11 septembre, auprès...Commenter

Sénatoriales : des généralistes font leur entrée au Palais du Luxembourg

.

Suite au renouvellement partiel du Sénat, plusieurs médecins généralistes vont entrer pour la première fois à la Haute Assemblée. Bernard... Commenter

PMA, GPA, le grand libéralisme des Français

.

"La France est prête". C'est la ministre de la Santé qui le dit à propos de l'élargissement de l'accès à la PMA voulue par le gouvernement.... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... 1

A découvrir