Dans les pays pauvres, un étudiant en médecine sur quatre se voit médecin à l’étranger

Dans les pays pauvres, un étudiant en médecine sur quatre se voit médecin à l’étranger

01.10.2014
  • Dans les pays pauvres, un étudiant en médecine sur quatre se voit médecin à l’étranger - 1

    Dans les pays pauvres, un étudiant en médecine sur quatre se voit médecin à l’étranger

Un tiers des étudiants en médecine et des élèves infirmiers dans des pays en développement n'ont pas l'intention de travailler chez eux, une fois le diplôme en poche, selon une étude publiée mercredi par le Bulletin de l'OMS. Avant d’arriver à cette conclusion, le Dr Silvestri, médecin hospitalier à Boston (USA) et ses collègues ont interrogé entre 2011 et 2012 3.199 étudiants en médecine et élèves infirmiers, inscrits en première et dernière année dans les plus grandes écoles de médecins de huit pays (Bangladesh, Ethiopie, Inde, Kenya, Malawi, Népal, Tanzanie et Zambie). "28% des étudiants et élèves interrogés comptaient chercher un emploi à l'étranger, alors que seuls 18% prévoyaient de choisir une carrière dans les zones rurales (...), là où ils sont le plus nécessaire", révèle cette étude.

Dans le détail, 24% des étudiants en médecine et 36% des élèves infirmiers ont indiqué qu'ils se voyaient travailler à l'étranger dans les cinq ans suivant l'obtention du diplôme. Seuls 15% des étudiants interrogés ont réfuté toute idée d'émigration. "Nous avons constaté que les étudiants qui avaient grandi dans les zones rurales étaient les plus susceptibles de vouloir poursuivre une carrière dans ces régions", a déclaré le Dr Silvestri. En conséquence, le médecin demande que ces étudiants, manifestant très tôt une telle intention, soient inscrits en priorité dans les écoles de médecine.

Pour les auteurs de l’étude, "les pénuries de travailleurs de santé ont été un facteur majeur de l'épidémie actuelle d'Ebola". "Nous n'avons pas accordé suffisamment d'attention au recrutement des étudiants les plus susceptibles de travailler dans les zones rurales où les besoins de santé sont les plus importants, observe le Dr Silvestri. En Afrique sub-saharienne, il n'y a en moyenne que deux médecins et onze infirmières ou sages-femmes pour 10.000 personnes. A titre de comparaison, il y 15 fois plus de médecins et huit fois plus infirmières ou sage-femmes dans les pays riches pour 10.000 personnes.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Dictionnaire

« Doctoresse » ? L’Académie française valide, « ridicule » selon l'Association des femmes médecins

Il sera bientôt officiellement possible de prendre rendez-vous chez une « doctoresse » ! L’Académie française s’apprête à reconnaître l'utilisation du féminin pour les noms de métiers, selon une...6

Le généraliste Michel Chassang quitte l’UNAPL après six ans de mandat

Michel Chassang

Après six ans de bons et loyaux services, le Dr Michel Chassang quitte la présidence de l’UNAPL (Union nationale des professions... Commenter

Good morning Doctor [Audio] Le patient douloureux anglophone

Union Jack

La douleur est l’un des premiers motifs de consultation en médecine générale. Plusieurs mots existent en anglais pour la désigner. Le... Commenter

Gynécologie LA VAGINOSE BACTÉRIENNE Abonné

Vagin

La vaginose bactérienne, comme une infection à Gardnerella vaginalis, est un problème pour le praticien du fait de ses récidives... Commenter

ORL L’OSTÉOME DU SINUS FRONTAL Abonné

fmc

Les ostéomes des sinus de la face sont localisés au niveau frontal le plus souvent. Cliniquement, ils sont souvent asymptomatiques. Le... Commenter

A découvrir