C’est arrivé le 30 septembre 1846 - La première extraction dentaire indolore

C’est arrivé le 30 septembre 1846La première extraction dentaire indolore

30.09.2014
  • C’est arrivé le 30 septembre 1846 - La première extraction dentaire indolore-1

    La première extraction dentaire indolore

Le, Dr William Thomas Green Morton, médecin originaire de Boston, fut responsable, le 30 septembre 1846, de la première démonstration publique réussie des qualités de l'éther en tant qu'anesthésique par inhalation en extrayant sans douleur la molaire cariée d’un de ses patients. Une découverte qui ne lui vaudra pas d’être encensé mais au contraire réprouvé...

Qui était vraiment le Dr Morton ?

Originaire du Massachusetts, W. T. Morton après avoir obtenu son diplôme de dentiste, s'associa avec un de ses compagnons d’université, Horace Wells, pour ouvrir un cabinet à Boston. Une association qui fit long feu… Si Morton resta à Boston, Wells alla s’installer à Hartford. En décembre 1844, dans cette petite ville du Connecticut, se tint une conférence sur les pouvoirs hilarants de l'oxyde nitrique à laquelle assista Wells. Celui-ci fut étonné de constater qu'un des volontaires inhaleurs, blessé au genou durant sa période de transe, n'avait absolument rien ressenti, ce qui lui permit de conclure qu’une dose suffisante de gaz pouvait avoir un pouvoir anesthésique. Voulant vérifier son intuition, Wells demanda à un de ses confrères de lui extraire une dent saine sous inhalation d'oxyde nitrique lors d’une intervention qui se déroula le 11 décembre 1844. Ce fut un succès, Horace Wells, n'ayant ressenti aucune douleur tout au long de l’intervention. Fort de ce succès, Welles voulut trop vite passer à l'utilisation pratique, sans expérimentations suffisantes sur les dosages appropriés et ses démonstrations publiques, tant à Boston qu'à Hartford, furent des échecs. Découragé, Welles renonça à vulgariser sa méthode. Abandonnant la dentisterie, il devint… vendeur ambulant de canaris chanteurs…

William Thomas Green Morton

Son ex-associé, Morton qui avait assisté à une de ces conférences, voulut, en revanche, creuser un peu plus cette idée de suppression de la douleur liée à l'acte chirurgical. En effet, il avait élaboré une nouvelle technique de pose des couronnes d'or sur dents abîmées, Mais celle-ci étant tellement douloureuse que les candidats ne se précipitaient pas. Morton, pour parfaire ses connaissances en matière d’anesthésie s'inscrivit donc à la faculté de médecine de Harvard, logeant chez un professeur de chimie, l'éminent Dr Charles Jackson, qui lui signala les pouvoirs anesthésiants de l'éther en application de contact. Les résultats obtenus ainsi par Morton furent positifs mais de trop courte durée, du fait de la volatilité du produit.

Pour Morton, qui n’avait pas oublié les démonstrations de son ex-associé, la solution pouvait résider dans l'utilisation du produit par inhalation avec le gaz hilarant. Mais au contraire de Welles, avant de passer à la pratique, Morton mena de sérieuses recherches bibliographiques, s’intéressant particulièrement aux ouvrages de Michael Faraday qui, en 1818, avait publié ses conclusions sur les propriétés « léthargiques » de l'éther en inhalation. Délaissant son cabinet, Morton se retira à la campagne pour y réaliser des expérimentations animales. Les résultats ayant été peu probants, il revint à Harvard prendre l'avis du Dr Jackson à Harvard qui lui recommanda de n'utiliser que de l'éther très purifié.

La réplique de l'inhalateur employé par Morton lors de sa démonstration du 30 septembre 1846

Le 30 septembre 1846, s'étant procuré un produit très pur, Morton réussissait sa première extraction dentaire totalement indolore sur une molaire très cariée. Dans la foulée, il envoya un compte rendu de son intervention au Boston Daily Journal avant de déposer un brevet d'invention, voulant protéger sa découverte et en tirer les fruits financiers.

La « méthode Morton » interdite par la Massachusetts Medical Society

Malgré cela, l’ensemble des médecins de Boston refusèrent d’expérimenter la méthode Morton, à l’exception du Dr John C. Warren, un ancien directeur du Massachusetts General Hospital, qui pratiqua, le 16 octobre 1846, l'ablation d'une tumeur cervicale superficielle sur le jeune Gilbert Abbott. Malgré le succès de l’opération, la Massachusetts Medical Society interdit, au nom de l'éthique médicale à Warren d’utiliser la « méthode Morton » à cause de la nature commerciale du brevet déposé.

La première utilisation de l'éther comme anesthésique par Morton en 1846

Le Dr Warren avait cependant programmé une amputation d'une jambe chez une jeune fille de 18 ans lel 7 novembre 1846, et devant le refus du président de la Boston Medical Society d'autoriser l'intervention, William Morton renonça publiquement à tous ses droits sur sa découverte. Du coup, le président donna son accord: « Le médicament qui va être utilisé pour endormir la patiente est dorénavant la propriété de la science. Avec l'accord de la faculté de Boston, la patiente va inhaler un produit vaporeux pour faire disparaître les douleurs de l'intervention. Le fluide utilisé est de l'éther sulfurique » L'intervention fut une réussite et la jeune opérée s'étonna à son réveil que tout soit déjà terminé. Un succès mémorable pour Warren et pour le Dr Morton, la méthode de ce dernier étant bientôt connue non seulement aux États-Unis mais aussi en Europe. Ainsi, sur le Vieux Continent, les premières interventions sous inhalation gazeuse se déroulèrent en 1846 à Londres puis en 1847 en Allemagne et en France.

Une mort misérable

Morton, lui, fut rapidement oublié, s’étant battu en vain pour faire reconnaître qu’il était bien le découvreur de l’anesthésie par inhalation d’éther. Il mourut dans la misère, à 49 ans des suites d’un AVC, rejeté de tous alors que quelques années plus tôt le Congrès américain l’avait élevé au rang de bienfaiteur de l’Humanité..

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Crise

Déserts médicaux Ces départements qui ne connaissent pas la crise

Alors que la France médicale se dépeuple de ses généralistes, une douzaine de départements semble encore échapper à la décrue. Attractivité naturelle du territoire, volontarisme des leaders, ou...6

ECN : 94% des postes en médecine générale pourvus, l’Ile-de-France boudée

.

Désormais organisé en plusieurs étapes et de façon virtuelle, l’amphi de garnison des ECNi est arrivé à son terme aujourd’hui. Tous les... 2

Pilules C3G et C4G : la justice classe l'affaire

.

Le parquet de Paris a classé l'enquête ouverte fin 2012 sur les pilules C3G et C4G accusées de favoriser des thromboses veineuses. Au terme... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir