Bercy et l’avenue de Ségur se donnent quinze jours pour arriver à un modus vivendi avec les pharmaciens

Bercy et l’avenue de Ségur se donnent quinze jours pour arriver à un modus vivendi avec les pharmaciens

21.09.2014
  • Bercy et l’avenue de Ségur se donnent quinze jours pour arriver à un modus vivendi avec les pharmaciens - 1

    Bercy et l’avenue de Ségur se donnent quinze jours pour arriver à un modus vivendi avec les pharmaciens

Les ministres de l'Economie, Emmanuel Macron, et de la Santé, Marisol Touraine ont reçu vendredi avenue de Ségur les pharmaciens d’officine au ministère de la Santé. A l’issue de cette réunion, les deux ministres ont lancé une concertation avec les pharmaciens au sujet de la réforme des professions réglementées, qui doit durer deux semaines sous forme de groupes de travail tripartites (Bercy, ministère de la Santé et représentants des pharmaciens). L'entourage du ministre de l'Economie a précisé que ces groupes se réuniront "aussi souvent que nécessaire dans les 15 prochains jours, dans le cadre de la concertation pour aboutir à des mesures concrètes" .Au cours de cet entretien, Marisol Touraine est "restée ferme" quant au monopole des pharmaciens sur la vente de médicaments, selon M. Besset, président du principal syndicat de Pharmacciens, la FSPF, cité par l’AFP. La ministre a déjà exprimé à plusieurs reprises son opposition à la fin de ce monopole.

Le projet de réforme prévoit également l'ouverture du capital de toutes les sociétés d'exercice libéral (SEL). Or, plus de 7.000 des 22.000 officines sont sur ce modèle, et la FSPF est opposée à l'ouverture du capital des officines à d'autres personnes que les pharmaciens.

De son côté, l'UNAPL (Union nationale des professions libérales) a renouvelé dans un communiqué son appel à une "journée sans professions libérales" le 30 septembre. Egalement reçue par M. Macron vendredi, elle a regretté dans un communiqué "que malgré les promesses d'écoute et de concertation, le ministre souhaite maintenir sa réforme en l'état".

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 2 Commentaires
 
CLAUDE D Médecin ou Interne 22.09.2014 à 11h43

Pourquoi pas puisqu'ils savent tout.

Répondre
 
MARC M Médecin ou Interne 21.09.2014 à 21h54

J'ai la solution: fermer les facultés de médecine et de pharmacie et faire enseigner la médecine et la pharmacie à Normale Sup ou l'ENA ...
La gestion n'en sera que plus efficace et "économique" Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Cancer domicile

Répondez à notre enquête Quelles solutions pour vos patients atteints de cancer à domicile ?

A l’heure du « virage ambulatoire », la cancérologie se déploie de plus en plus chez le patient. Pour le médecin généraliste comme pour les autres acteurs de soins de ville, c’est à la fois une...6

Agnès Buzyn annonce la mise en œuvre de la recertification des médecins

.

Agnès Buzyn avait déjà plutôt séduit l’Ordre des médecins lors de ses discours. La ministre de la Santé pourrait bien avoir à nouveau... 40

La France est « championne » du monde des pays prescripteurs de médicaments chez la femme enceinte

Grossesse et medicaments

En France, 97% des femmes enceintes ont reçu au moins un médicament au cours de leur grossesse, selon une étude menée sur la période... 1

Gastro-entérologie LA CONSTIPATION Abonné

Constipation

Pathologie fréquente, assez souvent négligée, la constipation chronique nécessite d’être considérée et caractérisée. Sa prise en charge,... Commenter

Addictologie LA MALADIE DE LAUNOIS BENSAUDE Abonné

Maladie de Launoy Bensaude 2

Cette pathologie est une lipodystrophie rare, souvent rattachée à une intoxication alcoolique, et se traduit par le développement... Commenter

A découvrir