L’intérêt de l’écho confirmé pour le repérage des lithiases rénales

L’intérêt de l’écho confirmé pour le repérage des lithiases rénales

18.09.2014
  • Echographie du bassinet du rein montrant un calcul renal (en jaune).

    L’intérêt de l’écho confirmé pour le repérage des lithiases rénales

Alors qu’en France les recos de la Société française de Radiologie préconisent l’échographie en première intention - sauf cas complexe - pour le repérage des lithiases rénales en cas de colique néphrétique, une étude américaine confirme l’intérêt de cette technique d’imagerie dans cette indication. Selon une étude clinique aux Etats-Unis publiée mercredi, pour diagnostiquer un calcul rénal, les scanners ne sont pas plus efficaces que les échographies, moins chères et aussi plus sûres pour les patients. A la différence des échographies, les scanners auxquels les médecins urgentistes aux USA recourent le plus souvent, exposent les malades à des doses significatives de radiations, soulignent les auteurs de cette recherche dont les résultats paraissent dans The New England Journal of Medicine.

Pour cette étude clinique, les auteurs ont soumis au hasard des patients qui se présentaient dans un service d'urgence avec des symptômes de colique néphrétique à l'une de ces deux techniques d'imagerie médicale. Le premier groupe a subi un scanner, le second une échographie effectuée par un médecin urgentiste et un troisième groupe, ce même examen mais fait par un radiologue. Durant une période de suivi de six mois, les auteurs de l'étude n'ont constaté aucune différence dans l'état de santé des 2.759 malades quelque soit la technique d'imagerie utilisée ou la spécialité du médecin.

Etant donné leur efficacité équivalente pour détecter des calculs rénaux, l'échographie devrait être utilisée en priorité,conclut le Dr Rebecca Smith-Bindman, professeur dans les services de radiologie, d'épidémiologie et de biostatistiques à la faculté de médecine de l'Université de Californie à San Francisco. "Nos résultats ne laissent pas entendre que les patients devraient seulement subir un examen échographique mais que cette technique d'imagerie devrait être toujours utilisée en premier lieu avec éventuellement d'autres tests si le médecin traitant le juge nécessaire", ajoute cette chercheuse.

La fréquence des calculs rénaux augmente nettement depuis 2010 aux Etats-Unis, selon une étude fédérale avec une personne sur onze diagnostiquée actuellement. Et là bas, le recours à des scanners a décuplé ces quinze dernières années pour diagnostiquer ces calculs.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Reportage Télémédecine : test grandeur nature dans le Grand Est

C’est depuis l’ancienne animalerie remise à neuf du vieil hôpital de Strasbourg, aujourd’hui siège de la société Hopimédical, que le lancement officiel du chantier a eu lieu le 11 septembre, auprès...Commenter

Dossier congrès

Maladie athéromateuse40 ans d’angioplastie... et encore des questions Abonné

ouv

Quarante ans après la première intervention chez l’homme, l’angioplastie a révolutionné la prise en charge des syndromes coronariens et la... Commenter

Stratégie nationale de santé Agnès Buzyn joue la concertation Abonné

.

La ministre a mis au point en début de semaine une Stratégie Nationale de Santé (SNS) en quatre points qui sera la feuille de route du... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir