Secrétariat : comment se débrouillent les médecins libéraux ?

Secrétariat : comment se débrouillent les médecins libéraux ?

16.09.2014
  • Secrétariat : comment se débrouillent les médecins libéraux ? - 1

    Secrétariat : comment se débrouillent les médecins libéraux ?

Seule une petite moitié des médecins libéraux dispose d’un secrétariat au sein de son cabinet. C’est ce que révèle une étude réalisée par l’URPS médecins de Rhône-Alpes sur le secrétariat médical. D’après les résultats de cette enquête, 32 % des médecins utilisent les services de télésecrétariat et 23 % n’en disposent pas. Deux dernières catégories au sein desquelles les médecins généralistes de secteur 1 sont largement représentés.

Côté coût, il n’y a pas photo entre les différentes formules. 75 % des médecins employeurs consacrent entre 10 et 15 % de leurs recettes brutes à la rémunération des secrétaires, les utilisateurs de télésecrétariat n’y affectent que 5 % des leurs, chaque appel étant facturé 1 euro. Une différence de coût qui se ressent dans les activités déléguées par les praticiens. Même si chaque formule a son avantage.

Lorsque les secrétaires sont présentes au sein du cabinet, elles effectuent des tâches très diverses dont les traditionnelles gestions de rendez-vous, de l’accueil des patients ainsi que l’archivage de documents. Atout de la formule relevé par l’étude : elles peuvent également être amenées à jouer un rôle de « tampon » entre le médecin et les patients. A contrario, le télésecrétariat ne permet d’effectuer qu’un nombre limité d’activités, et ce de façon standardisée, sans connaissance particulière du médecin ou de ses patients. En cas d’absence ou de congé de leur secrétaire, la plupart des médecins employeurs reprennent le rôle de celle-ci et effectuent eux-mêmes ses activités. Une situation étrangère aux médecins recourant au télésecrétariat.

Les médecins sans secrétariat ne bénéficient de rien de tout cela. Pourtant, paradoxalement, les deux tiers d’entre eux sont satisfaits de leur organisation ! Parmi les raisons évoquées pour expliquer le non-recours à un secrétariat figurent d’abord le coût,mais aussi l’absence de besoin, d’envie et de place.

Parmi les enseignements de cette étude, le docteur Pascal Dureau, l’un de ses auteurs, note la combinaison « intéressante » faite par certains médecins (7% dans l’étude) qui associent la valeur ajoutée d’un secrétariat sur place à la disponibilité du télésecrétariat. Au final, il milite pour que « 100 % des médecins puissent bénéficier d’un secrétariat physique ou télésecrétariat » afin qu’ils puissent se consacrer efficacement à leur cœur de métier. En ce sens, il préconise différentes adaptations financières qui pourraient encourager l’essor du secrétariat médical. Et juge indispensable un coup de pouce des pouvoirs publics. Des revendications portées actuellement par les syndicats. Mais seront-ils entendus ?

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 9 Commentaires
 
ludivine h Autre Professionnel Santé 02.10.2014 à 11h28

2€!! ce tarif est exorbitant... Une secrétaire indépendante est souvent une bonne alternative, un service de proximité, des tarifs plus avantageux et les patients ont toujours la même secrétaire en Lire la suite

Répondre
 
Véronique M Administratif 02.10.2014 à 10h00

Bonjour,
Intéressant cet article. Mais les commentaire indiquent que la plupart des professionnels ne connaissent que les gros centres téléphoniques. Sans compter qu'ils sont souvent basés à Lire la suite

Répondre
 
FRAN?OIS-MARIE T Médecin ou Interne 17.09.2014 à 11h34

Pourquoi un forfait structure? Pourquoi pas tout simplement des honoraires décents? Au niveau de nos confrères européens? 40€ par C et il n'y aurait plus de problème pour financer un secrétariat!

Répondre
 
FREDERIC M Médecin ou Interne 17.09.2014 à 10h18

25% du chiffre d'affaires en charges du cabinet, elles ont progressé de 50% en 5ans; la consultation, elle, ne suit pas. A quand un forfait structure, fonction des charges de fonctionnement : 1500€ Lire la suite

Répondre
 
BRUNO M Médecin ou Interne 17.09.2014 à 12h07

Entièrement d'accord! Moi j'ai une secrétaire et j'ai vraiment besoin d'elle. Mais jusqu'à quand vais-je pouvoir la garder?...
Dans ce cas j'y perdrai beaucoup, mais mes patients également!

Répondre
 
JEAN LOUIS I Médecin ou Interne 17.09.2014 à 08h42

jlibanez médecin : Télésecrétariat ou secrétariat à demeure, il y a des progrès à faire : RV à 8 jours pour des gastro-entérites... ça fait long quand même; il faudrait donner des consignes claires Lire la suite

Répondre
 
Sophie L Autre 01.10.2014 à 11h02

Secrétaire médicale expérimentée (à mon compte actuellement), en accord avec le médecin, je gardais des créneaux pour les urgences. Les patients appréciaient d'être pris rapidement. En revanche, les Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Contraception

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1 points entre 2013 et 2016. Cette désaffection pour la pilule...Commenter

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... Commenter

Campagne de l'industrie du médicament pour valoriser l'innovation

.

« La force d’innovation des entreprises du médicament est largement méconnue du grand public." C'est bien conscient de cette lacune, perçu... Commenter

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir