Mort du petit Zacharie : «pas de dysfonctionnement dans la prise en charge» pour l’ARS

Mort du petit Zacharie : «pas de dysfonctionnement dans la prise en charge» pour l’ARS

05.09.2014

L'enquête administrative menée après la mort du petit Zacharie, décédé le 3 août aux urgences d'un hôpital de Seine-Saint-Denis, n'a pas révélé de «dysfonctionnement dans la prise en charge» de l'enfant, a annoncé vendredi l'Agence régionale de santé (ARS) Ile-de-France.

Zacharie, 10 ans, était décédé le 3 août au matin à l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis. L'enfant, qui se plaignait de douleurs au ventre depuis plus de 24 heures, avait été transporté aux urgences en pleine nuit par ses parents, qui avaient assuré que ni les pompiers, ni le Samu, ni les compagnies de taxis n'avaient accepté de venir le chercher. A la demande de la ministre de la Santé Marisol Touraine, une enquête administrative avait été ouverte. Cette enquête est distincte de l'enquête judiciaire, confiée à un juge d'instruction, qui doit déterminer les circonstances exactes du décès et d'éventuelles responsabilités pénales.

D'après l'ARS, «la réponse apportée par le centre de régulation du Samu à la sollicitation de la maman a été adaptée à la demande qui était formulée», tout comme «les conditions de la prise en charge de l'enfant par le service des urgences du Centre Hospitalier». Selon l'agence, la réponse du «médecin régulateur du Samu», à savoir une «orientation vers un service d'urgence pour une consultation pédiatrique», était notamment pertinente, «au vu des éléments communiqués par la maman».

Aux urgences, Zacharie «a bénéficié d'une prise en charge continue et attentive de la part de plusieurs professionnels de santé, dont plusieurs médecins», poursuit l'ARS, qui assure que «les services de soins urgents se déplacent sur l'ensemble du territoire francilien, y compris dans les zones sensibles».

La mort de Zacharie, due selon une source proche de l'affaire à une malformation cardiaque jamais détectée, avait suscité une vive émotion. Pour sa mère, le décès aurait pu être évité si les secours étaient venus chercher l'enfant au domicile familial, dans un quartier sensible d'Epinay. Une marche blanche à la mémoire du petit garçon sera organisée samedi à 15H30 à Epinay-sur-Seine.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Reportage Télémédecine : test grandeur nature dans le Grand Est

C’est depuis l’ancienne animalerie remise à neuf du vieil hôpital de Strasbourg, aujourd’hui siège de la société Hopimédical, que le lancement officiel du chantier a eu lieu le 11 septembre, auprès...Commenter

Sénatoriales : des généralistes font leur entrée au Palais du Luxembourg

.

Suite au renouvellement partiel du Sénat, plusieurs médecins généralistes vont entrer pour la première fois à la Haute Assemblée. Bernard... Commenter

PMA, GPA, le grand libéralisme des Français

.

"La France est prête". C'est la ministre de la Santé qui le dit à propos de l'élargissement de l'accès à la PMA voulue par le gouvernement.... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... 1

A découvrir