C'est arrivé le 2 septembre 2001 - Mort de Christiaan Barnard

C'est arrivé le 2 septembre 2001Mort de Christiaan Barnard

02.09.2014

Fils d'un pasteur de l'église hollandaise réformée, Christiaan Barnard est né le 8 novembre 1922, à Beaufort West, dans le sud-ouest de l'Afrique du Sud. La mort d'un de ses quatre frères, Abraham, à l'âge de 5 ans, d'une maladie cardiaque, serait à l'origine de sa vocation médicale. Après des études à la Faculté de Médecine de l'Université du Cap, Barnard fit son internat puis son résidanat au Groote Schuur Hospital (en) du Cap. Il exerça ensuite la médecine générale de 1946 à 1951 à Ceres, une petite ville à l'ouest du Cap où il épousa en 1948 Aletta Louw, une infirmière.

En 1951, il reprit ses études, obtenant sa maîtrise en 1953 à l'Université du Cap puis son agrégation après avoir soutenu une thèse sur le traitement de la méningite tuberculeuse. En 1956, une bourse lui permet d"aller à l'université de Minnesota où il devient l'élève du Pr Owen H. Wangensteen, un des plus éminents chirurgiens cardiaques de l'époque. Il devint aussi durant son séjour aux Etats-Unis l'élève de Norman Shumway, le grand pionnier de la chirurgie cardiaque. Mais, outre-Atlantique, il était impossible alors de pratiquer des transplantations cardiaques sur l'homme car la législation américaine définissait la mort par l'arrêt du cœur sans reconnaître la mort cérébrale (une définition de la mort cérébrale, identifiée au syndrome de coma dépassé ne sera donnée qu'en 1968 par une commission de la Harvard Medical School) De retour à l'université médicale du Cap en 1958, Barnard devient chef du département de chirurgie cardio-thoracique au Groote Schuur Hospital du Cap. Après avoir effectué la première greffe de rein en Afrique du Sud en 1959, le médecin sud-africain se rendit en Virginie auprès du Dr David Hume pour y apprendre la technique du traitement immunosuppresseur.

48 essais de greffe cardiaque sur des chiens

Après avoir poursuivi ses essais en pratiquant 48 greffes cardiaques sur des chiens de 1961 à 1967, Christian Barnard décida le 3 décembre 1967 de tenter la première greffe cardiaque à l'hôpital "Groote Schuur" du Cap sur un homme. Avec son équipe, il va implanter le cœur d'une jeune femme de 25 ans, Denise Darvall, décédée dans un accident de la route, chez un malade cardiaque de 53 ans, Louis Washkansky. L'opération qui se déroula pendant près de dix heures nécessita une équipe d'une trentaine de personnes. Washkanski survivra dix-huit jours. La haute dose de radiations qu'il avait subies en vue d'éviter le rejet du nouveau cœur l'exposait à la moindre infection et il succomba à une pneumonie massive bilatérale. En plein apartheid, l'opération permit également de sauver Jonathan van Wyk, un jeune noir de 10 ans souffrant d'insuffisance rénale, grâce au rein droit de Denise Darvall qui lui fut transplanté.

Pour avoir prélevé le premier cœur humain battant, c'est-à-dire sur un cadavre en état de mort cérébrale, maintenu artificiellement en vie, Christiaan Barnard aura levé un tabou à l'occasion de cette première greffe cardiaque : faire admettre une définition de la mort en terme de fonction cérébrale, alors qu'elle se basait légalement sur l'arrêt du cœur et de la circulation sanguine.

De piètres résultats au début...

Barnard et l'équipe du Groote Schuur réalisèrent le 2 janvier 1968 une deuxième transplantation sur Philip Blaiberg, dentiste blanc de 58 ans, grâce au cœur d'un jeune pêcheur noir victime d'un accident de la route. Le traitement antirejet avait été allégé pour diminuer le risque d'infection et Philip Blaiberg put rentrer chez lui deux mois après l'opération mais il décédera le 9 août. La même année, deux autres transplantés survivront respectivement 12 et 23 mois.

La transplantation d'un cœur humain à un receveur allait vite se répandre et une centaine de transplantations cardiaques ont été réalisées dans le monde au cours de l'année 1968 mais avec de piètres résultats en terme de survie.

La ciclosporine donne un nouvel essor à la greffe cardiaque

La technique chirurgicale était au point, mais l'euphorie fut alors de courte durée, le rejet étant mal maîtrisé par les immunosuppressives employées à l'époque. De nombreuses équipes chirurgicales, désenchantées, abandonnent les unes après les autres. Il faudra attendre le début des années 1980 et l'apparition de la cIclosporine, pour que la greffe cardiaque connaisse un nouvel essor.

De tous les patients transplantés en 1968, un seul survivra plus de 18 ans : Emmanuel Vitria (1920-1987), opéré à Marseille le 27 novembre par les Prs Edmond Henry et Jean-Raoul Montiès.

Barnard, pour sa part, fut aussi un pionnier dans de nouvelles techniques à risques avec par exemple, les doubles transplantations (1974), les valves mécaniques et l'utilisation de greffons cardiaques animaux pour les traitements en urgence (1971). Il effectua 10 transplantations orthotopiques et avec son équipe 48 transplantations hétérotopiques entre 1975 et 1983.

Victime de rhumatismes aux mains, le chirurgien sud-africain dut cependant cesser ses activités de chirurgien cardiaque en 1983. Ia recherche contre le vieillissement l’occupa alors mais sa réputation fut entachée en 1986 pour avoir fait la promotion d'une crème anti-âge, le Glycel, dont on faisait un nouvel élixir de jouvence et qui fut très vite retiré du marché par la Food and Drug Administration.

Barnad décéda le 2 septembre 2001 à Chypre d'une crise cardiaque à l’âge de 78 ans.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Visite à domicile

À Niort, quatre médecins lancent un service de visite à domicile

À Niort (Deux-Sèvres), deux médecins en activité et deux jeunes confrères sur le point de présenter leur thèse, ont lancé lundi 21 janvier l'association « SOS Niort 79 », pour répondre aux demandes...5

L'aspirine en prévention primaire : le Jama pointe les risques de saignements majeurs

Aspirine

Un nouveau travail, publié par le Jama, montre qu'en prévention primaire, les bénéfices cardiovasculaires de l'aspirine sont contrebalancés... Commenter

La téléconsultation permet aux patients chroniques de voir plus souvent leur médecin traitant selon une étude

.

La téléconsultation dans le cadre du parcours de soins est remboursée depuis le 15 septembre dernier mais cette pratique est encore à la... 1

ORL DYSFONCTIONNEMENT RHINO-SINUSIEN CHRONIQUE, ÉTAPE DIAGNOSTIQUE Abonné

Dysfonctionnement rhino-sinusien chronique

Devant un dysfonctionnement rhino-sinusien chronique, il importe de ne jamais se lancer dans un traitement, notamment antibiotique et/ou... Commenter

Maladies chroniques GOUTTE : LES INFIRMIÈRES FONT MIEUX QUE LES MÉDECINS Abonné

Goutte

Cette étude anglaise du Lancet montre que la probabilité de contrôler l’uricémie et les crises chez les patients goutteux est trois fois... 2

A découvrir