C'est arrivé le 20 août 1691 - Mort d'André Falconet

C'est arrivé le 20 août 1691Mort d'André Falconet

20.08.2014
  • C'est arrivé le 20 août 1691 - Mort d'André Falconet-1

    Mort d'André Falconet

Fils de Charles Falconet, médecin personnel de la reine Marguerite de Valois jusqu'à la mort de celle-ci, André Falconet naquit à Roanne le 12 novembre 1612. Après avoir achevé ses études chez les Jésuites, son père l'envoya étudier la médecine à Montpellier où il reçut le bonnet de docteur en 1634. Il alla alors s'établir à Lyon mais il différa de se faire recevoir dans le collège des médecins de la capitale des Gaules et ce n'est qu'en 1641 que date son agrégation. Cette même année 1641, il fut reçu citoyen de Lyon et nommé commissaire de la santé. Non content de son état de docteur en médecine, Falconet se rendit ensuite à Valence pour y prendre le bonnet de docteur en droit le 21 juin 1641. Plusieurs de ses amis médecins lui ayant témoigné alors leur étonnement sur l'acquisition de ce nouveau titre, Falconet leur répondit : "Cela est nécessaire à un homme de lettres et de conditions parce qu'après il est capable de toutes sortes de charges et d'offices ".

Un ouvrage sur le scorbut qui fit grand bruit

En 1642, la parution à Lyon de son ouvrage "Moyens préservatifs et méthode assurée pour la parfaite guérison du scorbut" fit grand bruit et ne fit qu'étendre sa renommée. En 1656, Falconet obtint les lettres de conseiller-médecin ordinaire du roi. En 1663, il fut appelé à Turin pour la maladie de madame royale Christine de France, fille de Henri IV, et ses soins furent si bons que la princesse en fit son premier médecin. Le célèbre doyen de la Faculté de médecine de Paris, Gui Patin, l'en félicita d'ailleurs : "Je suis bien aise que vous y ayez perdu votre peine et qu'on y ait reconnu votre vertu. On ne pouvait pas moins faire, après vous avoir tiré de Lyon et de votre maison. " Falconet profita également de son séjour à Turin pour inciter le duc Charles-Emmanuel II à faire remettre en ordre de marche les thermes de la ville d'Aix-les-Bains, abandonnés de puis longtemps et tombés en décrépitude. Après être rentré à Lyon, Falconet y fut nommé échevin en 1667, chargedont il s’acquitta à la satisfaction de tous durant deux ans. Il continua d'exercer la médecine jusqu'à sa mort en 1691.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Crise

Déserts médicaux Ces départements qui ne connaissent pas la crise

Alors que la France médicale se dépeuple de ses généralistes, une douzaine de départements semble encore échapper à la décrue. Attractivité naturelle du territoire, volontarisme des leaders, ou...6

Maladies non transmissibles : l'OMS s'inquiète

.

"Le monde n'est pas en bonne voie pour atteindre la cible" de réduire d'un tiers, sur la période 2015-2030, le taux de mortalité prématurée... Commenter

Prévention et concertation au programme de la Stratégie nationale de santé

.

Prévention, accès aux soins, qualité des soins, innovation... Agnès Buzyn a dévoilé ce matin les grands axes de la Stratégie nationale de... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir