Affaire Bonnemaison : l’urgentiste sera jugé en appel devant la Cour d’assises à Angers

Affaire Bonnemaison : l’urgentiste sera jugé en appel devant la Cour d’assises à Angers

12.08.2014
  • Affaire Bonnemaison : l’urgentiste sera jugé en appel devant la Cour d’assises à Angers-1

    Affaire Bonnemaison : l’urgentiste sera jugé en appel devant la Cour d’assises à Angers

L'urgentiste Nicolas Bonnemaison, dont l'acquittement en juin à Pau pour avoir abrégé la vie de sept patients avait attisé le débat sur la fin de vie, sera jugé en appel devant la Cour d'assises à Angers à une date qui reste à fixer. «La logique aurait voulu que ce soit délocalisé dans une juridiction proche mais il a été choisi de partir en Maine-Loire pour éloigner l'affaire du contexte aquitain», a regretté auprès de l'AFP l'un des deux avocats de l'urgentiste, Me Benoit Ducos-Ader, qui avait crié à «un acharnement judiciaire déraisonnable» après la décision du parquet général de Pau qui avait jugé «nécessaire» de relever appel.

Artisan de la loi de 2005 sur la fin de vie, le député UMP Jean Leonetti avait pour sa part jugé que la décision de relever appel n'était pas «surprenante», rappelant «que dans aucun pays on ne peut, de manière clandestine et solitaire, abréger la vie d'une personne qui ne le demande pas». Avec le député PS Alain Claeys, Jean Leonetti a été chargé par le gouvernement de proposer des aménagements avant fin 2014 à la loi sur la fin de vie, un engagement de François Hollande lorsqu'il était candidat à la présidentielle.

 

Les proches de cinq personnes décédées dans le service du Dr Nicolas Bonnemaison avaient écrit début juillet une lettre ouverte au président François Hollande pour exprimer leur «incompréhension», «stupéfaction» et même «désespoir» devant cette décision de faire appel. L'urgentiste bayonnais a par ailleurs été radié par le Conseil de l'ordre, une radiation effective depuis le 1er juillet. L'Ordre des médecins a indiqué mi-juillet qu'il restait favorable au maintien de la radiation du Dr Bonnemaison, en dépit de son acquittement.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Antoine Perrault

Dr Antoine Perrault : « Chez les remplaçants, il y a un véritable problème d'engagement au service de la population »

Antoine Perrault est maire de Saint-Julien-sur-Sarthe (Orne) depuis 25 ans. La semaine dernière, il faisait partie des édiles qui ont pu interroger le chef de l’État, lors du lancement du Grand...5

Bébés sans bras : trois nouveaux cas suspects dans les Bouches-du-Rhône

.

La liste des cas groupés (aussi appelés "clusters") d'agénésies transverse des membres supérieurs (ATMS) s'allonge. Le journal Le Parisien... 1

Une plainte auprès de la Cour européenne des droits de l’Homme pour pénurie de Sinemet®

Cour européenne des droits de l'Homme

Suite à l'immense difficulté de se procurer du Sinemet® (lévodopa/carbidopa) pour sa femme qui souffre d'une maladie de Parkinson, un homme... Commenter

ORL DYSFONCTIONNEMENT RHINO-SINUSIEN CHRONIQUE, ÉTAPE DIAGNOSTIQUE Abonné

Dysfonctionnement rhino-sinusien chronique

Devant un dysfonctionnement rhino-sinusien chronique, il importe de ne jamais se lancer dans un traitement, notamment antibiotique et/ou... Commenter

Maladies chroniques GOUTTE : LES INFIRMIÈRES FONT MIEUX QUE LES MÉDECINS Abonné

Goutte

Cette étude anglaise du Lancet montre que la probabilité de contrôler l’uricémie et les crises chez les patients goutteux est trois fois... 2

A découvrir