Vente des médicaments en supermarché : les pharmaciens interpellent le gouvernement

Vente des médicaments en supermarché : les pharmaciens interpellent le gouvernement

07.08.2014
  • Vente des médicaments en supermarché : les pharmaciens interpellent le gouvernement  - 1

    Vente des médicaments en supermarché : les pharmaciens interpellent le gouvernement

Les mesures de libéralisation des «professions réglementées» dévoilées dans la presse le mois dernier n’en finissent plus d’inquiéter les libéraux. Après l’UNAPL et MG France lundi, c’est au tour des pharmaciens d’alerter sur les risques d’une éventuelle déréglementation de la distribution en grande surface de certains médicaments.

Le Collectif national des groupements de pharmaciens d'officine (CNGPO), qui représente 12 000 officines, dénonce dans un communiqué «les discriminations et les risques qu'entraînerait la mise en oeuvre des propositions du rapport de l'IGF pour les consommateurs».

Selon l’organisation, la vente de médicaments en grande et moyenne surface (GMS) sera discriminante dans la mesure où ces produits risquent de n'être distribués que dans les milieux urbains. «Ces centrales d'achats pharmaceutiques desservent toutes les pharmacies quelles que soient leurs localisations, urbaine ou rurale, ce qui constitue l'excellence du réseau pharmaceutique de proximité. (...) Or, force est de constater que les espaces bijouterie, parapharmacie... de la GMS ne sont mis en place que dans les très grandes surfaces, c'est-à-dire essentiellement en milieu urbain. Pourquoi en serait-il autrement pour les médicaments ?», s’inquiète son président, Pascal Louis, dans le communiqué.

L'organisation affirme par ailleurs que la sécurité du réseau de distribution du médicament est en jeu, et renvoie à une rencontre prochaine à Bercy courant août pour «trouver une solution tenant compte de l'actuelle organisation économique de notre profession».

L’UNPS s’est également indignée «des propos irresponsables» du ministre de l’Economie, Arnaud Montebourg, quant à sa volonté de «remettre en cause le périmètre d’activité de certaines professions de santé libérales». Elle demande par conséquent à ce que la ministre de la Santé prenne position pour l’ensemble des professionnels de santé libéraux.

( avec AFP)

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Plaque professionnelle vandalisée

Face à l'escalade de la violence contre les médecins, l'Ordre veut généraliser un système d'alerte

Ces dernières semaines, deux généralistes ont été les cibles d'agressions ultra-violentes. À Romainville (Seine-Saint-Denis), un confrère a été passé à tabac et s'est fait voler sa montre par un...3

Un médecin libéral sur dix cumule emploi et retraite, les généralistes moins adeptes que les autres spés

.

Face à la désertification médicale, les médecins prolongent leur activité au-delà de l'âge légal de la retraite. Une étude de la Direction... 1

L'ANSM dit oui au cannabis thérapeutique, le chemin vers sa légalisation encore long

.

Une première étape vers l'autorisation du cannabis thérapeutique vient d'être franchie en France. Le comité d'experts de l'Agence française... 1

Cardiologie LES ANTICOAGULANTS ORAUX DIRECTS DANS LA PRATIQUE QUOTIDIENNE Abonné

.

Les anticoagulants oraux directs (AOD) sont de plus en plus prescrits en France et dans le monde entier. Leurs indications majeures sont la... Commenter

BPCO UNE "BRONCHITE" DU FUMEUR Abonné

Cigarette

Souvent jugées bénignes par le patient, les exacerbations aiguës de BPCO comportent un risque vital. Le généraliste se doit de les... Commenter

A découvrir