Vente des médicaments en supermarché : les pharmaciens interpellent le gouvernement

Vente des médicaments en supermarché : les pharmaciens interpellent le gouvernement

07.08.2014
  • Vente des médicaments en supermarché : les pharmaciens interpellent le gouvernement  - 1

    Vente des médicaments en supermarché : les pharmaciens interpellent le gouvernement

Les mesures de libéralisation des «professions réglementées» dévoilées dans la presse le mois dernier n’en finissent plus d’inquiéter les libéraux. Après l’UNAPL et MG France lundi, c’est au tour des pharmaciens d’alerter sur les risques d’une éventuelle déréglementation de la distribution en grande surface de certains médicaments.

Le Collectif national des groupements de pharmaciens d'officine (CNGPO), qui représente 12 000 officines, dénonce dans un communiqué «les discriminations et les risques qu'entraînerait la mise en oeuvre des propositions du rapport de l'IGF pour les consommateurs».

Selon l’organisation, la vente de médicaments en grande et moyenne surface (GMS) sera discriminante dans la mesure où ces produits risquent de n'être distribués que dans les milieux urbains. «Ces centrales d'achats pharmaceutiques desservent toutes les pharmacies quelles que soient leurs localisations, urbaine ou rurale, ce qui constitue l'excellence du réseau pharmaceutique de proximité. (...) Or, force est de constater que les espaces bijouterie, parapharmacie... de la GMS ne sont mis en place que dans les très grandes surfaces, c'est-à-dire essentiellement en milieu urbain. Pourquoi en serait-il autrement pour les médicaments ?», s’inquiète son président, Pascal Louis, dans le communiqué.

L'organisation affirme par ailleurs que la sécurité du réseau de distribution du médicament est en jeu, et renvoie à une rencontre prochaine à Bercy courant août pour «trouver une solution tenant compte de l'actuelle organisation économique de notre profession».

L’UNPS s’est également indignée «des propos irresponsables» du ministre de l’Economie, Arnaud Montebourg, quant à sa volonté de «remettre en cause le périmètre d’activité de certaines professions de santé libérales». Elle demande par conséquent à ce que la ministre de la Santé prenne position pour l’ensemble des professionnels de santé libéraux.

( avec AFP)

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
IMG

3 447 postes d'internat ouverts en médecine générale, 134 de plus que l'an dernier

Le nombre de postes ouverts par discipline et par CHU pour les choix d’internat 2018 est paru ce mercredi au Journal Officiel. Et cette année, davantage de postes ont été ouverts en médecine...1

Seuls un tiers des victimes d'AVC sont pris en charge dans une unité neurovasculaire

AVC IRM

Un rapport de l'Institut de recherche et documentation en économie de la santé (IRDES) publié mardi présente les premiers résultats du «... Commenter

1 476 comprimés d'anxiolytiques délivrés en 15 jours : un généraliste dénonce les failles des ordonnances sécurisées

ordonnance

Pour le Dr André Linka, généraliste à Istres, c’est l’ineptie de trop. Le médecin a envoyé en juin une lettre ouverte à Agnès Buzyn, au... 17

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir