Ebola: réunion de crise à l’OMS

Ebola: réunion de crise à l’OMS

06.08.2014
  • Ebola: réunion de crise à l’OMS  - 1

Le comité d’urgence des règles sanitaires internationales de l’OMS se réunit pour la première fois à Genève (photo) depuis le début de l’épidémie d’Ebola qui touche l’Afrique de l’ouest. Ce comité qui se réunit mercredi et jeudi doit décider si l’épidémie constitue "une urgence de santé publique de portée mondiale" qui est définie par l’OMS comme "un évènement extraordinaire qui est susceptible de constituer un risque de santé publique pour d’autres Etats avec la maladie qui se répand à l’international et qui requiert potentiellement une réponse coordonnéee sur le plan international".

Les experts et représentants des pays réunis à Genève pourraient donc décider de mesures à mettre en place de manières temporaires, pour éviter une propagation de la maladie. Le comité fera connaître ses décisions vendredi. Pour l’instant, l’OMS ne commande toujours pas que des restrictions aux voyages ou aux échanges commerciaux soient imposées à la Guinée, au Liberia, à la Sierra Leone ou au Nigeria.

Un premier rapatriement vers l’Europe

Dans le même temps, l’Espagne va à son tour accueillir un rapatriement d’une personne atteinte d’Ebola. Un avion a été envoyé par les autorités espagnoles pour récupérer le père Miguel Pajares au Libéria, où il a contracté le virus Ebola. Membre de l’Ordre hospitalier de San Juan de Dios, le missionnaire sera rapatrié vers un hôpital de la région de Madrid. L’ordre dont il fait partie, a également demandé le rapatriement de deux autres de ses membres, les soeurs Chantal Pascaline Mutwamene, une Congolaise, et Paciencia Melgar, une Equato-Guinéenne. Pour l’instant, Madrid a donné son feu vert au rapatriement du prêtre seulement. On ignore encore avec combien de personnes à son bord repartira finalement l’avion.

Au début de la semaine, ce sont les Etats-Unis qui avaient déjà recupéré sur son sol deux de ses ressortissants. Le Dr Kent Brantly et sa collègue la missionnaire Nancy Writebol. Tout deux avaient également été contaminés au Libéria où ils travaillaient ensemble, l’un pour l’organistation caritative Samaritan’s Purse, l’autre pour l’association SIM. Rapatriés à l’hôpital de l’Université d’Emory (Georgie) l’état des deux patients s’est amélioré.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 3 Commentaires
 
TRISTAN S Médecin ou Interne 07.08.2014 à 10h17

Comme d'habitude nos décideurs agiront quand ce sera incontrôlable et notre ministre Mme Touraine contrôle comme pour Tchernobyl les menaces évitent la France ...

Répondre
 
DANIEL L Médecin ou Interne 06.08.2014 à 19h25

on attend quoi? on sait si bien faire appel à la notion du "principe de précaution" pour des futilités et là !...

Répondre
 
PHILIPPE G Médecin ou Interne 07.08.2014 à 06h54

On attend une propagation mondiale ou quoi ?!
En France, on laissera une divagation de porteurs sains 21 jours et ensuite on les mettra en quarantaine s'ils deviennent pathologiques
De la folie !! Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les centres de santé ne veulent pas tomber sous la coupe des cliniques privées

Pour les centres de santé, la rentrée n'amène pas de répit. Alors que les responsables du secteur ont bataillé au printemps dernier pour éviter que la création de nouvelles structures ne soient...4

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1... 1

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... 1

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir