Face à la stagnation des effectifs d’internes en médecine générale, l’ISNAR réclame des "Assises"

Face à la stagnation des effectifs d’internes en médecine générale, l’ISNAR réclame des "Assises"

29.07.2014
  • Face à la stagnation des effectifs d’internes en médecine générale, l’ISNAR réclame des "Assises"-1

    Face à la stagnation des effectifs d’internes en médecine générale, l’ISNAR réclame des "Assises"

"C’est tout sauf une bonne nouvelle". Le commentaire est de Pierre-Antoine Moinard (photo), le nouveau président de l’Isnar-IMG qui réagit ainsi à l’annonce des 3860 postes d’internes qui seront ouverts en 2014-2015 pour les internes en méecine générale. Sur un total de 8190 internes au total, l’écart se creuse doucement entre la médecine générale et le reste des disciplines. L’an passé, 3870 avait été ouverts en mùédecine générale. Et le syndicat des internes en médecine générale observe que "pour la première fois depuis 2004, le nombre de postes d’internes de médecine générale est en baisse."

Mauvaise nouvelle donc aux yeux de l’ISNAR-IMG, mais "c’est la moins mauvaise des solutions", reconnait malgré tout son président qui évoque une stagnation des effectifs d’internes dictée par la saturation des capacités de formation. "Nos Ministères de tutelle semblent ainsi acter l’incapacité de l’Université française à former un nombre suffisant de médecins généralistes en dépit des besoins de santé publique et reconnaissent le manque de moyens alloués à la Filière Universitaire de Médecine Générale," observe son syndicat dans un communiqué diffusé mardi 29 juillet.

Pierre-Antoine Monard estime que l’on peut "presque parler d’échec" et juge urgent d’y remédier. L’Isnar-IMG réclame donc "la tenue d’Assises de la Médecine Générale Universitaire dès la rentrée prochaine". Pour Pierre-Antoine Moinard, l’idée est de réunir tout le monde -CNGE, Isnar IMG, ministères- autour d’une table au début de l’année scolaire 2014-2015 pour que l’on trouve enfin des solutions pour former des généralistes en nombre et en qualité et que chacun s’engage sur les moyens à mettre en œuvre dans les semaines et mois à venir."

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Martin Winckler

Dans « l'École des soignantes », Martin Winckler imagine un système de soins utopique

Dans « l’École des soignantes »*, le généraliste écrivain Martin Winckler décrit un hôpital utopique en 2039 mis en place par une communauté urbaine en France. Les femmes y sont majoritaires et les...10

L’ARS Ile-de-France lance le recrutement d’au moins 62 généralistes salariés

.

Cela faisait partie des mesures d’urgence du plan Ma Santé 2022, annoncée par Emmanuel Macron, le recrutement au niveau national de 400... 5

Le Bas-Rhin mise sur le 116 117 pour prendre en charge les soins non programmés en journée

.

L’URPS du Bas-Rhin, soutenue par l’ARS du Grand Est a lancé lundi dernier le dispositif “Un médecin 116 117” pour répondre à la demande de... Commenter

Ophtalmologie L'OPHTALMOLOGIE DE L’ENFANT EN SOINS PRIMAIRES Abonné

Ophtalmologie

En raison de délais de consultation souvent longs, l'ophtalmologie pédiatrique envahit les soins primaires. Il incombe aux médecins... 2

Gynécologie L'ENDOMÉTRIOSE Abonné

Endométriose

Retards diagnostiques, mauvaise coordination dans la prise en charge : une grande marge de progrès demeure sur l’endométriose, pathologie... Commenter

A découvrir