C’est arrivé le 24 juillet 1844 - Naissance d’Henri Rendu

C’est arrivé le 24 juillet 1844Naissance d’Henri Rendu

24.07.2014
  • C’est arrivé le 24 juillet 1844 - Naissance d’Henri Rendu-1

    Naissance d’Henri Rendu

« La meilleure façon d’apprendre à nager est de plonger » était sa devise. Fils d’un célèbre agronome, Henri Rendu, après avoir passé son bac à l'âge de seize ans, projette d'étudier l'histoire naturelle, passant deux ans à l’école agronomique de Rennes à travailler sur les couches tertiaires dans la région, recherches qui ne seront pas vaines puisqu’elles lui permettront d’obtenir beaucoup plus tard un doctorat de géologie. Mais, sur le conseil de son père, il s’inscrit en octobre 1865 à l’École de médecine de Paris et en sort premier.

Une thèse sur la méningite tuberculeuse des enfants

Henri Rendu

Externe en 1867, on le retrouve interne en 1868 à l’hôpital Saint-Antoine dans le service de Jules Guyot. En 1870, pendant la guerre avec la Prusse, il s’engage comme chirurgien et fait preuve d’une grande bravoure. En 1873, après être passé par le service de dermatologie de l’hôpital Saint-Louis, il intègre le service du Pr Pierre Carl Edouard Potain, l’un des grands cardiologues de l’époque, à l’hôpital Necker. L’année suivante, il écrit sa thèse sur les « Paralysies en rapport avec la méningite tuberculeuse des enfants », travail qui lui vaut une Médaille d'Argent, et ouvre un cabinet privé. En 1877, il obtient le titre de médecin des hôpitaux et épouse Marie Labric, fille d’un médecin de l’hôpital des Enfants. En 1878, il devient professeur agrégé de la faculté de médecine à l'Université de Paris après avoir présenté ses travaux sur la néphrite chronique. C’était sa seconde tentative, ayant échoué une première fois à obtenir le titre en 1875 après avoir présenté une étude sur « les anesthésies spontanées ». Dorénavant, Rendu va exercer ses talents à l’hôpital Tenon puis, à partir de 1885, à l’hôpital Necker où il termine sa carrière comme chef du département de médecine.

Homme très tolérant et aux fortes convictions religieuses, Henri Rendu a publié plus de 100 articles médicaux – la plupart dans le « Bulletin de la Société Anatomique de Paris » qui lui vaudront d’être élu à l’Académie de Médecine en 1897.

La maladie de Rendu-Osler

Henri Rendu est aussi connu pour avoir le premier fait la description de la télangiectasie hémorragique héréditaire, maladie génétique à transmission autosomique dominante, à pénétrance variable, dont la prévalence minimale en France est aujourd’hui estimée à 1/10 000 habitants. Après Henri Rendu, la description de cette affection a été précisée par le médecin canadien William Osler, si bien qu’elle porte aujourd’hui le nom de maladie de Rendu-Osler.

William Osler

Jusqu’à la fin de sa vie, Henri Rendu garda aussi son amour de l’histoire naturelle, s’intéressant aussi bien à la géologie qu’à la botanique. Parcourant l’Hexagone en tous sens durant ses loisirs à la recherche de plantes rares, il constitua ainsi l’une des plus belles collections privées de botanique en France. Henri Rendu, qui fut également un gros contributeur du « Dictionnaire Encyclopédique des Sciences Médicales » est mort le 16 avril 1902.

 

 

 

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les centres de santé ne veulent pas tomber sous la coupe des cliniques privées

Pour les centres de santé, la rentrée n'amène pas de répit. Alors que les responsables du secteur ont bataillé au printemps dernier pour éviter que la création de nouvelles structures ne soient...2

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1... Commenter

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... Commenter

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir