C’est arrivé le 9 juillet 1213 - Naissance de Jean XXI, le pape… ophtalmologue

C’est arrivé le 9 juillet 1213Naissance de Jean XXI, le pape… ophtalmologue

09.07.2014
  • C’est arrivé le  9 juillet 1213 - Naissance de Jean XXI, le pape… ophtalmologue-1

    Naissance de Jean XXI, le pape… ophtalmologue

Portugais et médecin… Voilà qui fait de Jean XXI, né Pedro Juliao, un des pontifes les plus originaux de l’histoire de la papauté. Fils du médecin Julio Rebelo et de Teresa Gil, Pedro Juliao est né à Lisbonne où il commence ses humanités à l’école de la Cathédrale. puis, contrairement aux habitudes de son temps, il ne rejoignit pas Coimbra pour y poursuivre sa formation mais Paris, où il arriva en 1235. Il étudie la médecine et la théologie, avec pour condisciple Roger Bacon, accordant une attention particulière aux conférences de dialectique, de logique et surtout, à la physique et à la métaphysique d’Aristote. Là, il est connu sous différents noms : Petrus Hispanicus, Pierre d’Espagne, Pierre de Portugal ou encore Petrus Physicus.

Formation de médecine à Paris, Montpellier et Salerne

Pedro Juliao va ensuite continuer sa formation dans les deux plus grandes universités de l’époque, Montpellier et Salerne où il se consacre plus particulièrement à la médecine, ne se destinant pas du tout à la vie ecclésiastique. Après avoir prêté serment à Sienne le 11 janvier 1245 devant quatre témoins, va être nommé professeur l’année suivante et enseigner l’art de la médecine dans la cité toscane jusqu’en 1250. Il s’attèle aussi à l’écriture des « Summulæ Logicales » qui resteront longtemps l’ouvrage de référence en matière de logique aristotélicienne. Après 1250, on perd un peu la trace de Pedro Juliao qui aurait alors passé le plus clair de son temps à Salerne pour se perfectionner dans l’art de la médecine.
 

l'école de médecine de Salerne

 

Médecin particulier de Grégoire X

Pedro Juliao, le futur Jean XXI
Puis, en 1260, la vie de Pedro Juliao va prendre un tour religieux puisqu’il est nommé chanoine de Leon, en Espagne, auprès du cardinal Ottobono Fieschi, le futur Adrien V.
Le roi du Portugal, Alphonse III  va ensuite offrir, le 20 juillet 1263, au fameux médecin devenu chanoine le prieuré de Saint-André de Mafra. Les années suivantes le verront combler de titres honorifiques: chanoine et doyen de la Cathédrale de Lisbonne ; trésorier-major de celle de Porto ; archidiacre au diocèse de Braga et, enfin, Prieur de la Collégiale de Guimarães
En 1270, il passe au service de Grégoire X dont il devient le médecin particulier et écrit alors sa plus notable contribution à la science médicale, le « Thesaurus Pauperum » (Le Trésor des pauvres ») ouvrage destiné, à partir de nombreux conseils issus des médecines hippocratique et arabe, aux plus démunis pour pouvoir se soigner eux-mêmes.
 « De Oculo » (Livre des yeux), le huitième chapitre  du « Thesaurus pauperum » va  être appelé  à devenir le traité d’ophtalmologie "le plus populaire du Moyen Age. « Au nom du pontife suprême et du Créateur », y sont déclinés exhaustivement  toutes les maladies, manifestations et troubles oculaires.
Pedro Juliao décrit ainsi diverses affections concernant l’oeil :
- l'obtalmia. apostème chaud qui nait dans la conjonctive et qui  peut prendre trois formes. Une première forme nait d'une cause primaire, telle que le soleil, la fumée ou la poussière. Une deuxième forme provient d'une fièvre persistante, lorsque, par exemple, on boit du vin fort dans cet état. La troisième naît de la dissolution des humeurs qui descendent de la tête vers les yeux ;
- l'auratus, corps jaunâtre,gras et visqueux qui naît à l'intérieur des paupières et produit une maladie grave, surtout chez les enfants ;
- Le grando, humidité à l'intérieur de la paupière, qui devient dure comme pierre ;
- le glans se développe dans l'oeil, comme dans les autres organes du corps. Entre le nez et le coin de l'oeil naît une fistule d'où sort du pus si on l'ouvre. Souvent le pus va vers le nez par l'orifice entre le nez et l'oeil. Quelquefois la maladie s'étend sur la paupière et attaque le cartilage. On reconnait cette maladie au fait que le pus coule chaque fois qu'on tend la peau des paupières ;
- la viscositas qui résulte d’une déformation de la cornée ou de la pupille ;
- la formica, enflure qui naît à l'extrémité des paupières et qui, petit à petit, en obstrue l'ouverture. Les cils poussent vers l'intérieur, provoquant un ramollissement des paupières par les humeurs chaudes. Dans l'oeil lui-même, une irritation provoque une augmentation de la sécrétion des larmes, le tout aggravé par la corruption des humeurs à cet endroit.
- l'acubitus,  lourdeur des paupières produite par une ventositas (une enflure). Le malade aura l'impression au réveil d'avoir du sable ou de la poussière dans l'œil ;
- l'ordeu,  inflammation au coin de l'oeil qui prend la forme d'un grain d'orge ;
- l’ozimum , peau charnue de couleur rouge qui se dirige vers la pupille et qui est provoquée par une corruption sanguine.

Contre toutes ces affections oculaires et d’autres Pedro Juliao recommande  des potions et des onguents à base de végétaux: citrouille, fenouil, cassis, centaurée, chélidoine, réglisse, verjus extrait du raisin cueilli vert, huile. Différents laits  - de femme ou d'ânesse – sont utilisés en application et l'urine de jeune fille vierge est recommandée pour le lavage des yeux.
Les collyres sont eux préparés à base de crête de coq ou de sang de colombe et dissous dans du vin blanc. On dit que Michel Ange, atteints de troubles de la vision alors qu’il  travaillait à la chapelle Sixtine utilisa  l’un de ces collyres.
 
 

La cathédrale de Braga
En 1272, le siège de Braga devenu vacant,  Pedro Juliao est appelé pour occuper le siège de cette ville archiépiscopal, dont l’occupant bénéficie du titre de « Primat du Portugal et des Espagne ». Mais Grégoire X le rappelle et à la mort de ce dernier est élu pape en septembre 1276 au concile de Viterbe. Il choisit de prendre le nom de Jean. Avec son intronisation, le numéro d’ordre des papes portant le nom de Jean a été modifié. En effet, jusque là entre Boniface VII (mort en 985) et Jean XV était venu s’ajouter, sur la foi d’une tradition reconnue fausse par la suite, un second Jean XV. Si bien que Pedro Juliao devint Jean XXI alors  qu’aucun Jean XX ne figure dans la liste des papes.
 
Jean XXI mourut tragiquement huit mois après son élection alors qu’il siégrait à Viterbe, petite ville au nord de Rome. Afin de s’assurer sa tranquillité, il avait fait ajouter un appartement privé au palais papal. Mais, le 14 mai 1277, le toit de cet appartement s’effondra alors qu’il s’y trouvait, le blessant grièvement. Six jours plus tard, le 20 mai 1277, le pape devait mourir des suites de ses blessures.

Le sarcophage de Jean XXI dans la cathédrale de Viterbe

 

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Dépakine: audience préliminaire au TGI de Paris

L'association de défense des victimes de la Dépakine et le laboratoire Sanofi ont aiguisé leurs arguments mercredi lors d'une audience au tribunal de grande instance de Paris, première étape de l...Commenter

Les MICI gagnent du terrain surtout dans les pays nouvellement industrialisés

Mici

Les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI) sont des pathologies du 21ème siècle, indique clairement Le Lancet du 16... Commenter

Feu vert sur les vaccins obligatoires : en commission, les députés médecins montent au créneau

.

Ça devrait passer lors de l'examen du PLFSS dans l'hémicycle la semaine prochaine. Mais pas forcément comme une lettre à la poste… Les déput... 2

Sécurité alimentaire LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES DESTINÉS AUX SPORTIFS Abonné

Complements alimentaires

Une alimentation équilibrée, diversifiée et privilégiant les aliments de haute densité nutritionnelle suffit à satisfaire les besoins... 1

Recherche en Médecine Générale INFECTION URINAIRE : DIAGNOSTIC TROP EMPIRIQUE Abonné

Bandelette urinaire

La prise en charge des infections urinaires (IU) a fait l’objet de recommandations en 2008 publiées par l’Assaps, puis d’une actualisation... 2

A découvrir