L’OCDE veut mobiliser davantage les soins primaires sur les troubles mentaux

L’OCDE veut mobiliser davantage les soins primaires sur les troubles mentaux

08.07.2014
  • L’OCDE veut mobiliser davantage les soins primaires sur les troubles mentaux - 1

"Investir davantage dans les soins primaires serait une façon efficace, sur le plan des coûts, de traiter les troubles mentaux légers à modérés". C’est l'OCDE, qui le suggère dans un rapport rendu public cette semaine, qui estime que la maladie mentale est "insuffisamment" prise en charge dans les pays de l'OCDE. L’organisation estime qu’une personne sur deux connait un problème de mauvaise santé mentale à un moment de sa vie; la dépression et l'anxiété concernant, "à tout moment 15 % de la population d'âge actif concernée".

Pourtant, les auteurs du rapport jugent que ces troubles sont insuffisamment pris en charge, avec entre un tiers et la moitié des personnes souffrant de troubles mentaux qui ne reçoivent "aucun traitement". Ainsi, "globalement, 56,3 % des personnes souffrant de dépression ne reçoivent pas de traitement approprié" dans les pays développés membres de l’OCDE. L'institution évalue les coûts, directs et indirects, d'une mauvaise santé mentale à 4% du PIB dans de nombreux pays de l'OCDE, la France (2,3%) étant en deçà de cette estimation.

"Les gouvernements doivent intensifier leurs efforts pour améliorer les soins de santé mentale qui restent mal dotés en ressources et auxquels il n'est pas attaché un degré de priorité suffisant dans un trop grand nombre de pays", estime le rapport. Pour y arriver, il n’y a pas trente six solutions, selon l'OCDE, qui table sur les praticiens de premier recours pour diagnostiquer, traiter et gérer ces situations.

Problème, selon le rapport : dans bien des cas, "ceux-ci manquent de ressources, de temps et de compétences pour le faire efficacement", selon la même source. Et le rapport de proposer "un soutien accru" des acteurs de soins primaires de la part des psychiatres et une "formation à la santé mentale et une formation professionnelle continue pour tous les médecins et personnels infirmiers de premier recours". Enfin, les auteurs préconisent un "plus large accès des praticiens en soins primaires aux services de spécialistes pour orienter les patients."

Réaliste, le rapport de l’OCDE conclut néanmoins que les systèmes de soins primaires ne pourront pas tout faire. D’où son appel à développer parallèlement les psychothérapies comme la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) qui, selon ces experts, "ont fait la preuve de leur efficacité."

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 1 Commentaire
 
Vincent L Médecin ou Interne 08.07.2014 à 21h48

Nous sommes déjà tellement débordés, à traiter des mélanomes. Je reconnais volontiers la nécessité de s'occuper des coups de soleils....
Quelle blague !

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Baromètre Santé 2016 La confiance envers les vaccins reviendrait-elle ?

À la veille du débat parlementaire sur l’obligation vaccinale, Santé Publique France a fait les choses « en grand » en publiant un volumineux BEH sur la vaccination des jeunes enfants et en...Commenter

Pelloux réclame l'ouverture de centres de santé jusque tard le soir

.

"21 millions de passages aux urgences" ont été recensés en 2016, un chiffre "multiplié par deux en vingt ans". C'est Patrick Pelloux qui l'a... 12

[Vidéo] Un Livre Blanc souligne les lacunes dans la prise en charge de la douleur

Douleur

La Société Française d'Etude et de Traitement de la Douleur (SFETD) a présenté mardi 17 octobre le Livre blanc de la douleur 2017, alertant... 2

Sécurité alimentaire LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES DESTINÉS AUX SPORTIFS Abonné

Complements alimentaires

Une alimentation équilibrée, diversifiée et privilégiant les aliments de haute densité nutritionnelle suffit à satisfaire les besoins... 1

Recherche en Médecine Générale INFECTION URINAIRE : DIAGNOSTIC TROP EMPIRIQUE Abonné

Bandelette urinaire

La prise en charge des infections urinaires (IU) a fait l’objet de recommandations en 2008 publiées par l’Assaps, puis d’une actualisation... 2

A découvrir