Affaire Dalli - Quand Barroso s’explique au tribunal avec l’ex "ministre de la Santé" de l’UE

Affaire DalliQuand Barroso s’explique au tribunal avec l’ex "ministre de la Santé" de l’UE

07.07.2014
  • Quand Barroso s’explique au tribunal avec l’ex "ministre de la Santé" de l’UE - 1

Fallait-il sauver le soldat Dalli ? Non a répondu en substance lundi José Manuel Barroso, qui a défendu devant le tribunal de l’UE sa décision de faire démissionner l'ancien Commissaire européen à la Santé, à la suite de la plainte de ce dernier. Mis en cause dans une affaire de corruption présumé, le Maltais John Dalli (photo) avait été poussé à la démission par le Président de la Commission européenne en octobre 2012, après sa mise en cause par l'organisme anti-fraude de l'UE, l'Olaf, pour un trafic d'influence présumé lié à l'industrie du tabac.

Depuis, il ne cesse de clamer son innocence et il demande l'annulation de la décision. Sur le fond, il affirme avoir été victime d'un "complot fomenté par la Commission et l'industrie du tabac", qui l'aurait piégé alors qu'il s'apprêtait à présenter une nouvelle proposition de loi européenne pour durcir la législation antitabac. A l’inverse, le chef de l'exécutif européen a expliqué avoir eu des "indications d'un comportement imprudent et inapproprié" de son commissaire, dont les "contacts" avec des représentants de l'industrie du tabac étaient selon lui un "motif suffisant pour qu'il quitte la Commission". "J'avais perdu la confiance politique et personnelle envers M. Dalli" en raison de ses "relations étranges avec l'industrie du tabac", a insisté Manuel Barroso, arguant qu’"il n'aurait pas été possible d'adopter la directive" sur le tabac, "avec tous les doutes autour de lui".

A la barre du tribunal, le débat a aussi porté sur la forme. "C'était une démission ambigüe", a affirmé John Dalli. "Je n'avais pas le choix. C'était une sentence de mort". Il "a démissionné de son propre gré dans mon bureau, il l'a fait sans la moindre ambiguïté", a répliqué peu après à la barre Manuel Barroso. Dans cette affaire, il ne manquait plus que le député Vert Français, José Bové qui a estimé devant le tribunal à Luxembourg que "les droits de la défense ont été bafoués".

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 1 Commentaire
 
PATRICK M Médecin ou Interne 01.07.2015 à 00h50

Quand un ripou se permet de virer quelqu'un pour corruption, il y a de quoi rire mais surtout pleurer. Ce M. Barrosso qui dirige l'Europe depuis des lustres et qui n'a jamais été élu par aucun Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Claude Leicher

Après 8 années à la tête de MG France, le Dr Claude Leicher passe la main

Clap de fin pour le Dr Claude Leicher à la présidence de MG France. Après 8 années passées à la tête du syndicat, le généraliste d'Etoile-sur-Rhône (26) passera la main le 2 décembre prochain. Il...2

Péni G : nouvelle pénurie en vue pour la benzathine benzylpénicilline

Pénurie en vue pour la benzathine benzylpénicilline

L’embellie n’aura été que de courte durée… Moins de deux ans après un premier épisode de pénurie, la benzathine benzylpénicilline va à... Commenter

73% des Français estiment que le système de santé s'est dégradé ces 5 dernières années

Dégradation du système de santé

Les Français semblent en rupture avec la politique de santé de ces dernières années. Selon un sondage BVA* pour Les Contrepoints de la... 1

Cardiologie L’INSUFFISANCE CARDIAQUE Abonné

Echocardiographie

Compte tenu du vieillissement de la population, la prévalence de l'insuffisance cardiaque augmente et se situe entre 5 % à 10 % à partir de... Commenter

Formation UN OUTIL MÉTHODOLOGIQUE POUR OPTIMISER LES PRATIQUES ? Abonné

Formation

La formation des médecins et l'information aux patients sont le gage d'une amélioration des pratiques, avec à la clef un meilleur... Commenter

A découvrir