Affaire Dalli - Quand Barroso s’explique au tribunal avec l’ex "ministre de la Santé" de l’UE

Affaire DalliQuand Barroso s’explique au tribunal avec l’ex "ministre de la Santé" de l’UE

07.07.2014
  • Quand Barroso s’explique au tribunal avec l’ex "ministre de la Santé" de l’UE - 1

    Quand Barroso s’explique au tribunal avec l’ex "ministre de la Santé" de l’UE

Fallait-il sauver le soldat Dalli ? Non a répondu en substance lundi José Manuel Barroso, qui a défendu devant le tribunal de l’UE sa décision de faire démissionner l'ancien Commissaire européen à la Santé, à la suite de la plainte de ce dernier. Mis en cause dans une affaire de corruption présumé, le Maltais John Dalli (photo) avait été poussé à la démission par le Président de la Commission européenne en octobre 2012, après sa mise en cause par l'organisme anti-fraude de l'UE, l'Olaf, pour un trafic d'influence présumé lié à l'industrie du tabac.

Depuis, il ne cesse de clamer son innocence et il demande l'annulation de la décision. Sur le fond, il affirme avoir été victime d'un "complot fomenté par la Commission et l'industrie du tabac", qui l'aurait piégé alors qu'il s'apprêtait à présenter une nouvelle proposition de loi européenne pour durcir la législation antitabac. A l’inverse, le chef de l'exécutif européen a expliqué avoir eu des "indications d'un comportement imprudent et inapproprié" de son commissaire, dont les "contacts" avec des représentants de l'industrie du tabac étaient selon lui un "motif suffisant pour qu'il quitte la Commission". "J'avais perdu la confiance politique et personnelle envers M. Dalli" en raison de ses "relations étranges avec l'industrie du tabac", a insisté Manuel Barroso, arguant qu’"il n'aurait pas été possible d'adopter la directive" sur le tabac, "avec tous les doutes autour de lui".

A la barre du tribunal, le débat a aussi porté sur la forme. "C'était une démission ambigüe", a affirmé John Dalli. "Je n'avais pas le choix. C'était une sentence de mort". Il "a démissionné de son propre gré dans mon bureau, il l'a fait sans la moindre ambiguïté", a répliqué peu après à la barre Manuel Barroso. Dans cette affaire, il ne manquait plus que le député Vert Français, José Bové qui a estimé devant le tribunal à Luxembourg que "les droits de la défense ont été bafoués".

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Congrès de l'Isnar-IMG à Tours Aides à l'installation : les cafouillages du contrat CESP entre manque d’accompagnement et défaut d’information

Le contrat d’engagement de service public (CESP) a été créé il y a neuf ans. l’Intersyndicale des internes en médecine générale (Isnar-IMG) et l’Anemf ont donc jugé le moment opportun pour en faire...Commenter

Anti-acides et thérapies anticancéreuses ne font pas bon ménage

Femme traitée par chimiothérapie

L’utilisation de médicaments anti-acide impacte de manière négative la survie de patients atteints de cancer et traités par pazopanib... Commenter

La moitié des internes en médecine générale dépasse le temps de travail réglementaire

.

À l’occasion du 20e Congrès de l’Intersyndicale des internes de médecine générale (Isnar-IMG) à Tours, l’organisation a présenté les résulta... 5

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir