Affaire Dalli - Quand Barroso s’explique au tribunal avec l’ex "ministre de la Santé" de l’UE

Affaire DalliQuand Barroso s’explique au tribunal avec l’ex "ministre de la Santé" de l’UE

07.07.2014
  • Quand Barroso s’explique au tribunal avec l’ex "ministre de la Santé" de l’UE - 1

    Quand Barroso s’explique au tribunal avec l’ex "ministre de la Santé" de l’UE

Fallait-il sauver le soldat Dalli ? Non a répondu en substance lundi José Manuel Barroso, qui a défendu devant le tribunal de l’UE sa décision de faire démissionner l'ancien Commissaire européen à la Santé, à la suite de la plainte de ce dernier. Mis en cause dans une affaire de corruption présumé, le Maltais John Dalli (photo) avait été poussé à la démission par le Président de la Commission européenne en octobre 2012, après sa mise en cause par l'organisme anti-fraude de l'UE, l'Olaf, pour un trafic d'influence présumé lié à l'industrie du tabac.

Depuis, il ne cesse de clamer son innocence et il demande l'annulation de la décision. Sur le fond, il affirme avoir été victime d'un "complot fomenté par la Commission et l'industrie du tabac", qui l'aurait piégé alors qu'il s'apprêtait à présenter une nouvelle proposition de loi européenne pour durcir la législation antitabac. A l’inverse, le chef de l'exécutif européen a expliqué avoir eu des "indications d'un comportement imprudent et inapproprié" de son commissaire, dont les "contacts" avec des représentants de l'industrie du tabac étaient selon lui un "motif suffisant pour qu'il quitte la Commission". "J'avais perdu la confiance politique et personnelle envers M. Dalli" en raison de ses "relations étranges avec l'industrie du tabac", a insisté Manuel Barroso, arguant qu’"il n'aurait pas été possible d'adopter la directive" sur le tabac, "avec tous les doutes autour de lui".

A la barre du tribunal, le débat a aussi porté sur la forme. "C'était une démission ambigüe", a affirmé John Dalli. "Je n'avais pas le choix. C'était une sentence de mort". Il "a démissionné de son propre gré dans mon bureau, il l'a fait sans la moindre ambiguïté", a répliqué peu après à la barre Manuel Barroso. Dans cette affaire, il ne manquait plus que le député Vert Français, José Bové qui a estimé devant le tribunal à Luxembourg que "les droits de la défense ont été bafoués".

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Avenant télémédecine : les syndicats ont un mois pour signer

L'Assurance maladie a opéré quelques changements concernant l'avenant télémédecine depuis la dernière négo. Elle propose l'ouverture de la téléconsultation à « l'ensemble des patients au 15...1

[Vidéo] Google AI travaille sur le diagnostic des cancers

Google AI

D'ici quelques années, verra-t-on arriver dans nos établissements de santé des appareillages de la marque Google ? Les premiers instruments... 1

Un médecin sur deux s'estime mal formé à la prévention du risque routier

.

Prescription d'anxiolytiques, addictions, personnes âgées… Le rôle du praticien dans la prévention des risques routiers est essentiel.... Commenter

Prévention LA PROMOTION DE LA PRÉVENTION EN SALLE D’ATTENTE EST INEFFICACE Abonné

Salle d'attente

La salle d’attente du généraliste est logiquement un lieu idéal – puisque contextualisé – d’affichage de messages sanitaires, notamment... Commenter

Nutrition LES RÉGIMES RESTRICTIFS Abonné

Régime restictif

De plus en plus de patients se lancent dans des régimes restrictifs sans en connaître les conséquences. Nous faisons le point sur plusieurs... 1

A découvrir