De plus en plus de solitude chez les personnes âgées

De plus en plus de solitude chez les personnes âgées

07.07.2014
  • De plus en plus de solitude chez les personnes âgées - 1

    De plus en plus de solitude chez les personnes âgées

En ce début d’été, l’information est à méditer, si un nouvel épisode de canicule devait se manifester dans les semaines qui viennent. Plus d’une personne âgée de plus de 75 ans sur quatre est désormais seule (27%), selon une enquête de la Fondation de France. Alors que cette proportion était beaucoup plus basse il y a quelques années : 16% en 2010. Le phénomène s'est notamment amplifié dans les grandes villes. Ainsi, 33% des personnes âgées résidant dans une ville de plus de 100.000 habitants sont en situation d'isolement, contre 21% de celles résidant au sein d'une commune rurale. Et, sans surprise, la perte d'autonomie et la maladie "jouent de manière très négative sur le maintien ou le développement de la vie sociale".

Cette enquête révêle aussi qu’en moyenne, toutes classes d’âge confondues, un Français sur huit est seul soit 5 millions de personnes. Les Français sont un million de plus qu'en 2010 à ne pas avoir de relations sociales au sein des cinq réseaux de sociabilité (familial, professionnel, amical, affinitaire ou de voisinage) identifiés. Le phénomène touche désormais les 18-29 ans, "jusque là préservés", et chez les moins de 40 ans, la solitude a doublé en quatre ans (7% en 2014 contre 3% en 2010).

La pauvreté et l'accès à l'emploi semblent déterminants pour l'intégration sociale, souligne l'étude. En 2014, près d'un Français sur trois ne dispose que d'un seul réseau (familial, professionnel ou amical), notamment les inactifs, les bas revenus et les moins de 40 ans. L'étude 2004 témoigne aussi de "l'affaiblissement des grands réseaux de proximité". En effet, quatre Français sur dix n'ont pas de contact avec leur famille au-delà de quelques rencontres annuelles (39% en 2014 contre 33% en 2010). Un Français sur quatre n'a pas de relations amicales soutenues (25% en 2014 contre 21% en 2010), et près de quatre sur dix n'ont pas ou peu de contacts avec leurs voisins (36% contre 31%).

Enquête réalisée par l'institut d'études TMO régions pour l'Observatoire de la Fondation de France par téléphone en janvier, auprès de 4.007 personnes âgées de 18 ans et plus.
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Bernard Jomier

Bernard Jomier, un généraliste sur les bancs du Sénat

« Ce sera sans doute mon activité la plus compliquée à arrêter. » Bien que devenu sénateur en septembre dernier, Bernard Jomier voulait absolument continuer à exercer en tant que généraliste. Il a...Commenter

Les dossiers qui ont marqué l'année Santé des LGBT+ : de l'importance d'être un généraliste friendly

Gay pride

De nombreux patients LGBT+ (lesbiennes, gay, bisexuels et trans...), par peur de leur jugement, n’évoquent pas leurs orientations sexuelles... 3

Zoom en vidéo [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients

Zoom en vidéo - [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients-0

Pour la première fois en 2018, le Congrès de Médecine Générale consacrait une plénière à la spécificité du soin pour les personnes LGBTI... 3

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir