C’est arrivé le 4 juillet 1885 - Un rapport sur la salubrité de Paris

C’est arrivé le 4 juillet 1885Un rapport sur la salubrité de Paris

04.07.2014
  • C’est arrivé le 4 juillet  1885 - Un rapport sur la salubrité de Paris-1

    Un rapport sur la salubrité de Paris

Dans un rapport rendu le 4 juillet 1885, le Dr Léon Colin médecin-inspecteur de l’Armée, directeur du service de Santé du gouvernement militaire de Paris, membre de l’Académie de médecine, vice-président du Conseil d’hygiène publique et de salubrité de la Seine dresse un tableau inquiétant de la situation sanitaire de la ville capitale et de sa banlieue.

En cette année 1885, la pollution est déjà, si l’on peut dire, un problème dans l’air du temps à en croire le Dr Colin : « L'air des grands centres de population présente une quantité considérable de matières azotées. De ce fait de l'agglomération, il y a, pour ainsi dire, déjà dans l'air de la rue, quelque chose d'analogue à l'air confiné des habitations d'où, pour tous, prédisposition à ces affections dans le développement desquelles intervient l'action de l'homme sur l'homme et dont aujourd'hui l'expression dominante est la fièvre typhoïde. »

Des différences notables suivant les quartiers

Une petite rue de Paris au XIXe siècle

L’autre conséquence du développement exponentiel de Paris, c'est sa division, sa fragmentation en quartiers notablement différents les uns des autres, quartiers riches ou quartiers pauvres, quartiers industriels ou quartiers de rentiers, d'où la non-identité de prédisposition des diverses régions de la ville aux maladies épidémiques.Ainsi le Xle arrondissement (Popincourt) semble particulièrement insalubre, quartier « encombré encore aujourd'hui des nombreux établissements industriels qui y avaient trouvé naturellement place, il y a quarante ans, alors que la plus grande partie du sol était consacrée aux cultures maraîchères et que l'arrondissement ne comprenait que 80000 habitants, tandis qu'aujourd'hui il en renferme 215000; infecté en outre par une quantité de garnis ou de logements insalubres qui ont valu spécialement, au quartier Sainte-Marguerite son odieuse célébrité. » Du côté des Buttes-Chaumont, ce n’est guère mieux tant il y a là « d'immeubles qui ne méritent pas le nom de maisons, qui sont déclarés absolument inhabitables et qu'il est temps de voir interdire par l'autorité supérieure ».

Dans les arrondissements périphériques, Colin note une prédominance des « maladies populaires », à l’exception du XVIe arrondissement qui, relativement respecté par l'envahissement industriel , peut compter parmi les plus salubres de la capitale. Ainsi, selon Bertillon, cité dans le rapport, « le nombre des décès par rougeole paraît en relation étroite avec l'état d'aisance des habitants de chaque arrondissement. Ils sont beaucoup plus fréquents dans les quartiers excentriques que dans les quartiers du centre. Les seuls quartiers excentriques où la mortalité par rougeole soit faible sont la Muette, la Porte-Dauphine, les Bassins, les Ternes, la Plaine-Monceau, les Batignolles, qui sont habités en grande partie par une population aisée. »

La même observation peut s’appliquer à la coqueluche qui a causé dans l'ensemble de Paris 616 décès, soit 29,6 p. 100 000 habitants. Certains quartiers, comme ceux des Quinze-Vingts, du Combat, de la Gare et de Montparnasse ont eu 60, 64, 70 et 71 décès. Il en est de même de la diphthérie, de la fièvre typhoïde et du choléra de 1884 qui ont principalement sévi dans les quartiers périphériques et la banlieue voisine. Dans le centre de Paris, s'il y a des arrondissements à peu près complètement salubres, comme le Ier (Louvre), le IXe (Opéra), plusieurs autres sont particulièrement insalubres comme le XIe et le IVe (Beaubourg) en raison de l’accumulation de « garnis » et plus encore le Ve (Panthéon), « cette partie du quartier de la Sorbonne comprise entre le quai et le boulevard Saint-Germain, région où se retrouvent les ruelles infectes du moyen âge, surchargées d'une population misérable et nomade, et où nous avons vu successivement s'implanter, avec une ténacité spéciale, la variole, la diphthérie, le choléra », écrit Colin.
 

Les travaux de rénovation de Paris sous Haussmann

 

La faute aux banlieues

Hormis les égouts qui, selon le rapport, répartissent, les influences morbides qui émanent des quartiers les plus isolés et les plus lointains, ce qui augmente la gravité de la situation sanitaire à Paris, « c'est l'augmentation incessante de l'importance des communes de la banlieue, presque contiguës à la capitale, et lui imposant les inconvénients de tous leurs vices hygiéniques et de leurs épidémies ».

Le Dr Léon Colin s’inquiète donc du développement des communes entourant la capitale qui ont pris « l'importance de véritables villes sans recevoir les aménagements hygiéniques qui, à notre époque,devraient toujours précéder de semblables extensions et qui se trouvent ,aujourd'hui, sans ressources suffisantes, soit en eau potable, soit en eau d'arrosage, sans canalisations permettant l'évacuation sou- terraine des résidus industriels et ménagers, sans abattoirs publics, d'ou la nécessité d'autoriser les tueries particulières, ces foyers d'émanations putrides, insupportables, où la surveillance des viandes est si difficile ». Le médecin s’inquiète surtout de la situation dans la banlieue nord où depuis des années prédominent la fièvre typhoïde et la diphthérie. « C'est là aussi, ajoute-t-il, qu'a trouvé son terrain le choléra, pouvant peut-être y rencontrer encore aujourd'hui, après son extinction en ville, des conditions de survivance qui imposent la continuation de la lutte entreprise pour l'assainissement de cette région ».

Une usine à Saint-Denis

Le Dr Colin conclut son rapport, sans trop d’illusions, sachant bien que que le refoulement à distance suffisante de tous ces foyers d’insalubrité est une « tâche compliquée par les nombreuses difficultés économiques que soulèvent toujours le déplacement, la transformation ou l'interdiction des établissements industriels. » Et de prendre l’exemple d’ Aubervilliers, commune où il y aurait le plus urgence à agir. « La visite du quartier spécialement atteint en cette commune met en évidence des conditions d'insalubrité, générale et privée, d'un caractère bien attristant. Ce ne sont pas seulement les rues et les im-meubles atteints qui sont malpropres c'est l'ensemble de la région dont l'atmosphère est infectée par les usines aux odeurs les plus repoussantes, notamment les deux dépotoirs Lesage, l'un au nord-est, l'autre au sud-ouest, de façon que, n'importe la direction du vent, lesémanations n'en sont jamais totalement perdues ; épurations d'huile, fonderies de graisse, passage des voitures transportant à la porcherie Souffrice les viandes de déchet des hôtels, des hôpitaux, boucheries, etc., sans parler d'industries innommées, comme celle qui vise et réalise, paraît-il, la transformation du poisson avarié en huile d'olive ! »

[ Vidéo] Une conférence sur les politiques d"hygi§ne au XIXe siècle  avec Fabienne Chevallier (Musée d'Orsay) et André Guillerme (professeur au Centre National des Arts et Métiers)

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les centres de santé ne veulent pas tomber sous la coupe des cliniques privées

Pour les centres de santé, la rentrée n'amène pas de répit. Alors que les responsables du secteur ont bataillé au printemps dernier pour éviter que la création de nouvelles structures ne soient...4

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1... 1

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... 1

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir