Etude - Non substituable : les patients y sont peut être pour quelque chose

EtudeNon substituable : les patients y sont peut être pour quelque chose

04.07.2014
  • Etude - Non substituable : les patients y sont peut être pour quelque chose-1

Alors qu’en mai dernier le patron de l’Assurance maladie annonçait un programme de contrôle du « non substituable » sur les ordonnances des médecins et qu’un très récent rapport de l’Ansm sur l’analyse des ventes de médicaments en 2013 indiquait que les génériques représentent plus de 30% du marché en quantité et 15% en valeur, l’étude qui vient de paraître dans la revue Encéphale sur les raisons de la défiance des patients à l’égard des génériques prend un relief particulier.

Une équipe de cliniciens de l’hôpital Avicenne (Bobigny) s’est intéressée aux motifs qui poussent les patients à se détourner des génériques. La défiance des malades ne peut selon eux « être analysée avec pertinence sans considérer ce que les patients savent réellement des médicaments génériques, en particulier de leur raison d’être et de leurs prescripteurs ».

Ainsi, trois questions ont été posées à 272 patients au premier trimestre 2013. Connaissent-ils les médicaments génériques ? Savent-ils à quoi ils sont destinés? Qui peut les prescrire ? 75% des sujets ont été interrogés en consultation de médecine générale, 14% en médecine générale d’urgence et 9% en médecine d’urgence extrahospitalière (SAMU). En moyenne les patients étaient âgés de 67 ans – soit la tranche d’âge qui consomme 40% des médicaments de ville -, et ils étaient de sexe féminin dans 63% des cas, masculin dans 37% des cas.

Si l’immense majorité des sujets interrogés (94%) ont déclaré connaître les génériques, ils ne sont pas aussi nombreux à savoir pourquoi ils sont prescrits et ils le sont encore moins à savoir qui les prescrit. En effet, 23% des sujets interrogés ignorent que les génériques sont destinés à faire des économies de santé et 4% patients sont persuadés qu’ils ne servent à rien ! Six sujets sur 10 déclarent que les génériques leurs sont délivrés à l’initiative du pharmacie, un peu moins de la moitié (46%) sur prescription de leur médecin. Mais 8% ne le savait pas. Mais ils sont quand même 10% à le réclamer eux mêmes au pharmacien.

S’il apparaît « que les patients ont globalement une connaissance avancée des principes de recours aux médicaments génériques », un quart d’entre eux ignore encore à quoi ils sont destinés et 20% à l’initiative de qui ils ont prescrits. « Ces taux sont voisins du taux actuel de non substitution », observent les auteurs qui du coup mettent en avant « l’ignorance des patients » pour expliquer la défiance des Français à l’égard des médicaments génériques.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 14 Commentaires
 
FREDERIC M Médecin ou Interne 07.07.2014 à 14h19

"non substituable", l'écrire à la main, mais la main de qui du médecin ou du patient? Alors que si noté sur l'ordonnance de façon informatique le "non substituable "est médical libre au médecin de raj Lire la suite

Répondre
 
DIDIER D Médecin ou Interne 07.07.2014 à 10h13

Didier D Médecin:
qui est derrière la manipulation antigénériques dans les médias?
Qui s'amuse à faire peur à la population?

Répondre
 
JEAN CLAUDE B Médecin ou Interne 06.07.2014 à 12h51

Le "problème" des génériques sera résolu TRES simplement le jour où on dira que les médicaments seront remboursés sur la base du prix du générique le moins cher. Après ça, le prescripteur ou le Lire la suite

Répondre
 
ISABELLE G Médecin ou Interne 06.07.2014 à 10h01

L'acharnement imbécile à faire du médecin le consommateur de soins est non substituable dans l'idéologie démagogique de la démocratie sanitaire ( leurre, fiction, mensonge? ). Quand la CPAM, le Lire la suite

Répondre
 
ETIENNE A Médecin ou Interne 05.07.2014 à 23h05

Ce sont les patients qui imposent au medecin ou au pharmacien la mention "non substituable"

et ça ne sert à rien de parler des heures de ce problème
avec tous les articles qui Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

L'ordre salue la réouverture du dialogue avec Ségur, mais attend des actes

C'est dans les nouveaux locaux de la rue Léon-Jost que le président de l'Ordre Patrick Bouet a tenu sa conférence de rentrée. L'occasion de commenter les premiers mois d'Agnès Buzyn avenue de Ségur...Commenter

Vaccination : ni sanctions, ni exemptions

.

Agnès Buzyn l’a confirmé ce matin sur BFM TV : l’élargissement de l’obligation vaccinale ne sera finalement assorti d’aucune clause... Commenter

Trop de temps passé devant les écrans, s'alarme Santé Publique France

.

Pour Santé publique France la situation est jugée "préccupante" ! Les conclusions de l'étude Esteban publiées ce jour sont claires : de... Commenter

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir