Le PLFSS rectifié met les députés en ébullition

Le PLFSS rectifié met les députés en ébullition

29.06.2014
  • Le PLFSS rectifié met les députés en ébullition - 1

Rude début de semaine pour Marisol Touraine qui va devoir défendre son PLFSS rectificatif pour 2014 dans une ambiance frondeuse jusque sur certains bancs de la majorité. A partir de lundi et jusqu’à mercredi est discuté dans l’hémycycle ce texte qui signe un nouveau tour de vis dans la rigueur. Le vote solennel étant prévu le 9 juillet.

Ce PLFSSR revoit légèrement à la baisse le montant des dépenses de santé pour 2014, puisqu’un nouvel Ondam devrait être défini :178,3 milliards contre 179,1 milliards initialement prévus. Cette réduction, non négligeable, de près de 1 milliard d’euros de dépenses n’est pas liée à une anticipation d’économies sur 2014. Elle est la conséquence d’un rebasage lié aux bons résultats réalisés en 2013. Les dépenses effectives de 2013 s’avèrant en effet très inférieures (de 420 millions pour les dépenses de ville et 343 sur l’hôpital) à ce qui avait été retenu lors de la définition de l’Ondam 2014. Comme l’explique le gouvernement, le nouvel Ondam rectifié pour 2014 conserve donc "un effort constant sur le niveau des dépenses de santé, c'est-à-dire en respectant le taux d’évolution sous-jacent au niveau voté pour 2014, soit 2,4 %".

A vrai dire, ce n’est pas cette mise à jour comptable qui tracasse les députés et notamment la quarataine de député frondeurs du PS. Ce texte entérine par ailleurs des baisses de cotisations pour les entreprises et prévoit des gels de prestations dont les retraites (8 millions de personnes concernées). Et c’est là que le bat blesse. Les contestataires ont déposé une vingtaine d'amendements, pour notamment supprimer des réductions de cotisations patronales et le gel des pensions de retraite supérieures à 1.200 euros. L’alliance de fait entre les "frondeurs", le reste de la gauche (Verts et front de gauche) et l'opposition qui a porté ses fruits en commission sur certains amendements, est un danger pour le gouvernement.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 2 Commentaires
 
FREDERIC M Médecin ou Interne 30.06.2014 à 09h47

je n'ai jamais entendu parler de la remise à plat des avantages fiscaux des élus , de gel de leur rémunérations ou de diminution de leurs retraites!!!

Répondre
 
JEAN LUC M Médecin ou Interne 30.06.2014 à 08h27

on sent que le rouleau compresseur se centre sur la classe dite moyenne tout cela finira bien par exploser

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les centres de santé ne veulent pas tomber sous la coupe des cliniques privées

Pour les centres de santé, la rentrée n'amène pas de répit. Alors que les responsables du secteur ont bataillé au printemps dernier pour éviter que la création de nouvelles structures ne soient...4

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1... 1

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... 1

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir