Lèpre : la fondation Raoul Follereau épinglée par l’IGAS

Lèpre : la fondation Raoul Follereau épinglée par l’IGAS

28.06.2014
  • Lèpre : la fondation Raoul Follereau épinglée par l’IGAS - 1

    Lèpre : la fondation Raoul Follereau épinglée par l’IGAS

La Fondation Raoul Follereau, l'un des acteurs historiques de la lutte contre la lèpre, a été épinglée dans un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) qui vient d'être publié. Douze ans après un premier rapport qui avait critiqué "l'opacité" et les mauvais comptes de l'organisation humanitaire, l'Igas a de nouveau émis des "réserves" sur le fonctionnement de la fondation reconnue d'utilité publique depuis 1984.

Malgré la dissolution du "groupe Follereau" qui chapeautait une myriade d'organisations, la séparation des activités caritatives des activités de logement social et une simplification des structures opérationnelles mises en oeuvre à la suite du premier rapport, "l'organisation reste complexe et ne garantit pas complètement au donateur une utilisation conforme de ses dons", relève l'Igas. L'Igas relève notamment des "financements non conformes à l'objet social d'intérêt général" apportés à des communautés religieuses ou à l'enseignement privé catholique hors contrat et qui représentent 5% des missions d'aide totales. Parmi les aides contestées, l'Igas cite celle apportée depuis 2009 au Mouvement pour la canonisation de Madeleine et Raoul Follereau, soit 60.000 euros au total auxquels vient s'ajouter la mise à disposition gratuite d'un local acquis pour 315.000 euros.

Au total, la part consacrée aux missions lèpre et santé n'a cessé de baisser ces dernières années, passant de 10 millions d'euros en 1992 à 5 millions en 2012 (sur les 13 millions d'euros de fonds collectés). Dans une réaction annexée au rapport de l'Igas, la Fondation précise que les réserves n'ont "en aucun cas été constituées ou utilisées comme une +cagnotte+ qui permettrait d'agir en dehors de l'objet social de la Fondation". La Fondation rejette également les critiques sur les subventions accordées à des communautés religieuses, relevant qu'elles ne sont pas "significatives".

Source : AFP
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Bernard Jomier

Bernard Jomier, un généraliste sur les bancs du Sénat

« Ce sera sans doute mon activité la plus compliquée à arrêter. » Bien que devenu sénateur en septembre dernier, Bernard Jomier voulait absolument continuer à exercer en tant que généraliste. Il a...Commenter

Les dossiers qui ont marqué l'année Santé des LGBT+ : de l'importance d'être un généraliste friendly

Gay pride

De nombreux patients LGBT+ (lesbiennes, gay, bisexuels et trans...), par peur de leur jugement, n’évoquent pas leurs orientations sexuelles... Commenter

Zoom en vidéo [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients

Zoom en vidéo - [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients-0

Pour la première fois en 2018, le Congrès de Médecine Générale consacrait une plénière à la spécificité du soin pour les personnes LGBTI... 1

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir