La FNEHAD regrette que l’HAD fasse du surplace

La FNEHAD regrette que l’HAD fasse du surplace

12.06.2014
  • La FNEHAD regrette que l’HAD fasse du surplace - 1

    La FNEHAD regrette que l’HAD fasse du surplace

L'hospitalisation à domicile ne progresse plus dans l’Hexagone, au grand regret de la FNEHAD (Fédération nationale des établissements d'hospitalisation à domicile) que préside l’ancienne ministre de la santé Elisabeth Hubert (photo). Une enquête menée par la Fédération auprès de ses adhérents relève une légère régression (-0,1% par rapport à la même période 2013) sur une fraction (40%) de l'activité d'hospitalisation à domicile, là où était attendu un taux de croissance annuel supérieur à 10%. La FNEHAD s’en inquiète et juge ce replis paradoxal, alors même qu’il y a quelques mois une circulaire ministérielle a prévu le doublement du nombre de patients pris quotidiennement en charge d'ici 2018.

De fait, la FNEHAD estime que la HAD peut être développée, notamment pour la chimiothérapie et la chirurgie. Pour les malades atteints d'un cancer, la FNEHAD préconise de développer la chimiothérapie à domicile, car une fois la première séance autorisée dans un établissement en cancérologie, les soins peuvent être administrés (par voie intraveineuse ou orale notamment) au domicile du patient. Or, moins de 100.000 journées de chimiothérapie sont réalisées dans le cadre de la HAD pour un coût journalier d'environ 200 euros, contre plus de 2 millions de séances en hôpital de jour (coût par journée d'environ 700 euros), selon la FNEHAD

La Fédération plaide aussi pour une hospitalisation à domicile de patients qui ont subi une intervention courte mais nécessitant une phase de soins de niveau hospitalier. Elle estime que "la durée de séjour avant ou après l'opération" peut "être ainsi sensiblement réduite".

Source : Legeneraliste.fr

NOUS VOUS RECOMMANDONS

add

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Exercice mixte

400 généralistes tentés par l'exercice mixte pourraient rejoindre les hôpitaux de proximité dès 2019

Pour retrouver une offre de médecine générale dans les territoires qui en sont dépourvus, le gouvernement mise sur le recrutement de 400 omnipraticiens dans les hôpitaux de proximité. Les premiers...Commenter

[VIDEO] Un maire généraliste veut forcer les remplaçants à s'installer, ils lui répondent

 - [VIDEO] Un maire généraliste veut forcer les remplaçants à s'installer, ils lui répondent-0

La santé n’est pas le sujet numéro 1 du Grand débat national, il est même absent des thèmes prioritaires pointés par Emmanuel Macron. Mais... 12

L'Autorité de la concurrence veut revenir sur l'interdiction de publicité pour les médecins

Publicité

Les médecins seront-ils un jour autorisés à faire de la pub ? Après le conseil d’État, l’Autorité de la concurrence ouvre, à son tour, la... 6

ORL DYSFONCTIONNEMENT RHINO-SINUSIEN CHRONIQUE, ÉTAPE DIAGNOSTIQUE Abonné

Dysfonctionnement rhino-sinusien chronique

Devant un dysfonctionnement rhino-sinusien chronique, il importe de ne jamais se lancer dans un traitement, notamment antibiotique et/ou... Commenter

Maladies chroniques GOUTTE : LES INFIRMIÈRES FONT MIEUX QUE LES MÉDECINS Abonné

Goutte

Cette étude anglaise du Lancet montre que la probabilité de contrôler l’uricémie et les crises chez les patients goutteux est trois fois... 2

A découvrir