Les urgences hospitalières parisiennes misent sur les généralistes

Les urgences hospitalières parisiennes misent sur les généralistes

10.06.2014
  • Les urgences hospitalières parisiennes misent sur les généralistes - 1

    Les urgences hospitalières parisiennes misent sur les généralistes

L’AP-HP engage une stratégie d’amélioration des urgences présentée ce mardi. Et parmi les bonnes résolutions celle d’une meilleure coordination et régulation avec la collaboration des médecins généralistes, pour renforcer la « permanence des soins ambulatoires » (PDSA).

L’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris tablent sur 40 mesures pour asseoir sa stratégie. Dans le but notamment de désengorger les urgences, plusieurs d’entre elles s’appuient sur le concours des médecins généralistes. L’objectif comme l’a souligné Martin Hirsch est de ne plus être « les uns contre les autres ». L’AP-HP veut par exemple développer les admissions directes non programmées des patients adressés par les médecins traitants, sans passer par les urgences. Il est également prévu d’améliorer l’accès au plateau technique hospitalier pour les patients des généralistes dans le cadre de soins non programmés.

Une meilleure régulation des patients via le 15 doit être mise en place pour permettre aux patients d’être orientés notamment vers des cabinets médicaux ouverts le soir et des points de consultation hors des maisons médicales de garde. Pour diminuer le temps d’attente au téléphone, les médecins régulateurs de la PDSA pourront aussi désormais répondre au 15 24h/24.

On n’en sait pour l’instant pas plus sur les conditions de mises en place de ces mesures si ce n’est qu’elles devraient prendre effet à partir de l’hiver prochain.

Au rayon des améliorations intrinsèques aux urgences des hôpitaux, la stratégie prévoit notamment de diviser par deux le temps d’attente aux urgences, de généraliser les « Fast tracks » (filières rapides pour les patients ayant besoin d’un avis médical rapide) dans tous les services d’accueil des urgences. Des travaux dans certains hôpitaux et certains services non adaptés pour le nombre de patients reçus chaque jour vont avoir lieu. Ainsi que la transformation des conditions d’attente avec l’accompagnement par un proche ou une prise en charge par des bénévoles.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Dr Oustric

Et si la future 4 e année de DES préparait l'installation ? le projet d'un généraliste contre les déserts

La désertification médicale est-elle une fatalité ? Même si la situation démographique est loin d'être réjouissante, le Pr Stéphane Oustric, nouveau président du Conseil départemental de Haute...6

NASH : beaucoup de molécules en développement mais les hépatologues restent prudents

stétose hépatique

Très peu connue il y a à peine 10 ans, la NASH (ou stéato-hépatite non alcoolique) bénéficiera-t-elle bientôt de traitements médicamenteux... Commenter

Protection solaire : les Français mal informés et très négligeants

Expo solaire

Il y a encore du boulot ! En termes d'information, d'importants progrès doivent être menés pour que les Français aient un avis plus juste... Commenter

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme : la mise à jour des vaccins courants est au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir