C’est arrivé le 9 juin 1802 - Création du Conseil de Salubrité de Paris

C’est arrivé le 9 juin 1802Création du Conseil de Salubrité de Paris

09.06.2014
  • Création du Conseil de Salubrité de Paris - 1

    Création du Conseil de Salubrité de Paris

Le Conseil de Salubrité de la ville de Paris comptait à son origine cinq membres : Antoine Parmentier (le promoteur de la consommattion de pommes de terre dans l’alimentation humaine), Nicolas Deyeux (chimiste et pharmacien), Charles Louis Cadet de Gassicourt (pharmacien), Jean-Baptiste Huzard (vétérinaire) et Auguste Thouret (médecin).

À la mort de Cadet de Gaussicourt lui succèdera Joseph Pelletier, un des fondateurs de la Société de pharmacie de Paris. Parmi les membres ultérieurs notables, on peut citer le Docteur Emery, professeur d'anatomie et médecin de l'Hôpital Saint-Louis, le Docteur Esquirol, qui présida le Conseil; à partir de 1831, l'hygiéniste Villermé, qui avait fondé en 1829, avec le médecin Parent du Châtelet, les « Annales d'hygiène publique de médecine légale » ou encore le pharmacien Labarraque qui découvrit les propriétés désinfectantes de l'eau de Javel.

Outre l'examen des remèdes et médicaments, le Conseil était aussi chargé d'examiner les demandes des industriels avant tout établissement de fabriques, en vue d'appliquer le décret impérial du 15 octobre 1810 relatif aux Manufactures et Ateliers qui répandent une odeur insalubre ou incommode. L'article 1er dispose ainsi que « les manufactures et ateliers qui répandent une odeur insalubre ou incommode, ne pourront être formés sans une permission de l'autorité administrative », celle-ci étant soit le préfet de police de Paris, soit le maire, soit le Conseil d'État lui-même. Le Conseil de Salubrité de Paris est ainsi chargé de conseiller le préfet de police à cette fin.

Mais une bonne partie des membres du Conseil étaient liés à la Société d'encouragement pour l'industrie nationale, à commencer par le chimiste et homme d’Etat Chaptal, ce qui ne pouvait être source que de conflits d’intérêt. Ainsi, Marc et Darcet, membres du Conseil et chimistes industriels, furent mis en cause en 1810 pour leurs manufactures de soude, deux des plus importantes de la capitale.

En 1808, le Conseil de Salubrité de la ville de Paris décida de dresser un « tableau des maladies considérées comme causes de mort », qui constitue la première nomenclature de causes de décès élaborés en France à des fins pratiques et administratives et qui permet un classement systématique en 190 rubriques des causes déclarées par les médecins sur les bulletins de décès.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Recertification

Reagjir dit oui à la recertification avec une visite obligatoire chez un médecin du travail

Le ministère de la Santé souhaite instaurer une recertification périodique des compétences des médecins. Un groupe de travail piloté par l'ex-doyen de Paris VI, le Pr Serge Uzan, doit remettre...12

Lyme : une erreur diagnostique dans plus de 80% des cas, d'après une étude française

Lyme

Une étude faite auprès de 301 patients ayant consulté entre janvier 2014 et décembre 2017 pour une suspicion de maladie de Lyme, a été... 1

La moitié des médecins pensent que l'IA et les robots feront partie de leur quotidien en 2030

Robot

Comment les médecins envisagent-ils leur pratique dans 10, 20, 30 ans ?  La MACSF s'est intéressée à l'impact des nouvelles technologies... Commenter

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir