Chikungunya en Guadeloupe : les médecins de ville mobilisés

Chikungunya en Guadeloupe : les médecins de ville mobilisés

07.06.2014

L'épidémie de chikungunya continue de gagner en intensité en Guadeloupe. Depuis les premiers cas signalés dans l'archipel en décembre 2013, près de 24.000 personnes ont été atteintes par le chikungunya et 5.190 nouveaux cas ont été recensés durant la semaine dernière. Ce denier chiffre illustre, selon l'ARS et la préfecture, "l'intensification de l'épidémie en Guadeloupe".

Cette recrudescence pousse les services publics à se doter de plans de continuité d'activité, ont annoncé l'ARS et la préfecture au cours d'une conférence de presse commune. Une campagne de communication radio-TV a aussi été lancée pour appeler la population à éradiquer les sites d'eaux stagnantes (vases et coupelles de pots à fleurs, gouttières, déchets de consommation, pneus usagés, etc). "Nous avons demandé aux communes d'établir et de lancer des plans d'action", a indiqué vendredi Nicolas Martrenchard, directeur de cabinet de la préfète de Guadeloupe. "On se prépare à mobiliser le système de soins pour augmenter les plages horaires de consultation" des médecins de ville, a-t-il aussi indiqué, en précisant que "toute la Caraïbe est touchée" et notamment la République Dominicaine.

Des spécialistes brésiliens se sont rendus la semaine dernière dans l'autre département français des Caraïbes, la Martinique, également touchée, pour y prendre connaissance des mesures arrêtées. Selon le directeur général de l'ARS, Patrice Richard, le niveau épidémique actuellement atteint en Guadeloupe "était attendu pour juillet-août" après le début en juin de l'hivernage, la saison des Caraïbes où il pleut le plus.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 2 Commentaires
 
barbara s Etudiant en santé 27.06.2014 à 22h57

Merci de votre réaction , certains comprendront peut être mieux les conditions de propagation du vecteur .

Répondre
 
Snorglub G Médecin ou Interne 08.06.2014 à 13h52

Le retard de réaction des "autorités" explique cela. Les ultramarins ont tiré la sonnette d'alarme trois mois avant l'épidémie : il fallait prévoir, et on a (presque) regardé faire, en se disant que Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Moins chers, mais source d'inégalités : un bilan mitigé des réseaux des soins

Les assureurs complémentaires rêvent toujours de pouvoir contracter avec les médecins. Une enquête menée par l'IGAS montre que plus des trois quarts des mutuelles, institution de prévoyance ou...Commenter

Bactéries résistantes : pas assez de traitements innovants en développement, selon l'OMS

.

Face à la menace croissante des bactéries résistantes la production de nouveaux antibiotiques n'est pas à la hauteur, selon l'OMS. Dans un... 2

Dépassements : la Cour des comptes casse le CAS

.

Leurs effets seraient "limités et très coûteux". Dans son rapport 2017 sur le financement de la Sécu, la Cour des comptes n'y va pas de... 1

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir