La crise favorise l’obésité

La crise favorise l’obésité

28.05.2014
  • La crise favorise l’obésité  - 1

    La crise favorise l’obésité

La lutte contre l’obésité mise à mal par la crise. Alors que ces dernières années la progression de l’obésité a eu tendance à ralentir, la crise financière de 2008-2009 a eu l’effet inverse. D’après un rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) présenté ce mercredi devant le congrès européen, l’obésité a connu un rebond dans certains pays de l’OCDE à cette période. Le rapport rappelle que plus de la moitié des adultes et un enfant sur cinq en moyenne affichent des surcharges pondérales dans les pays membres de l’Organisation.

La raison de cette augmentation de l’obésité en temps de crise, les habitudes alimentaires. Pour des motifs économiques on constate une réduction des dépenses alimentaires et un report vers des produits plus bon marché mais également plus riches en calories. Plus onéreux, les fruits et légumes sont davantage délaissés, par exemple le rapport souligne que chaque augmentation de 1% du taux de chômage aux Etats-Unis s'est traduite par une baisse de la consommation de 5,6% des fruits et légumes entre 2007 et 2009. De la même manière, au Royaume-Uni, les dépenses alimentaires ont baissé de 8,5% en termes réels en 2008-2009, mais sans impact sur la consommation de calories, celle-ci étant même légèrement en hausse. Une étude australienne a montré que les personnes touchées par la crise avaient un risque de devenir obèses supérieur de 20% à celles n'ayant pas été touchées.

La prise en charge de la surcharge pondérale représente en moyenne 3% des dépenses de santé des différents pays, voire entre 5 et 10% aux Etats-Unis.

Les pays le plus touchés par l’obésité dans l’OCDE sont le Mexique, la Nouvelle Zélande et les Etats-Unis où on dénombre en moyenne plus de 30% d'obèses.

Après avoir connu une croissance très rapide dans les années 90, la situation s'est stabilisée et les taux d'obésité n'augmentent plus dans des pays comme le Royaume Uni, l'Italie et les Etats-Unis. Pour d'autres pays, comme l'Australie, du Canada, de la France, du Mexique, de l'Espagne et la Suisse, l’OCDE note que les taux continuent à augmenter au rythme de 2 à 3% par an.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Dr Faroudja

L’Ordre ne voit pas de raison de s’opposer à la PMA pour toutes

Les positions du Conseil national de l’Ordre des médecins dans le cadre des États Généraux de la Bioéthique se faisaient attendre. Le Cnom n’avait pas souhaité être auditionné par le Comité...13

IVG : une pétition réclamant le retrait de la clause de conscience récolte 40 000 signatures

Pétition

Les propos anti-IVG du Dr de Rochambeau n’en finissent plus de faire des remous. Le 12 septembre, la maire adjointe des Lilas... 13

Face à la pénurie de médecins, la Chine mise sur l'intelligence artificielle

Intelligence artificielle

Avec 12 millions de professionnels de santé pour près de 1,4 milliard d'habitants, la Chine connaît, elle aussi, une pénurie de médecins.... 3

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir