Rapport Académie de médecine - AMP et GPA chez les couples homosexuels: les interrogations des Académiciens

Rapport Académie de médecineAMP et GPA chez les couples homosexuels: les interrogations des Académiciens

28.05.2014
  • Rapport Académie de médecine - AMP et GPA chez les couples homosexuels: les interrogations des Académiciens-1

    AMP et GPA chez les couples homosexuels: les interrogations des Académiciens

L’Académie de médecine s’invite plus que jamais dans les débats de société. Comme en prélude à l’avis du Comité consultatif national d’éthique sur les questions sociétales relatives à l'assistance médicale à la procréation (AMP) - attendu d’ici la fin de l’année-, l’Académie vient de délivrer deux rapports signés Pierre Jouannet et Roger Henrion, s’interrogeant l’un sur l'AMP avec donneurs chez les couples de femmes homosexuelles, l’autre sur la gestation pour autrui (GPA) au profit des couples homosexuels masculins, débats ouverts par la légalisation du mariage gay.

Pour l’assistance médicale à la procréation avec sperme de donneur (AMPD), l’Académie fait tout d’abord remarquer qu’en France, les couples de femmes lesbiennes font de plus en plus appel à cette technique pour devenir mère indépendamment de leur statut matrimonial. Cette pratique n’a pas d’indication médicale, mais pas non plus de contre-indication. Elle obéit aux grands principes éthiques auxquels est attaché l’Académie : non patrimonialité, consentement et anonymat, qui peuvent être maintenus, comme le montre l’exemple dans d’autres pays. Elle pose néanmoins un certain nombre de problèmes comme les moyens supplémentaires qu’il faudrait octroyer aux centres autorisés, et le nombre de dons de sperme insuffisants pour répondre à une éventuelle demande. D’où la nécessité pour l’Académie d’éventuelles campagnes de sensibilisation au don de gamètes. D’autre part, l’Académie souligne l’importance d’amplifier les recherches sur le bien être des enfants naissant dans ces conditions. Enfin, que l’AMP avec donneurs soit légalisée ou pas, elle insiste sur le fait que les femmes qui y auraient recours puissent bénéficier des meilleures conditions de prise en charge pour elles et leurs enfants.

Sur la GPA pour les couples homosexuels masculins, l’Académie est plus dubitative. Elle énumère les problèmes que poserait l’autorisation de cette pratique. Un médecin doit-il accéder à la primauté d’un désir individuel hors de toute autre considération ? Ne risque-t-il pas de devenir un prestataire de service obligé de répondre à toute demande engageant directement sa responsabilité ? Doit-on admettre que les enfants fassent l’objet de transactions commerciales ? Le praticien doit-il accepter de faire prendre des risques, ceux que pose toute grossesse, aux gestatrices, femmes jeunes et en bonne santé, même s’ils sont limités ? Quel sera le devenir des enfants issus de cette GPA ? Les études épidémiologiques américaines disponibles actuellement, plutôt positives, ne sont-elles pas entachées de zones d’ombre ? La collectivité est-elle prête à accepter les couts générés, alors même que l’homosexualité n’est pas une maladie et que’il n’existe donc pas d’indication médicale à cette GPA ? L’Académie se garde bien de trancher mais souligne que la GPA pose aux médecins des questions inhabituelles, que les législateurs ne pourront éviter de se poser.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Huningue

En Alsace, une commune verse 50 000 euros pour s'attacher les services d'un généraliste

Après avoir épuisé toutes les autres options, la ville d’Huningue (Haut-Rhin) a décidé de sortir le chéquier. Depuis avril 2017, cette commune alsacienne de 7 000 habitants n’a plus aucun médecin...Commenter

Avec sa commission "1 000 premiers jours", Macron mise sur la petite enfance

commission 1000 jours

Ils sont 18, neuropsychiatres, psychologues, pédopsychiatres, mais aussi généraliste, etc., qui dans les mois qui viennent se pencheront... Commenter

TROD angine en pharmacie : des médecins dénoncent une nouvelle attaque contre leur métier

Trod

L'Assurance maladie et les syndicats de pharmaciens (FSPF et USPO) ont signé en début de semaine l'avenant 18 à la convention... Commenter

Diabétologie PAS D'“EFFET MÉMOIRE” DU CONTRÔLE INTENSIF DU DIABÈTE Abonné

Controle diabète

VADT, étude de suivi de patients DT2 sur 15 ans, a pendant ses 5,6 premières années comparé l'effet d'un contrôle intensif du DT2 vs... Commenter

ORL TOUT VERTIGE POSITIONNEL N’EST PAS BÉNIN Abonné

Fig.2

Le diagnostic de VPPB doit être basé sur des éléments cliniques précis et concordants. Toute discordance doit remettre en cause le... Commenter

A découvrir