Rapport Académie de médecine - AMP et GPA chez les couples homosexuels: les interrogations des Académiciens

Rapport Académie de médecineAMP et GPA chez les couples homosexuels: les interrogations des Académiciens

28.05.2014
  • Rapport Académie de médecine - AMP et GPA chez les couples homosexuels: les interrogations des Académiciens-1

    AMP et GPA chez les couples homosexuels: les interrogations des Académiciens

L’Académie de médecine s’invite plus que jamais dans les débats de société. Comme en prélude à l’avis du Comité consultatif national d’éthique sur les questions sociétales relatives à l'assistance médicale à la procréation (AMP) - attendu d’ici la fin de l’année-, l’Académie vient de délivrer deux rapports signés Pierre Jouannet et Roger Henrion, s’interrogeant l’un sur l'AMP avec donneurs chez les couples de femmes homosexuelles, l’autre sur la gestation pour autrui (GPA) au profit des couples homosexuels masculins, débats ouverts par la légalisation du mariage gay.

Pour l’assistance médicale à la procréation avec sperme de donneur (AMPD), l’Académie fait tout d’abord remarquer qu’en France, les couples de femmes lesbiennes font de plus en plus appel à cette technique pour devenir mère indépendamment de leur statut matrimonial. Cette pratique n’a pas d’indication médicale, mais pas non plus de contre-indication. Elle obéit aux grands principes éthiques auxquels est attaché l’Académie : non patrimonialité, consentement et anonymat, qui peuvent être maintenus, comme le montre l’exemple dans d’autres pays. Elle pose néanmoins un certain nombre de problèmes comme les moyens supplémentaires qu’il faudrait octroyer aux centres autorisés, et le nombre de dons de sperme insuffisants pour répondre à une éventuelle demande. D’où la nécessité pour l’Académie d’éventuelles campagnes de sensibilisation au don de gamètes. D’autre part, l’Académie souligne l’importance d’amplifier les recherches sur le bien être des enfants naissant dans ces conditions. Enfin, que l’AMP avec donneurs soit légalisée ou pas, elle insiste sur le fait que les femmes qui y auraient recours puissent bénéficier des meilleures conditions de prise en charge pour elles et leurs enfants.

Sur la GPA pour les couples homosexuels masculins, l’Académie est plus dubitative. Elle énumère les problèmes que poserait l’autorisation de cette pratique. Un médecin doit-il accéder à la primauté d’un désir individuel hors de toute autre considération ? Ne risque-t-il pas de devenir un prestataire de service obligé de répondre à toute demande engageant directement sa responsabilité ? Doit-on admettre que les enfants fassent l’objet de transactions commerciales ? Le praticien doit-il accepter de faire prendre des risques, ceux que pose toute grossesse, aux gestatrices, femmes jeunes et en bonne santé, même s’ils sont limités ? Quel sera le devenir des enfants issus de cette GPA ? Les études épidémiologiques américaines disponibles actuellement, plutôt positives, ne sont-elles pas entachées de zones d’ombre ? La collectivité est-elle prête à accepter les couts générés, alors même que l’homosexualité n’est pas une maladie et que’il n’existe donc pas d’indication médicale à cette GPA ? L’Académie se garde bien de trancher mais souligne que la GPA pose aux médecins des questions inhabituelles, que les législateurs ne pourront éviter de se poser.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 2 Commentaires
 
Daniel B Médecin ou Interne 30.05.2014 à 11h24

« La collectivité est-elle prête à accepter les coûts générés, alors même que l’homosexualité n’est pas une maladie et qu’il n’existe donc pas d’indication médicale à cette GPA ? »
1) Si l’homosexual Lire la suite

Répondre
 
CHRISTIAN G Médecin ou Interne 29.05.2014 à 09h41

Que penserait-t-on d'un informaticien qui changerait le matériel alors qu'il y a un problème de logiciel ?

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Trop de temps passé devant les écrans, s'alarme Santé Publique France

Pour Santé publique France la situation est jugée "préccupante" ! Les conclusions de l'étude Esteban publiées ce jour sont claires : de façon globale, on constate une augmentation de la sédentarité...Commenter

Hépatite C, les hépatologues demandent la mise en place du dépistage universel

.

Alors qu’en France environ 75 000 personnes infectées par le VHC ignorent leur séropositivité, l’Association Française pour l'Étude du Foie... Commenter

L'ordre salue la réouverture du dialogue avec Ségur, mais attend des actes

.

C'est dans les nouveaux locaux de la rue Léon-Jost que le président de l'Ordre Patrick Bouet a tenu sa conférence de rentrée. L'occasion de... Commenter

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir