Non substituable : 500 prescripteurs dans le collimateur de la Sécu

Non substituable : 500 prescripteurs dans le collimateur de la Sécu

21.05.2014
  • Non substituable : 500 prescripteurs dans le collimateur de la Sécu-1

Le patron de l’Assurance maladie a donné mardi des précisions concernant le programme de contrôle du "non substituable" sur les ordonnances des médecins dans les mois qui viennent. Il a expliqué mardi à l’Agence France Presse que «c'est un signal qu'on envoie aux médecins concernés pour leur dire "abuser de cette liberté n'est pas raisonnable au regard de la situation actuelle de la Sécurité sociale"». A en croire Frédéric van Rœkeghem, ces "abus" de "NS" coûteraient à l'Assurance maladie...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commentez 14 Commentaires
 
SYLVIA S Médecin ou Interne 22.05.2014 à 17h19

il y aurait donc des produits pour lesquels il y aurait matière à la faire?Et ils sont autorisés?
Remboursez au tarif de responsabilité(comme une consultation en secteur II)et affichez clairement Lire la suite

Répondre
 
herv? g Médecin ou Interne 22.05.2014 à 15h19

Ben il est dans son rôle Rocky , que je sache le volume de prescription de generique fait partie des critres de bon eleve pour percevoir les sousous du P4P que l’écrasante majorité de médecins a Lire la suite

Répondre
 
JEAN CLAUDE B Médecin ou Interne 22.05.2014 à 12h13

A quand une véritable et vaste étude sur certaines intolérances à certains génériques ?

Répondre
 
YVES M Médecin ou Interne 22.05.2014 à 12h00

QUE NOTRE BIEN AIME VRK COMMENCE PAR FAIRE RESPECTER UN SEMBLANT DE LEGALITE DE LA PART DE NOS "CHERS" AMIS PHARMACIENS QUI NON SEULEMENT TOUCHENT LEUR PRIME PAR LA SS MAIS S'ARROGENT EGALEMENT LE Lire la suite

Répondre
 
CHRISTIAN R Médecin ou Interne 22.05.2014 à 10h51

Non seulement certains princeps ne sont pas plus chers que leur générique - sinon il suffirait d'obliger les laboratoires réticents à baisser les prix - mais ; de surcroît, le mode de diffusion de Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Baromètre Santé 2016 La confiance envers les vaccins reviendrait-elle ?

À la veille du débat parlementaire sur l’obligation vaccinale, Santé Publique France a fait les choses « en grand » en publiant un volumineux BEH sur la vaccination des jeunes enfants et en...Commenter

Pelloux réclame l'ouverture de centres de santé jusque tard le soir

.

"21 millions de passages aux urgences" ont été recensés en 2016, un chiffre "multiplié par deux en vingt ans". C'est Patrick Pelloux qui l'a... 15

[Vidéo] Un Livre Blanc souligne les lacunes dans la prise en charge de la douleur

Douleur

La Société Française d'Etude et de Traitement de la Douleur (SFETD) a présenté mardi 17 octobre le Livre blanc de la douleur 2017, alertant... 3

Sécurité alimentaire LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES DESTINÉS AUX SPORTIFS Abonné

Complements alimentaires

Une alimentation équilibrée, diversifiée et privilégiant les aliments de haute densité nutritionnelle suffit à satisfaire les besoins... 1

Recherche en Médecine Générale INFECTION URINAIRE : DIAGNOSTIC TROP EMPIRIQUE Abonné

Bandelette urinaire

La prise en charge des infections urinaires (IU) a fait l’objet de recommandations en 2008 publiées par l’Assaps, puis d’une actualisation... 2

A découvrir