Etude "Fecond 2013" - Pilule: les femmes les plus défavorisées premières victimes de la polémique ?

Etude "Fecond 2013"Pilule: les femmes les plus défavorisées premières victimes de la polémique ?

13.05.2014
  • Pilule: les femmes les plus défavorisées premières victimes de la polémique ?  - 1

Si la controverse sur les pilules de 3ème et 4ème génération n’a globalement pas entraîné de désaffection vis-à-vis de la contraception, elle pourrait en revanche avoir contribué à renforcer les inégalités sociales dans ce domaine.

Dans une étude remise ce matin à Marisol Touraine, l’INED et l’INSERM reviennent sur les évolutions récentes en matière de pratiques contraceptives en France et la contribution de la crise de la pilule à ces changements. Globalement le bilan est plutôt positif avec la persistance d’une bonne couverture contraceptive des françaises et la fin du monopole de la pilule. Mais les auteurs (N Bajos et al.) pointent aussi un recours croissant aux méthodes naturelles notamment dans les populations précaires.

Pas de désaffection de la contraception

L’étude « Fecond 2013 » a analysé les pratiques contraceptives des françaises en 2013 grâce un questionnaire soumis à 4 453 femmes et 1 587 hommes puis comparé les données obtenues à la situation qui prévalait avant la polémique (Etude fécond 2010). Globalement « aucune désaffection vis-à-vis de la contraception n’a été observée », indique l’étude. De fait, parmi les femmes concernées (femmes ni stériles, ni enceintes, ayant des rapports hétérosexuels et ne voulant pas d’enfant), seules 3 % n’utilisent aucune contraception en 2013, soit la même proportion qu’en 2010.

En revanche, les pratiques ont évolué significativement, puisque près d’une femme sur cinq déclare avoir changé de méthode depuis la controverse. Sans surprise, le recours à la pilule a nettement diminué (passant de 50 % en 2010 à 41% en 2013), au profit d’autres méthodes comme le stérilet (+1,9 point), le préservatif (+ 3,2 points) ou les méthodes naturelles (+3,4 points).

Le retour des « méthodes naturelles »

Si pour les auteurs, cette reconfiguration du paysage contraceptif signe un « assouplissement de la norme contraceptive » plutôt bienvenu, elle pourrait s’être faite au détriment des populations les plus défavorisées socialement. En effet, « tandis que les femmes qui détiennent un CAP ou un BEP ont opté pour le préservatif et les plus diplômées (Bac + 4) pour le DIU, celles sans aucun diplôme ont davantage que les autres délaissé les pilules récentes au profit des méthodes les moins efficaces (dates, retrait) », rapportent les auteurs.

Le spectre des grossesses non désirées

Au risque de voir augmenter le nombre de grossesses non désirées dans certaines classes sociales ? Alors qu’en juin dernier, la Dress avait publié un travail plutôt rassurant sur l’impact de la polémique en termes de grossesses non désirées et de recours à l’IVG (avec aucune augmentation documentée), les résultats de l’étude Fecond sont plus nuancés. Si globalement la modification des habitudes contraceptives des Françaises « ne devraient pas s’accompagner d’une hausse sensible des grossesses non prévues pour la population dans son ensemble rassure l’Ined, (… ) une augmentation pourrait toutefois se produire dans certains sous-groupes, les évolutions observées depuis 2010 étant socialement différenciées ».

Un bémol qui ne semble pas inquiéter les autorités sanitaires. Dans un communiqué publié ce matin, Marisol Touraine « se réjouit de ces résultats très positifs », estimant qu’ils « montrent que le message selon lequel « la bonne contraception, c’est celle qui est délivrée à la bonne personne, au bon moment » a été entendu par les femmes comme par les professionnels de santé.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 1 Commentaire
 
NICOLAS D Sage femme 13.05.2014 à 22h42

Toujours pas de pic d'IVG ?? alors que l 'on retrouve statistiquement un changement contraceptif dans les 6 mois précédents la plupart des IVG et que des populations se tournent vers le "naturel" Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Dépakine: audience préliminaire au TGI de Paris

L'association de défense des victimes de la Dépakine et le laboratoire Sanofi ont aiguisé leurs arguments mercredi lors d'une audience au tribunal de grande instance de Paris, première étape de l...Commenter

Les MICI gagnent du terrain surtout dans les pays nouvellement industrialisés

Mici

Les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI) sont des pathologies du 21ème siècle, indique clairement Le Lancet du 16... 1

Feu vert sur les vaccins obligatoires : en commission, les députés médecins montent au créneau

.

Ça devrait passer lors de l'examen du PLFSS dans l'hémicycle la semaine prochaine. Mais pas forcément comme une lettre à la poste… Les déput... 5

Sécurité alimentaire LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES DESTINÉS AUX SPORTIFS Abonné

Complements alimentaires

Une alimentation équilibrée, diversifiée et privilégiant les aliments de haute densité nutritionnelle suffit à satisfaire les besoins... 1

Recherche en Médecine Générale INFECTION URINAIRE : DIAGNOSTIC TROP EMPIRIQUE Abonné

Bandelette urinaire

La prise en charge des infections urinaires (IU) a fait l’objet de recommandations en 2008 publiées par l’Assaps, puis d’une actualisation... 2

A découvrir