Prothèses mammaires : l’ANSM rassure ... mais prône la révision décennale

Prothèses mammaires : l’ANSM rassure ... mais prône la révision décennale

06.05.2014
  • Prothèses mammaires : l’ANSM rassure ... mais prône la révision décennale-1

Trois ans après le scandale des prothèses PIP, l’ANSM publie un rapport plutôt rassurant sur les implants mammaires en silicone.

340 000 femmes porteuses d’implants en France

Selon l’Agence, depuis 2001 (date de leur réintroduction sur le marché français) plus de 610 000 prothèses en silicone ont été vendues dans l’hexagone. « Il y aurait ainsi environ 340 000 femmes porteuses ou ayant porté ce type d’implants dans le pays » estime l’ANSM.

Pour l’ensemble de ces patientes, 2 169 déclarations d’incidents ont été rapportées pour la période 2010- 2012, hors prothèses PIP. La majorité (65%) concerne des ruptures d’implants. Cependant, « les taux de ruptures restent très faibles, de l’ordre de 0,01 à 0,30 % en fonction de la durée d’implantation », rassure l’ANSM. Pour l’ensemble des fabricants, le délai moyen entre la pose de l’implant et la découverte de la rupture est de 7.6 ans.

Pas de signal d’alerte

Par ailleurs, à la fin du mois d’octobre 2013, 22 cas de cancers du sein chez des femmes porteuses d’implants en silicone ont été recensés. « Ce nombre n’est pas discordant par rapport à la fréquence de ces cancers observée dans la population générale des femmes », analysent les auteurs du rapport. Six cas de lymphomes anaplasiques à grandes cellules (LAGC), de localisation mammaire, ont également été rapportés et sont « en cours d'investigations approfondies ».

Mais pour l’ANSM, « ces données ne mettent pas en évidence de signal d’alerte sur les implants mammaires remplis de gel de silicone ».

Pas d’implants frauduleux

Autre point rassurant : plusieurs inspections réalisées chez les différents fabricants d’implants en silicone entre 2010 et 2013 n’ont pas montré de non-conformités majeures pouvant impacter la sécurité des patientes. En d’autres termes, l’agence du médicament ne pointe pas de nouvelles fraudes similaires à celles des prothèses PIP.

Durée de vie limitée

Reste, que « la durée de vie des implants posés est quoiqu’il en soit limitée dans le temps (7 à 10 ans environ) », souligne l’ANSM pour qui « la rupture est un événement attendu dans la vie d’un implant mammaire ».

Dans ce contexte, le rapport souligne que « les femmes souhaitant se faire implanter ou réimplanter doivent être clairement informées par leur chirurgien des risques liés à l’intervention et de la durée de vie limitée des implants posés afin qu’elles puissent formuler un consentement éclairé, au-delà de ce que prévoit déjà la réglementation en vigueur ». Par la suite, un suivi médical régulier est aussi nécessaire. A ce titre, l’ANSM élaborera prochainement des recommandations plus précises pour l’information et le suivi des femmes porteuses d’implants mammaires.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 1 Commentaire
 
BRUNO B Médecin ou Interne 06.05.2014 à 18h54

Et qui va payer ses ré interventions d'autant plus multiples que ces prothèses auront été posées chez des femmes jeunes, ce qui se voit de plus en plus fréquemment ?

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Internat : les nouveaux stages en médecine générale font des jaloux...

Touche pas à mes stages ! La dernière initiative des deux conférences des présidents de CME et des directeurs de centres hospitaliers ne plait pas du tout au Syndicat national des enseignants de...Commenter

Pour « 60 millions de consommateurs » : les séniors sont en overdose de médicaments

.

Une étude publiée ce jour dans « 60 millions de consommateurs » révèle que « 20% des plus de 65 ans prennent en continu au moins sept... Commenter

Soins à domicile : en Ile-de-France, les généralistes préfèrent travailler avec les paramédicaux que recourir à l'HAD

.

En Ile-de-France, les médecins généralistes prennent en charge, en moyenne, six patients complexes à domicile par semaine. Telle est la... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir