La chasse aux moustiques est ouverte

La chasse aux moustiques est ouverte

05.05.2014
  • La chasse aux moustiques est ouverte  - 1

    La chasse aux moustiques est ouverte

Comme chaque année à la même époque, les autorités sanitaires viennent de relancer le dispositif de lutte contre la dissémination du moustique "Aedes albopictus" ou moustique tigre.

Vecteur potentiel de maladie virale comme la dengue ou le chikungunya, ce moustique est implanté depuis de nombreuses années dans les départements français de l’océan Indien. En métropole, il s’est développé de manière continue depuis 2004 et est désormais définitivement implanté dans 18 départements (Alpes-Maritimes, Haute- Corse et Corse du Sud, Var, Alpes-de-Haute-Provence, Bouches-du-Rhône, Gard, Hérault, Vaucluse, Lot-et-Garonne, Pyrénées orientales, Aude, Haute-Garonne, Drôme, Ardèche, Isère, Rhône et Gironde).

« Il n’y a pas, à l’heure actuelle, d’épidémie de dengue ou de chikungunya dans les départements métropolitains concernés précise la DGS. Cependant, en 2010 dans les Alpes-Maritimes et le Var, deux cas autochtones de dengue et deux cas autochtones de chikungunya ont été identifiés et en 2013, dans les Bouches-du-Rhône, un cas autochtone de dengue a été identifié soulignant la possibilité de voir se développer ces maladies dans les départements où le moustique Aedes albopictus est implanté ».

Ce d’autant, que « l’épidémie de chikungunya qui sévit actuellement dans les Antilles françaises et en Guyane ainsi que les cas récents de dengue identifiés sur l’île de La Réunion augmentent les risques d’importation de ces maladies en métropole ».

Le dispositif mis en place aujourd’hui consiste en une surveillance entomologique de l’activité du moustique tigre dans les zones où il est présent ou susceptible de s’implanter ; une surveillance des cas humains s’appuyant sur le signalement sans délai des cas suspects importés et de tous les cas confirmés et une sensibilisation des voyageurs et personnes résidant dans les zones où le moustique est présent et actif.

Par ailleurs, "les personnes se rendant dans des zones où circulent les virus du chikungunya et de la dengue, comme actuellement les Antilles françaises et la Guyane doivent se protéger des piqûres de moustiques sur place, mais également à leur retour si elles résident dans les départements où le moustique est implanté". L’objectif est de prévenir l’introduction et la transmission de ces maladies en métropole.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Canicule

[Vidéo] Avec 1 480 morts supplémentaires cet été, la canicule a tué 10 fois moins qu'en 2003

Même avec 1 480 décès supplémentaires, la surmortalité qui a accompagné l’épisode caniculaire de cet été a été qualifiée de « limitée » par la ministre de la Santé à l’occasion du bilan national de...5

Subventions et loyer modéré ont permis à Chaville de recruter 4 généralistes

Inauguration du centre médical de Chaville

Après avoir perdu 42 % de ses généralistes entre 2009 et 2016, Chaville (Hauts-de-Seine) retrouve le sourire. La commune a enregistré début... 2

Rupture de stock de Sinemet® : l'ordonnance de l'ANSM

Rupture de stock de Sinemet® : l'ordonnance de l'ANSM-0

Suite à l’annonce par le laboratoire MSD d’une rupture de stock prolongée de certains dosages de la spécialité Sinemet®... Commenter

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir