Il ne faut pas détruire les derniers virus de la variole, estiment des chercheurs

Il ne faut pas détruire les derniers virus de la variole, estiment des chercheurs

02.05.2014
  • Il ne faut pas détruire les derniers virus de la variole, estiment des chercheurs - 1

    Il ne faut pas détruire les derniers virus de la variole, estiment des chercheurs

Faut-il détruire les derniers virus vivants de la variole ? L'Assemblée mondiale de la Santé, l'organe dirigeant de l'OMS doit se pronocer à ce sujet dans un mois. Des chercheurs ont recommandé jeudi de ne pas détruire les derniers stocks de virus vivants de la variole, éradiquée depuis 1980, estimant que des questions clé restaient sans réponse sur cet agent pathogène et le risque de sa réintroduction intentionnelle dans la nature.

Ce groupe international de virologues explique dans une lettre publiée dans la revue scientifique américaine PLOS Pathogens que la recherche sur des virus vivants de la variole "est essentielle" car "les objectifs initiaux de l'OMS de développer de nouveaux vaccins plus sûrs ainsi que des antiviraux et de meilleurs outils de dépistage n'ont pas encore été atteints".

Depuis que l'éradication de cette maladie infectieuse a été déclarée en 1980, des recherches limitées concentrées sur le développement de tests de diagnostic, d'antiviraux et de nouveaux vaccins se sont poursuivies sous un étroit contrôle, dans seulement deux laboratoires sous haute sécurité, un en Russie et un autre aux Etats-Unis, les deux seuls endroits où se trouvent des virus vivants de la variole. Ces recherches sont motivées par le risque que la variole puisse réapparaître à la suite d'une réintroduction intentionnelle du virus dans la population.

Ces chercheurs soulignent en outre que les récentes avancées en biologie synthétique rendent en théorie possible de recréer des virus. Au cours des dernières décennies, les recherches sur le virus de la variole ont permis de produire de nouveaux vaccins antivarioliques plus sûrs et deux antiviraux expérimentaux prometteurs contre cet agent pathogène. "Malgré ces avancées considérables, le travail sur le virus de la variole n'est pas terminé", insistent ces scientifiques, dont le Dr Inger Damon, des Centres fédéraux américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC). Ils estiment que "le virus de la variole reste largement méconnu malgré ces progrès et qu'une plus grande exploitation des technologies actuelles pourrait aboutir à des thérapies plus efficaces en cas d'urgence sanitaire qui résulterait d'une résurgence de la variole".

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Désert médical

Plan santé : un « rendez-vous manqué » contre les déserts, selon les maires des petites villes

Le plan santé annoncé mardi par Emmanuel Macron a divisé les médecins. Les 54 mesures de cette refonte du système de santé rendent pour le moins sceptiques les élus des petites villes. « Cette...8

Les jeunes médecins saluent la fin du numerus clausus et des ECNi, trop théoriques

QCM

Le volet formation du Plan Ma santé 2022, présenté par Agnès Buzyn et la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal ce mardi,... 2

4 000 assistants médicaux, exercice mixte à l'hôpital, fin du numerus clausus Les principales mesures du plan santé d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron

Le plan santé dévoilé mardi par le chef de l'État comprend 54 mesures visant à réformer en profondeur le système de soins pendant le... 8

Pédagogie STRATÉGIES COGNITIVES ET ERREURS DIAGNOSTIQUES Abonné

Ampoule cassee

Comment les médecins font-ils pour poser des diagnostics et pourquoi se trompent-ils parfois ? Face à un patient, les praticiens génèrent... Commenter

Toxicologie  L’INTOXICATION AU PARACÉTAMOL Abonné

Paracetamol

Hautement hépatotoxique aux doses suprathérapeutiques, le paracétamol est à l’origine de l’une des intoxications les plus fréquentes.... Commenter

A découvrir