Il ne faut pas détruire les derniers virus de la variole, estiment des chercheurs

Il ne faut pas détruire les derniers virus de la variole, estiment des chercheurs

02.05.2014
  • Il ne faut pas détruire les derniers virus de la variole, estiment des chercheurs - 1

    Il ne faut pas détruire les derniers virus de la variole, estiment des chercheurs

Faut-il détruire les derniers virus vivants de la variole ? L'Assemblée mondiale de la Santé, l'organe dirigeant de l'OMS doit se pronocer à ce sujet dans un mois. Des chercheurs ont recommandé jeudi de ne pas détruire les derniers stocks de virus vivants de la variole, éradiquée depuis 1980, estimant que des questions clé restaient sans réponse sur cet agent pathogène et le risque de sa réintroduction intentionnelle dans la nature.

Ce groupe international de virologues explique dans une lettre publiée dans la revue scientifique américaine PLOS Pathogens que la recherche sur des virus vivants de la variole "est essentielle" car "les objectifs initiaux de l'OMS de développer de nouveaux vaccins plus sûrs ainsi que des antiviraux et de meilleurs outils de dépistage n'ont pas encore été atteints".

Depuis que l'éradication de cette maladie infectieuse a été déclarée en 1980, des recherches limitées concentrées sur le développement de tests de diagnostic, d'antiviraux et de nouveaux vaccins se sont poursuivies sous un étroit contrôle, dans seulement deux laboratoires sous haute sécurité, un en Russie et un autre aux Etats-Unis, les deux seuls endroits où se trouvent des virus vivants de la variole. Ces recherches sont motivées par le risque que la variole puisse réapparaître à la suite d'une réintroduction intentionnelle du virus dans la population.

Ces chercheurs soulignent en outre que les récentes avancées en biologie synthétique rendent en théorie possible de recréer des virus. Au cours des dernières décennies, les recherches sur le virus de la variole ont permis de produire de nouveaux vaccins antivarioliques plus sûrs et deux antiviraux expérimentaux prometteurs contre cet agent pathogène. "Malgré ces avancées considérables, le travail sur le virus de la variole n'est pas terminé", insistent ces scientifiques, dont le Dr Inger Damon, des Centres fédéraux américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC). Ils estiment que "le virus de la variole reste largement méconnu malgré ces progrès et qu'une plus grande exploitation des technologies actuelles pourrait aboutir à des thérapies plus efficaces en cas d'urgence sanitaire qui résulterait d'une résurgence de la variole".

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Infirmière

Infirmière en pratique avancée : la profession dénonce un dispositif trop « hospitalier » et rectifie le décret

D'ici quelques jours, le ministère de la Santé devrait remettre aux syndicats de médecins une nouvelle version du décret encadrant les Infirmières en pratique avancée (IPA). Fustigée par l'ensemble...1

Épidémie de rougeole, où en est-on ?

Virus de la rougeole

On en parle moins, cependant l'épidémie de rougeole sévit toujours en Fance, puisque d'après le dernier bulletin hebdomadaire publié hier... 1

Agnès Buzyn, femme politique la plus influente du premier trimestre 2018

Agnès Buzyn

Stratégie de transformation du système de santé, plan prévention, financement des Ehpad… Depuis le début de l'année, Agnès Buzyn est sur... 1

Prévention LA PROMOTION DE LA PRÉVENTION EN SALLE D’ATTENTE EST INEFFICACE Abonné

Salle d'attente

La salle d’attente du généraliste est logiquement un lieu idéal – puisque contextualisé – d’affichage de messages sanitaires, notamment... Commenter

Nutrition LES RÉGIMES RESTRICTIFS Abonné

Régime restictif

De plus en plus de patients se lancent dans des régimes restrictifs sans en connaître les conséquences. Nous faisons le point sur plusieurs... 1

A découvrir