C’est arrivé le 30 avril 1903 - Mort d’Emily Stowe

C’est arrivé le 30 avril 1903Mort d’Emily Stowe

30.04.2014
  • Mort d’Emily Stowe - 1

    Mort d’Emily Stowe

Première femme à exercer la médecine au Canada, Emily Stowe fut aussi une suffragette convaincue et son acharnement aboutira à la création du premier collège de médecine spécifiquement réservé aux femmes.

Née en 1831 dans une famille de fermiers quakers de l’Ontario, Emily est, dès l’âge de 15 ans, institutrice dans une petite école. Son combat pour la cause des femmes va débuter alors qu’elle a 21 ans lorsqu'elle fait une demande d'admission au Collège Victoria de Cobourg et se voit refusée en raison de son sexe. Elle est cependant acceptée à l'école normale du Haut-Canada, à Toronto, la seule école d'études supérieures ouverte aux femmes en Amérique du Nord britannique et y obtient brillamment son diplôme en 1854.

Une vocation médicale provoquée par la tuberculose de son mari

Devenue première femme à être directrice d’une école publique au Haut-Canada, Emily épouse un Anglais originaire du Yorkshire, John Stowe, qui lui donne trois enfants. Peu après la naissance du dernier, John contracte la tuberculose et pour le soigner elle se decide à explorer les domaines de l’homéopathie et des herbes médicinales. Dans la foulée, elle decide d’entamer des études de médecine et de s’inscrire à l’école de médecine de Toronto qui lui refuse l’admission. « Les portes de l'Université ne sont pas ouvertes aux femmes, et je suis certain qu'elles ne le seront jamais », lui déclare le recteur de l'Université.

Emily Stowe n’a d’autres ressources donc que de s’installier à New-York pour intégrer le college de médecine pour femmes où l’on enseigne principalement l’homéopathie.

Après avoir obtenu son diplôme en 1867, la jeune femme canadienne rentre à Toronto où, sans’avoir obtenu le permis d’exercer, elle ouvre un cabinet. En effet, à l’époque, au Canada, les médecins homéopathes et les médecins formés aux États-Unis sont contraints de suivre un cursus au Canada afin d’avoir l’autorisation de pratiquer.

Humiliations à l’université

Emily Stowe devra batailler pendant cinq ans avec l’université de Toronto avant que celle-ci accepte qu’elle suive les cours de médecine. Elle a pour condisciple Jenny Trout et les deux femmes vont aller d’humiliations en humiliations, aussi bien de la part des professeurs que des élèves. Devant ce déchaînement de haine, Emily Stowe renonce à passer les examens et retourne exercer à son cabinet, permis ou pas.

Cette difficulté à être reconnue par la communauté médicale va faire d’Emily Stowe une suffragette enragée et elle participle activement en 1877 à la foundation la Confrérie littéraire des femmes de Toronto, un organisme très influent, premier groupe de suffragettes du Canada à se battre pour les droits des femmes et pour de meilleures conditions de travail. L’association va vite connaître ses premiers succès, les etudes supérieures étant enfin accessibles aux femmes de Toronto.

Parallèllement à son activité féministe, Emily poursuit sa pratique se spécialisant dans les soins des femmes et des enfants. En 1879, on l'accuse d'avoir effectué un avortement sur une de ses patientes. Elle doit subir un long procès au cours duquel on examine ses compétences et on appelle des membres d'établissements médicaux de Toronto à la barre pour témoigner de son tempérament, de ses capacités et de sa conduite professionnelle. Elle est finalement acquittée.

En 1880, après bien des vicissitudes donc, Emily Stowe obtient finalement son permis d'exercice de la médecine du Collège des médecins et des chirurgiens de l'Ontario et devient ainsi la deuxième femme médecin à exercer officiellement au Canada. En 1883, Emily Stowe sera aussi à l’origine de la création du college de médecine des femmes de l’Ontario.

Source : Legeneraliste.fr

NOUS VOUS RECOMMANDONS

add

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Arrêt d'activité

Agacé par le départ inopiné de confrères, un généraliste réclame un encadrement plus strict de la fin d'activité

Deux poids, deux mesures pour la médecine libérale ? Le Dr Nicolas Thual, généraliste à Brehan (Morbihan), s’interroge. Dans son secteur, deux confrères ont raccroché il y a peu et deux autres s...14

Buzyn veut un tiers payant généralisable fin 2019, les médecins refusent toujours toute obligation

TPG

Le ministère de la Santé attendait la remise du rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) pour fixer le calendrier de... 1

[Vidéo] Vaccination des nourrissons : que faire en cas de refus des parents ?

Vaccination d'un nourrisson

La semaine européenne de la vaccination (du 23 au 29 avril) est l'occasion de revenir sur l'obligation vaccinale des nourrissons effective... Commenter

Prévention LA PROMOTION DE LA PRÉVENTION EN SALLE D’ATTENTE EST INEFFICACE Abonné

Salle d'attente

La salle d’attente du généraliste est logiquement un lieu idéal – puisque contextualisé – d’affichage de messages sanitaires, notamment... Commenter

Nutrition LES RÉGIMES RESTRICTIFS Abonné

Régime restictif

De plus en plus de patients se lancent dans des régimes restrictifs sans en connaître les conséquences. Nous faisons le point sur plusieurs... 1

A découvrir