Ségolène Royal lance la croisade contre les pertubateurs endocriniens

Ségolène Royal lance la croisade contre les pertubateurs endocriniens

29.04.2014
  • Ségolène Royal lance la croisade contre les pertubateurs endocriniens - 1

Ségolène Royal s’est trouvé un nouveau cheval de bataille. Alors que de récentes études inquiétantes ont encore été publiées ces jours derniers sur les dangers du bisphénol A, la nouvelle ministre de l’Ecologie a décidé de mettre le turbo dans la lutte contre les perturbateurs endocriniens.

Dans la matinée de mardi le Conseil national de la transition énergétique (CNTE) lui a soufflé une stratégie nationale contre les perturbateurs endocriniens qui était promise depuis la première conférence environnentale du quinquennat en septembre 2012. Elle prévoit notamment de "soutenir la recherche", "développer l'innovation dans l'industrie" en promouvant des produits de substitution non toxiques ou "améliorer l'information des citoyens".

Plus de BPA dans les tickets de caisses

Mais avant même la publication de cette stratégie "dans les tout prochains jours", Ségolène Royal a mis en avant des mesures qu'elle souhaiterait être rapidement mises en oeuvre. Elle va demander aux entreprises de distribution et aux banques d'éliminer le bisphénol A dans les tickets de caisse et reçus de carte bancaire, "sans attendre des normes ou des lois". Et la ministre se fait fort de proposer "dans les prochaines semaines" à l'Union européenne de "demander la substitution du bisphénol A" dans ces tickets. La ministre souhaite aussi un renforcement des contrôles concernant l'éventuelle présence dans les jouets de phtalates, une substance interdite pour tous les jouets destinés aux enfants de moins de trois ans au niveau européen. Mme Royal a Enfin, elle a demandé à l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) une expertise ciblée sur cinq substances "suspectées d'être des perturbateurs endocriniens", dont les methyl-parabènes, utilisés comme conservateurs dans les aliments ou des produits pharmAceutiques.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 1 Commentaire
 
CHRISTIAN T Médecin ou Interne 29.04.2014 à 20h45

ben quoi, z'ètes pas contents! Allez bavez mes chers confrères!

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Contraception

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1 points entre 2013 et 2016. Cette désaffection pour la pilule...Commenter

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... Commenter

Campagne de l'industrie du médicament pour valoriser l'innovation

.

« La force d’innovation des entreprises du médicament est largement méconnue du grand public." C'est bien conscient de cette lacune, perçu... Commenter

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir