C’est arrivé le 24 avril 1964 - Mort de Gerhard Domagk

C’est arrivé le 24 avril 1964Mort de Gerhard Domagk

24.04.2014
  • Mort de Gerhard Domagk - 1

    Mort de Gerhard Domagk

Prix Nobel de médecine en 1939, Gerhard Domagk a été récompensé pour sa découverte de la sulfamidochrysoïdine, brevetée en 1935 sous le nom de Prontosil, qui a été le premier médicament antibactérien commercialement exploitable.

Domagk est né en le 30 avril 1895 dans le Brandebourg, à Lagow. Alors qu’il vient de s’inscrire en médecine à Kiel; la Première Guerre mondiale éclate et il décide de s’engager. Mais, rapidement blessé sur le front, il peut reprendre dès la fin de 1914, le cours de ses etudes. Après avoir obtenu son diplôme, il ne va avoir qu’une seule obsession : trouver des substances antibactériennes capables de guérir les infections.

Recruté par les laboratoires de la firme Bayer, à Wuppertal, Domagk gravit rapidement les échelons et se retrouve à la tête de l’institut Bayer de pathologie et de bactériologie et, prolongeant les travaux de son illustre prédecesseur; Paul Ehrilch, il travaille avec son équipe sur l’utilisation des colorants comme antibactériens.

A l’automne 1932, Domagk reçoit ainsi un colorant rouge vif, le dérive KL695 – la sulfamidochrysoïdine – et découvre que ce produit est remarquablement efficace pour guérir les souris infectées par un streptocoque hémolytique virulent. Il appelle ce produit Prontosil et un brevet sur l’activité antibactérienne de ce colorant est déposé le jour de Noël 1932. Parallèlement, des chercheurs de l’Institut Pasteur, Daniel Bovet, Jacques Tréfouel et Francesco Nitti avaient découvert que le principe actif n’était pas le colorant mais était un produit de degradation du Prontosil libéré dans les tissus, le p-aminophénylsulfamide.

Domagk va utiliser le médicament tout juste breveté sur sa fille, la sauvant d’une amputation du bras. Le premier essai clinique avec le colorant sulfamidé de Bayer aboutit à la guérison d’un bébé de dix mois souffrant d’une septicémie à staphylocoques d’origine cutanée d’issue toujours fatale jusque-là. Grâce au Prontosil, la mortalité des fièvres puerpérales va aussi tomber de 25 à 5%. Autant de succès qui firent que le Prontosil fut largement commercialisé dès 1935.

En 1939, Domagk reçoit le prix Nobel de physiologie ou médecine « pour la découverte des effets antibactériens du Prontosil ».. Mais Hitler le contraint à refuser le prix, et il est incarcéré pendant une semaine par la Gestapo. Depuis l’’attribution du prix Nobel de médecine en 1935 à Carl Von Ossietzky, un farouche opposant au Troisième Reich, les Nazis avaient, en effet, interdit à leurs ressortissants d’accepter ce Prix. Domagk, la guerre terminée, put enfin recevoir son prix en 1947, mais sans la gratification financière. Domagk travaillera ensuite, jusqu’à la fin de sa vie sur la chimiothérapie cancéreuse et la tuberculose.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
sommeil

Enquête sur la santé des médecins Un généraliste sur deux présente des troubles du sommeil

Les généralistes ne dorment pas sur leurs deux oreilles. D’après une enquête d’Odoxa pour la Mutuelle Nationale des Hospitaliers sur la santé des professionnels de santé, dont Le Généraliste est...1

Un docu poignant sur les derniers jours d'un médecin de campagne sans successeur

Laine

C'est l'histoire d'un médecin de campagne. Un généraliste isolé, qui travaille à l'ancienne. De 7h30 à 21h30. Tous les jours sauf le... 17

La méditation en pleine conscience, solution pour prévenir le burn-out des soignants ?

Méditation

Prévenir l'apparition des risques psychosociaux est possible. Mercredi, lors du 4e colloque de l’association SPS (soins aux professionnels... 11

Cardiologie LES ANTICOAGULANTS ORAUX DIRECTS DANS LA PRATIQUE QUOTIDIENNE Abonné

.

Les anticoagulants oraux directs (AOD) sont de plus en plus prescrits en France et dans le monde entier. Leurs indications majeures sont la... Commenter

BPCO UNE "BRONCHITE" DU FUMEUR Abonné

Cigarette

Souvent jugées bénignes par le patient, les exacerbations aiguës de BPCO comportent un risque vital. Le généraliste se doit de les... Commenter

A découvrir